Maghreb
URL courte
Par
Études sur le coronavirus – mai 2020 (46)
12334
S'abonner

Le ministre marocain de la Santé a réaffirmé lors d’une intervention au Parlement le choix de maintenir l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19. Il a annoncé le début d’une production locale.

Alors que la France vient d’interdire la prescription de l’hydroxychloroquine comme traitement précoce au Covid-19 en association avec l’azithromycine, le Maroc persiste et signe. En effet, au grand dam de l’étude publiée par le Lancet, qui remet en cause l’efficacité de ce protocole thérapeutique, et des recommandations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui a appelé à sa suspension temporaire des essais cliniques, le royaume chérifien maintient sa confiance dans l'hydroxychloroquine dont il annonce le lancement de la production locale.

«Nous avons importé la matière brute de d’hydroxychloroquine pour la produire localement. Les premières ventes sont prévues pour fin juin ou début juillet 2020», a annoncé jeudi 28 mai Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé, lors d’une réunion avec la commission des secteurs sociaux au Parlement, rapporte le site Médias 24.

Des résultats probants au Maroc

Pour justifier la décision du gouvernement marocain, le ministre de la Santé explique aux députés que les autorités sanitaires ont «procédé à des études cliniques qui ont donné des résultats très positifs». «Au niveau national, il existe trois études en cours concernant l’usage de la chloroquine», ajoute-t-il, soulignant que «biologiquement, l’efficacité de la chloroquine est observée lors de la phase initiale de l’infection» lors de laquelle le médicament agit sur la réponse immunitaire cellulaire.

M.Aït Taleb a également abordé la question des effets indésirables, souvent utilisés comme argument pour remettre en cause l’efficacité du protocole défendu depuis le début de la pandémie par le Pr Didier Raoult de l’IHU de Marseille. Ainsi, il rappelle que les médecins marocains utilisent «le sulfate de chloroquine et le sulfate d’hydroxychloroquine depuis longtemps pour le traitement des maladies chroniques et le paludisme». «Nous n’avons jamais débattu de leurs effets indésirables», précise le ministre, qui se dit surpris que ce débat émerge avec le Covid-19.

«Notre système de pharmacovigilance n’a enregistré aucun cas de décès lié à la prise de chloroquine», insiste le responsable, qui informe que «nous n’avons noté que deux cas d’éruption [cutanée, ndlr], liés à une interaction avec d'autres médicaments».

En conclusion, le Pr Khalid Aït Taleb a estimé que «l’important c’est le résultat». «Au Maroc, le résultat est que les Marocains guérissent lorsqu’ils utilisent la chloroquine dès les premières étapes de la maladie. Le nombre de décès au Maroc est parmi les plus faibles au monde», a-t-il conclu.

Un infectiologue marocain dézingue l’étude du Lancet

Le Pr Jaâfar Heikel, épidémiologiste et infectiologue marocain, et directeur général d’une clinique privée à Casablanca qui soigne dans le cadre d’un volontariat les malades atteints du Covid-19, a identifié cinq failles reconnues, selon lui, même par les rédacteurs de l’étude publiée par le Lancet.

La première est qu’«ils ne peuvent associer la mortalité au traitement, car ils n’ont pas d’autres informations sur les morbidités cardiovasculaires ou certains facteurs de risques». Et d’expliquer qu’«en effet, lorsque certaines caractéristiques cliniques n’étaient pas informatisées [mais reportées, ndlr.] sur les registres [manuels], les auteurs ont considéré qu’elles étaient absentes chez le patient!» «Ceci est une hypothèse qui de facto biaise dans une certaine mesure l’analyse pronostique», souligne-t-il.

D’après le spécialiste, les rédacteurs de l’étude n’ont également pas «mesuré le segment QT [segment représentant la dépolarisation myocardique sur le tracé de l’électrocardiographe (ECG), ndlr]».

Par ailleurs, le Pr Heikel rappelle que les patients retenus dans l’étude «sont de continents différents et avec des souches virales différentes (plusieurs variantes existent de virulence différente probablement, et en Afrique c’est encore plus vrai)».

Enfin, les deux dernières failles avancées par le spécialiste sont «les posologies et les durées de traitement différentes», et le fait que «plusieurs auteurs dont le principal reconnaissent être payés ou recevoir une rémunération ou des fonds par des laboratoires ou autres entreprises».

Dossier:
Études sur le coronavirus – mai 2020 (46)

Lire aussi:

Le refus de la France de reconnaître le Spoutnik V considéré comme politique par la Russie
L’UE s’insurge auprès de l’OMC concernant la politique russe de substitution des importations
Le chef des urgences de l'hôpital Pompidou à Paris, Philippe Juvin, dans la course à la présidentielle
Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Tags:
chloroquine (chloroquinine), Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook