Maghreb
URL courte
Par
15203
S'abonner

L’économie marocaine a été frappée de plein fouet par la crise du Covid-19, indique un rapport de l’Office des changes national qui fait état d’une chute de 19,7% des exportations du pays, notamment dans l’automobile et l’aéronautique. Par ailleurs, les importations ont reculé de 12,6%, essentiellement sur les équipements et produits énergétiques.

Dans son rapport du mois d’avril publié le 30 mai sur la conjoncture économique au Maroc, l’Office des changes rapporte une baisse de près de 20% des exportations du pays durant les quatre premiers mois de l’année en cours en raison de la pandémie de Covid-19. Les importations ont également fléchi de près de 13% pour la même période. Une situation jugée «sans précédent» par le site d’information Médias 24.

Le rapport indique que les exportations ont chuté de 19,7%, soit une perte de 20 milliards de dirhams (1,85 milliard d’euros) sur le premier quadrimestre de l’année 2020. Les importations ont elles reculé de 12,6%, soit une perte de 21,3 milliards de dirhams (deux milliards d’euros).

Ainsi, le déficit de la balance commerciale s’est établi fin avril à moins de 67,5 milliards dirhams (six milliards d’euros). Dans le même temps, celui de la balance des paiements est plus important en raison de la chute des revenus liés au voyage et au tourisme, aux transferts des Marocains qui résident à l’étranger et enfin au recul des investissements étrangers directs.

Les baisses par secteur

Le seul secteur à ne pas avoir subi de plein fouet la crise économique du Covid-19 est celui de l’exportation des phosphates dont les ventes se sont stabilisées. A contrario, des secteurs porteurs comme l’automobile et l’aéronautique ont été fortement impactés par la baisse de la demande mondiale, la rupture des chaînes logistiques et l’arrêt de plusieurs activités dans le pays.

En effet, les exportations automobiles ont dégringolé de 39%, soit une chute de 11 milliards de dirhams (un milliard d’euros), contre 34% pour l’aéronautique, pour une réduction de 1,9 milliard de dirhams (174,5 millions d’euros).

Dans l’agriculture et l’agroalimentaire, les exportations ont reculé de 7%, soit une privation de 1,8 milliard de dirhams (165 millions d’euros). Le textile a également souffert d’un effondrement de 28%, avec une perte de 3,6 milliards de dirhams (334 millions d’euros).

Les importations

Les mesures d’urgence sanitaire prises par le gouvernement marocain ont engendré une baisse de la consommation qui a entraîné l’arrêt des investissements et de l’activité économique.

Par conséquent, les importations d’équipements se sont écroulées de 18%, contre 22% pour celles des produits énergétiques (en raison de la chute des cours et de la consommation). Concernant les produits de consommation finis et semi-finis, ils ont respectivement reculé de 15% et 12%.

Les services et recettes de voyages ont chuté de 13%, et celles des transferts de Marocains résidant à l’étranger de 10%. Les investissements directs étrangers ont perdu 17%. Les voyages des Marocains vers l’étranger ont également dégringolé de 30%.

Le 20 mai, le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani a annoncé au Parlement un plan de relance économique qui sera mis en branle après le déconfinement. En effet, il sera question d’un projet de loi de finances complémentaire pour l’année 2020, comprenant «des signaux forts et des réformes importantes et structurantes visant à relancer l’économie et sauver ce qui peut l’être».

Par ailleurs, le chef de l’exécutif a catégoriquement écarté l’idée d’un recours à «une politique d’austérité», expliquant que son gouvernement axera son action sur le soutien à la consommation et à la production nationale.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Tags:
coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, crise économique, substitution aux importations, importations de pétrole, importations, exportations, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook