Maghreb
URL courte
Par
11446
S'abonner

La police tunisienne a annoncé ce 8 juin l’arrestation d’une femme de 28 ans recherchée depuis 2013 pour avoir piégé 12.500 personnes avec un système financier frauduleux; elle leur a volé 5,31 millions d’euros, a indiqué le porte-parole de la Garde nationale tunisienne sur Shems FM. L’intéressée a été condamnée à 1.277 ans de prison.

En cavale depuis 2013, une Tunisienne de 28 ans, gérante d’une entreprise financière fictive fonctionnant suivant la pyramide de Ponzi, a été arrêtée le 6 juin par la Garde nationale tunisienne (GNT), a informé ce lundi 8 juin sur Shems FM le porte-parole de la GNT, le colonel Houssem Eddine Jbebli.

Le responsable a précisé que le frère et la sœur de la mise en cause avaient été arrêté en 2013 dans le cadre de la même affaire, après que des preuves de complicité active ont été cumulées contre eux.

Des peines lourdes

Le colonel Jbebli a expliqué que la femme était sous le coup «de 205 avis de recherche dont chacun concernait entre 20 à 25 affaires d’escroqueries». Ainsi, «12.500 victimes» ont été arnaquées.

«Près de 17 millions de dinars [5,3 millions d’euros, ndlr] dans cette affaire sont à la disposition des banques tunisiennes, sans compter les biens immobiliers qui ont été confisqués», a-t-il précisé.

Le porte-parole de la GNT a déclaré que la prévenue avait été condamnée par contumace «à 1.277 ans de prison».

C’est quoi une pyramide de Ponzi?

Un système de Ponzi consiste en un montage financier frauduleux qui repose sur le fait de rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.

La bulle tient son nom de Charles Ponzi qui est devenu célèbre après avoir mis en place dans les années 1920 une opération fondée sur ce principe à Boston, aux États-Unis.

Tant que les sommes investies par les nouveaux entrants suffisent à payer les rémunérations des premiers clients, le système se tient en dépit de la croissance exponentielle des capitaux engagés. Dans ce cas, l’organisateur s’octroie une commission sur chaque transaction accomplie.

Cependant, au moment où les nouveaux entrants se raréfient ou n’apportent pas suffisamment de capitaux pour assurer le payement des rémunérations, la bulle implose et l’escroquerie apparaît au grand jour. Dans cette situation, il n’y a que les clients qui ont quitté le navire à temps qui s’en sortent indemnes, alors que les derniers sont pris au piège.

Lire aussi:

«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Plusieurs explosions entendues à Minsk
Un couple de sexagénaires agresse une caissière qui leur demande de porter un masque dans les Vosges
Tags:
détournement de fonds, finances, arnaque, action en justice, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook