Maghreb
URL courte
Par
7146
S'abonner

Destinés à l’exportation, «26 millions de masques réutilisables d’une valeur marchande de 30 millions d’euros» sont stockés par des producteurs marocains confrontés à une baisse simultanée de la demande interne et externe en raison de l’accalmie de la pandémie de Covid-19, selon L’Économiste.

Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, près d’une soixantaine d’entreprises marocaines du textile se sont lancées dans la confection des masques de protection pour satisfaire la demande urgente de leur pays puis exporter 50% de leur production vers l’étranger. Mais des raisons internes et externes ont entraîné l’accumulation de dizaines de millions de masques réutilisables chez beaucoup de producteurs, les mettant dans une situation délicate, selon le site d’information L’Économiste. Le ministère de l’Industrie et du Commerce a annoncé un plan d’aide à l’exportation en direction des entreprises touchées, poursuit la source.

Le média rapporte que pas moins «de 26 millions de masques réutilisables d’une valeur marchande de 30 millions d’euros» sont actuellement stockés par plusieurs d’entreprises.

Chute des demandes

L’accalmie de la pandémie constatée dans la majorité des pays du monde, notamment en Europe, principal marché des producteurs marocains de masques réutilisables, a compliqué l’écoulement de leur marchandise à l’export.

«Nous ne recevons plus aucune commande du marché français. Seuls le Portugal et l’Espagne sont encore demandeurs de nos masques et en petites quantités», explique le président de l’Association Marocaine des Industries du Textile et de l’Habillement (AMITH) de la région Fès-Meknès, Mouhsine Idrissi.

Une situation qui est venue se greffer à la chute de la demande interne. En effet, les entreprises marocaines qui misaient sur la vente d’une bonne partie de leur production aux services de l’État, pharmacies et autres, se sont confrontés à «l’effondrement des commandes locales» en raison du fait que «le port du masque, quoiqu’il est obligatoire, n’est pas respecté», relate le média. Ceci en plus des Marocains qui «ont opté pour des masques jetables qu’ils n’hésitent pas à réutiliser», ajoute L’Économiste.

Le plan du gouvernement

Dans un plan global visant à relancer les exportations des produits des industries du textile, dont les masques, notamment réutilisables, les blouses et les surblouses, ainsi que les articles classiques d’habillement (pantalons, chemises, etc.), le ministre de l’Industrie et du Commerce Moulay Hafid Elalamy a fait savoir à L’Économiste que son ministère planchait sur de nouvelles pistes, ciblant notamment «l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne».

Dans ce sens, M.Elalamy a mis en place une commission composée des services du ministère de l’Industrie et du Commerce, de l'Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE) et de l’AMITH. Sa mission consiste à créer une plateforme de mise en relation entre industriels marocains et acheteurs internationaux pour «intensifier la promotion dans les marchés cibles (Espagne, Allemagne et Italie), et booster la communication sur la disponibilité des masques au Maroc», souligne le journal marocain francophone.

En ces temps de crise économique, «l’essentiel pour nous est que le redémarrage des unités industrielles puisse se faire dans l’ordre, la sérénité et le sérieux», a conclu le ministre.

Lire aussi:

L'ancien Président français Valéry Giscard d'Estaing est décédé
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Tags:
substitution aux importations, importations, exportations, masques, zone industrielle, industrie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook