Maghreb
URL courte
Par
514526
S'abonner

En dépit du rappel de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, le Président Abdelmadjid Tebboune a affirmé dans un entretien diffusé par la télévision nationale que les liens entre les deux pays demeuraient solides, écartant toute mésentente avec Emmanuel Macron sur «l’avenir» des relations bilatérales.

Sur fond de crise diplomatique suite au rappel de l’ambassadeur d’Algérie à Paris, le Président algérien a assuré lors d’un entretien télévisé que la France demeurait «un pays ami» avec lequel il était «obligé de travailler». Il a par ailleurs indiqué qu’il entretenait d’excellentes relations avec son homologue Emmanuel Macron, avant de dénoncer des lobbies qui tentent de semer la discorde entre les deux pays.

«Avec le Président français Emmanuel Macron, je n’ai pas de problème», a déclaré Abdelmadjid Tebboune, soulignant qu’il partageait avec son homologue une «entente presque parfaite sur l’avenir» des relations bilatérales. «Ce que le Président Macron a dit en Algérie [en février 2017 alors qu’il était candidat à la présidence, affirmant que la colonisation était "un crime contre l’Humanité", ndlr] et dans son pays sur notre histoire et la mémoire l’honore et nous honore», poursuit-il, rappelant qu’«il a criminalisé la colonisation».

«Des lobbies qui cherchent à allumer le feu»

De plus, M.Tebboune a mis l’accent sur le fait que la France est un «pays ami», au même titre que l’Allemagne et les États-Unis, mais «qu’il y a des lobbies […] qui cherchent à allumer le feu, parce que la France et l’Algérie sont deux pays indépendants, deux grands États, un en Afrique et l’autre en Europe».

Enfin, le Président algérien a rappelé l’existence d’une forte communauté immigrée algérienne en France et donc l’importance «qu’on travaille ensemble, mais il ne faut pas laisser ces lobbies nous conduire sur une autre voie, celle de la confrontation». «Nous avons nos enfants là-bas, ne serait-ce que pour eux, on est obligés de travailler» ensemble.

Le 27 mai, Alger a rappelé pour consultations son ambassadeur à Paris suite à la diffusion de deux documentaires sur le Hirak: «Algérie mon amour» sur France 5 et «Algérie: Les promesses de l'aube» sur LCP (La chaîne parlementaire), lesquels ont été jugés «comme des attaques contre le peuple algérien et ses institutions, dont l'Armée nationale populaire (ANP)».

Les dossiers qui fâchent

La question mémorielle relative à la colonisation française en Algérie reste d’une importance capitale pour édifier des relations seines entre les deux pays. Elle s’articule autour de quatre sujets, énumérés par le ministre des Moudjahidine (Anciens combattants) Tayeb Zitouni dans une déclaration à la Presse. Selon lui, Alger et Paris sont tenus de traiter la «question des archives de la période coloniale», «la récupération des crânes des martyrs exposés au musée de l'Homme de Paris», «le dossier des disparus de la guerre» et «l'indemnisation des victimes des essais nucléaires français en Algérie».

Par ailleurs, les problèmes liés au conflit au Sahara occidental (et du soutien de la France au plan d’autonomie marocain), à la crise sécuritaire au Sahel et en Libye, aux échanges économiques et commerciaux en faveur de la France et au respect des accords relatifs à la circulation des personnes, sont également sources de tensions. Et les autorités algériennes souhaitent les traiter avec leurs homologues françaises.

Dernièrement, la question de la récupération des fonds détournés et placés en France par de hauts dignitaires algériens, dont un bon nombre d’entre eux sont actuellement en prison pour des affaires de corruption, a rejoint la liste des dossiers à l’ordre du jour.

Lire aussi:

Guy Georges pourrait être remis en liberté sous peu malgré ses nombreux viols et meurtres
«Sputnik V»: Poutine annonce l'enregistrement du premier vaccin contre le Covid-19 en Russie
Un incendie «d'une rare intensité» dans un immeuble de Vincennes, deux morts – images
Tags:
guerre d'Algérie (1954-1962), relations économiques, relations diplomatiques, relations bilatérales, relations publiques, reprise de relations, Algérie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook