Maghreb
URL courte
Par
21712
S'abonner

Lors d’un conseil des ministres, le Président algérien a fustigé les citoyens «qui veulent faire croire aux autres que le Covid-19 n’est qu’un mythe à visées politiques», informe un communiqué. Le chef de l’État a annoncé le maintien de la fermeture des frontières et le durcissement des sanctions contre les contrevenants aux règles sanitaires.

Des appels répétés sont lancés sur les réseaux sociaux pour la reprise des manifestations populaires le vendredi en Algérie. Les initiateurs estiment que les autorités utilisent la crise sanitaire du Covid-19 pour étouffer le Hirak du 22 février 2019 qui a mis fin à 20 ans de pouvoir de l’ex-Président déchu Abdelaziz Bouteflika. Lors du conseil des ministres tenu dimanche 28 juin à Alger, le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a pointé les Algériens qui minimisent le danger du coronavirus, instruisant le Premier ministre Abdelaziz Djerad de durcir les sanctions contre tous les contrevenants aux règles sanitaires, indique un communiqué du gouvernement.

Constatant une hausse fulgurante des cas de contamination après les premières mesures de déconfinement, M.Tebboune a relevé avec amertume «les comportements de certains citoyens qui veulent faire croire aux autres que le Covid-19 n’est qu’un mythe à visées politiques», poursuit la note. Il s’étonne «d’une telle irresponsabilité alors que les morts sont déplorés, chaque jour, par milliers à travers le monde, à commencer par les pays les plus développés», souligne le document.

Dans ce contexte, le Président Tebboune a rappelé «que la lutte contre la pandémie est une responsabilité collective (État, institutions, société civile et individus) à travers l’ensemble du territoire national car il y va de la préservation de la santé et de l’intégrité du citoyen».

Nouvelles décisions

Lors d’un point presse dimanche 28 juin, le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’épidémie du Covid-19, le Pr Djamel Fourar, a fait état de 305 nouveaux cas de contamination confirmés, après les 287 de samedi et les 240 de vendredi, des records dans le pays depuis le début de l’épidémie.

Des professionnels de la Santé ont tiré la sonnette d’alarme face à cette hausse qui met les hôpitaux dans une situation de saturation, demandant aux Algériens de respecter scrupuleusement les mesures d’hygiène dont le port du masque de protection, la distanciation physique et le lavage fréquent des mains.

Face à cette situation, Abdelmadjid Tebboune «a ordonné le durcissement des sanctions à l’encontre de tous les contrevenants, individuellement ou collectivement, aux mesures de prévention».

Il a par ailleurs exigé le maintien de la fermeture des frontières terrestres, aériennes et maritimes du pays jusqu’à la fin de la crise du coronavirus.

Enfin, face à la recrudescence de la maladie ces derniers jours, le chef de l’État a demandé au Premier ministre de préparer avec le Comité scientifique un plan d’action en vue de briser la chaîne de contamination et de circonscrire les foyers épidémiques.

Selon le Pr Fourar, le total des cas confirmés depuis le début de la maladie en Algérie s'élève à 13.273, dont 897 décès et 9.371 guéris.

Lire aussi:

L'évacuation policière de la terrasse d’un bar parisien fait polémique – vidéo
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Un cri d’alarme des élus de la Loire adressé à l’armée
Appels au boycott de produits français dans des pays musulmans
Tags:
Abdelaziz Djerad, fermeture des frontières, zones transfrontières, poste-frontière, frontière, épidémie, Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), coronavirus SARS-CoV-2, souche de coronavirus, Covid-19, Abdelmadjid Tebboune, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook