Maghreb
URL courte
Par
211020
S'abonner

Toutes les économies des pays du Maghreb connaitront une contraction durant l’année 2020 en raison du Covid-19, informe un rapport de la Banque africaine de développement, publié mardi 7 juillet sur son site officiel. Le Maroc est celui qui s‘en sort le mieux, suivi de la Tunisie, de l’Algérie et de la Libye, selon le document.

La Banque africaine de développement (BAD) vient de publier sur son site officiel son rapport semestriel relatif aux perspectives économiques de l’Afrique pour l’année 2020. Les experts économiques de la BAD qui ont rédigé ce document ont confronté leurs prévisions d’avant Covid-19 de janvier (scénario de base), aux projections futures au-delà du 30 juin, si la pandémie venait à s’éterniser (scénario pessimiste). Ainsi, alors que les prévisions de croissance pour les pays africains, selon le scénario de base, n’étaient pas réjouissantes, celles du scénario pessimiste sont encore plus négatives.

Au Maghreb, le Maroc est le pays le moins touché par la récession causée par l’épidémie, suivi par la Tunisie, l’Algérie et la Libye respectivement. L’Égypte est le seul pays nord-africain dont les prévisions de croissance selon les deux scénarios sont positives.

La BAD affirme que le PIB réel de l’Afrique devrait se contracter de 1,7% en 2020, soit une baisse de 5,6% par rapport aux prévisions de janvier 2020. Cette projection est faite en considérant que l’impact de la pandémie sera substantiel mais de courte durée. Cependant, si le coronavirus continue à sévir sur le continent au-delà du premier semestre, alors la contraction du PIB sera de l’ordre de 3,4 %, soit une baisse de 7,3% par rapport à janvier 2020.

Le Maghreb également dans la tourmente

Le rapport de la BAD affirme que le royaume chérifien sera le moins impacté par la crise économique et financière générée par l’épidémie du coronavirus. Ainsi, la récession du pays est de moins 3,3% selon le scénario de base et elle atteint moins 4,6 %, selon le scénario pessimiste.

La Tunisie arrive en deuxième position avec une contraction de moins 3,4% dans le premier cas et de moins 4% dans le second.

Ces deux premiers pays doivent leur récession à la contraction subie de plein fouet par le secteur du tourisme qui a souffert du confinement et de la fermeture des frontières et des espaces aériens.

L’Algérie qui occupe la troisième place aura une récession de moins 4,4% selon le premier scénario et de moins 5,4 selon le second.

La Libye, quant à elle, verra son PIB se contracter de moins 25,4% selon le scénario de base et de 43,7% d’après le pessimiste.

Étant dépendantes à 98% des exportations des hydrocarbures, le recul des économies algérienne et libyenne est dû essentiellement à la chute des prix du pétrole et du gaz.

Pourquoi l’Égypte s’en sort mieux?

Le seul pays d’Afrique du Nord qui a pu maintenir une croissance positive malgré la crise du Covid-19 est l’Égypte. En effet, le rapport de la BAD indique que la croissance du pays sera de plus 2,2%, selon la première projection, et de plus 0,8% selon la seconde. L’économie égyptienne a tenu bon face à la crise du Covid-19 en raison de sa forte diversification. Le même topo correspond à d’autres pays africains comme l’Éthiopie (+3,6% ; +2,6%), le Kenya (+1,4% ; +0,6%), la Côte d’Ivoire (+3% ; 1,5%) et le Sénégal (+2,8% ; +0,1 %).

Partant de ces prévisions, la Banque africaine de développement a averti qu’à cause de la crise du Covid-19, entre 28,2 et 49,2 millions de personnes pourraient basculer dans l’extrême pauvreté entre 2020 et 2021, selon les deux projections. La BAD prévoit également entre 24,6 et 30 millions de destruction d’emplois.

Lire aussi:

Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Tags:
récession, crise financière, crise économique, Maghreb, Libye, Tunisie, Algérie, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook