Maghreb
URL courte
Par
4710
S'abonner

Contrairement à ce qui a été rapporté par El Espanol, l’ambassade américaine à Rabat a réfuté les informations sur un éventuel déménagement de l’US Navy de la base navale de Rota, en Espagne, indique un communiqué transmis au site Yabiladi qui a repris l’information.

Le porte-parole de l’ambassade des États-Unis au Maroc a formellement démenti les informations rapportées cette semaine par la presse espagnole faisant état d’un éventuel déménagement des navires de guerre américains de la base de Rota, en Espagne, vers celle de Ksar Sghir, au Maroc, indique un communiqué de la représentation diplomatique américaine parvenu à la rédaction de Yabiladi.

Le diplomate affirme que les États-Unis n’ont reçu «aucune offre du Maroc pour déplacer les actifs de la marine américaine de Rota à Ksar Sghir». Il précise que «les rapports selon lesquels l'accord de la marine américaine avec Rota expirera bientôt sont inexacts».

Les faits rapportés par El Espanol

Le 5 juillet, le quotidien El Espanol avançait que l’accord militaire qui lie les États-Unis à l’Espagne depuis décembre 1988 concernant la base de Rota, sur la côte atlantique, dans le sud-ouest de la péninsule ibérique, expirerait en mai 2021. Il ajoutait par ailleurs que le royaume chérifien avait proposé à la Maison-Blanche de recevoir les bâtiments de guerre américains à la base de Ksar Sghir, dans le détroit de Gibraltar, au nord du Maroc. Toujours d’après le média, cette proposition inquiétait les autorités espagnoles.

En effet, à en croire la ministre espagnole de la Défense nationale Margarita Robles, la Maison-Blanche n’a «toujours pas présenté de demande officielle pour prolonger la présence de la marine américaine sur la base de Rota», poursuivait El Espanol.

Se référant à une source militaire marocaine, le quotidien expliquait que suite à une visite de hauts gradés de la marine américaine à la base de Ksar Sghir pour évaluer ses capacités à recevoir les navires stationnés à Rota, Rabat a multiplié «par quatre la surface» de la base navale, lui permettant ainsi d'«accueillir même des sous-marins».

Sollicitée, la ministre espagnole des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya a refusé de s’exprimer sur le sujet, ajoutait Yabiladi.

Un eurodéputé saisi la Commission européenne

Dans ce contexte, l’eurodéputé espagnol José Ramon Bauza, du parti de centre-droit Ciudadanos, a demandé à la Commission européenne d’aider financièrement son pays afin de remettre à niveau les infrastructures de la base de Rota, pour «maintenir son activité par les forces armées américaines qui la partagent avec l’Espagne depuis 1953», selon Ceuta TV.

M.Bauza a pointé la responsabilité des gouvernements espagnols qui ont «négligé les forces armées et les relations transatlantiques alors que le Maroc a intensifié l’achat d'armes aux États-Unis, renforçant ainsi son influence auprès de Washington».

Enfin, il a souligné que «pour l'Espagne, il est essentiel que l'US Navy maintienne sa présence à Rota […], non seulement à cause de l’apport de la base dans l'économie de la région, mais pour l'importance de rester un partenaire prioritaire pour les États-Unis face aux tentatives marocaines d’écarter notre pays».

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
Tags:
déménagement, base militaire, base navale, Espagne, roi Mohammed VI du Maroc, accords UE-Maroc, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook