Maghreb
URL courte
2127
S'abonner

Se référant à deux sources officielles, l'AFP rapporte le 15 juillet que le chef du gouvernement tunisien, qui a été nommé à ce poste en février, a présenté sa démission. Cela a été précédé d'appels à changer de gouvernement, émanant du parti Ennahda.

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, choisi en février pour diriger un gouvernement de coalition, a, après un bras de fer avec le parti d'inspiration islamiste Ennahdha, présenté sa démission mercredi 15 juillet, ont indiqué à l'AFP deux sources officielles sous couvert de l'anonymat.

Ennahdha, qui compte cinq ministres au gouvernement, avait relancé de façon pressante cette semaine ses appels à changer de gouvernement, mettant en avant les soupçons de corruption pesant sur le Premier ministre, précise l'agence.

M.Fakhfakh est sous le coup d'une enquête pour conflit d'intérêt, accusé depuis fin juin de ne pas avoir cédé la gestion de ses parts dans une entreprise d'assainissement ayant remporté des marchés publics ces derniers mois.

Il avait été désigné par le président Kaïs Saïed après l'échec, l'automne dernier, d'Ennahdha à rassembler une majorité autour d'un Premier ministre de son choix.

Selon la présidence, M.Saïed a désormais 10 jours pour nommer une personnalité à même de gouverner le pays, qui aura elle-même un mois afin de convaincre la majorité absolue des députés d'approuver son équipe, précise l'AFP.

Une gageure étant donné que le Parlement élu en octobre est composé d'une myriade de partis.

Peu avant l'annonce de cette démission, le parti Ennahdha et certains de ses alliés avaient déposé une motion de censure contre le Premier ministre.

Lire aussi:

Véhicules endommagés, poubelles incendiées, tirs de mortiers d’artifice: nuit agitée pour les policiers de l’Oise
Netanyahou accuse l'Iran de l'attaque d'un navire israélien et promet de riposter
Trump évoque «la catastrophe énergétique» aux USA et la dépendance au pétrole russe sous Biden
«J’ai déjà fait barrage, cette fois c’est fini»: la Une de Libération sur le RN indigne la majorité
Tags:
premier ministre, démission, Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook