Maghreb
URL courte
Par
736428
S'abonner

Des cas de suicide se sont succédé dernièrement au Maroc, provoquant émotion et inquiétude. Même si un silence de cimetière entoure ce phénomène, toujours tabou dans le pays, des Marocains exhortent les pouvoirs publics à assumer leurs responsabilités.

Déçue par ses résultats scolaires, une bachelière de 18 ans dans la région de Fès a mis fin à ses jours mercredi 15 juillet, ravivant le débat sur le suicide au Maroc. Sa mort tragique s’ajoute à celles de cinq enseignants et quatre loueurs de voitures –en désarroi à cause de la crise pandémique– qui ont beaucoup ému les Marocains. Comme à chaque fois dans un cas similaire, l’émotion cède vite la place à la consternation face à un phénomène dont on parle peu dans le pays, car il est toujours considéré comme «hchouma» (déshonorant).

Quelques rares associations tirent la sonnette d’alarme. Encore une fois, elles notent la multiplication à vue d’œil des cas de suicide. Ces organisations dénoncent l’opacité qui entoure ce fléau en le qualifiant de «pandémie occultée». Parmi leurs revendications prioritaires, des chiffres actualisés en toute transparence. Leur plus grand regret est que le royaume ne recense même pas ses suicidés, les autorités sanitaires n’ayant toujours pas mis en place un registre national dédié aux Marocains qui se donnent la mort. Cet outil pourrait permettre de suivre, en temps réel, l’évolution du phénomène à l’échelle de tout le pays.

Sans se décourager devant le vide laissé par l’État, des professionnels s’organisent pour que ce fléau ne soit pas banalisé. Interrogée par Sputnik, la présidente de la Société marocaine des psychologues cliniciens (SMPC), Raja El Mouatarif, se dit «sidérée» par la non-reconnaissance par les autorités marocaines de ce phénomène comme problème grave de santé publique.

«En tant que professionnels de la santé mentale, nous avons tous remarqué, cliniquement, qu’il y a une hausse inquiétante du passage à l’acte ces dernières années. Nous ne cessons de le répéter, la situation est grave. Malgré tout, il n’y a ni actions concrètes de la part des autorités publiques pour prévenir ce fléau, ni même un observatoire ou des recensements officiels pour le quantifier», regrette-t-elle.

Faute de chiffres confirmés, les internautes s’alarment sur les réseaux sociaux en découvrant les cas de suicide qui se succèdent dans les médias. Effrayés, certains parlent d’explosion du phénomène.

Nombreux sont les internautes qui s’inquiètent de la recrudescence des cas de suicide en se basant sur les signalements médiatiques ou même oraux qui leur parviennent.

Des morts invisibles

Les seuls chiffres nationaux disponibles sur les suicides dans le royaume sont ceux donnés par le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM), et qui ne concernent que les cas de suicide (et tentatives de suicide) par intoxication. Dans sa revue du quatrième trimestre 2019, le Centre, qui relève du ministère de la Santé marocain, indique que 1.758 cas de suicide et de tentatives de suicide ont été déclarés l’année dernière dans le royaume.

Un autre indicateur chiffré a été donné par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), en septembre 2019. Dans son dernier rapport recensant les suicides dans le monde, l’organisation fait état de 1.013 cas enregistrés en 2016 au Maroc. Un bilan anachronique, que conteste le Dr El Mouatarif en le qualifiant de flagrante sous-estimation. «En l’absence de registre national des suicides, ce phénomène reste un mystère. Comment l’OMS a-t-elle pu sortir ce chiffre qui ne reflète pas du tout la réalité?», s’étonne-t-elle. Surtout que le même rapport révèle que 800.000 personnes se donnent la mort chaque année dans le monde, soit un cas toutes les quarante secondes.

Pour la psychologue, qui exerce depuis plus de sept ans dans la capitale du royaume, l’absence de statistiques sur ce fléau au Maroc alimente «le déni ambiant». «Sans chiffres officiels, on pourrait penser que tout va bien dans le meilleur des mondes, ironise-t-elle, amère. Lorsque l’on n’a pas de baromètre qui mesure l’ampleur d’un phénomène, il n’y a tout naturellement pas de prise de conscience au sein de la société.»

L’État réfléchit trop sans agir

C’est pour la prise de conscience par toutes et par tous du danger du suicide que l’association «Sourire de Reda» milite depuis plus d’une décennie. C’est la seule ONG au Maroc œuvrant spécifiquement pour la prévention au niveau national. Depuis 2011, «Sourire de Reda» a même mis en place une helpline d’écoute par chat spécialisé –Stop Silence– pour venir en aide aux personnes en souffrance.

«En 2019, Stop Silence a pu répondre à 348 jeunes marocains, dont 35% ont fait une tentative de suicide et 65% exprimaient des idées suicidaires. Notre helpline reçoit plus d’appels qu’elle ne peut en absorber. À chaque ouverture d’un nouveau créneau horaire, nous voyons affluer les demandes», détaille Meryeme Bouzidi Laraki, en réponse aux questions de Sputnik.

Elle est la présidente de «Sourire de Reda», ONG qu’elle a fondée en 2009 à la suite du suicide de son propre fils. Reda, c’est son prénom, était âgé d’à peine 13 ans quand il s’est donné la mort.

Avec près d’une décennie d’action de terrain au compteur, pour éviter l’irréparable à d’autres enfants et adultes, l’association a pu enfin entamer «un travail de réflexion avec le ministère de la Santé pour l’élaboration d’une stratégie de lutte contre le suicide qui comprendra la mise en place d’un registre national». C’est ce qu’annonçait sa présidente en octobre 2019 au site d’information marocain Yabiladi.com.

«Les premiers ateliers pour la mise en œuvre de cette stratégie ont débuté en 2018, pilotés par une consultante internationale OMS. "Sourire de Reda" a participé à des ateliers au même titre que l’ensemble des instances ministérielles, les entités hospitalières… Nous trouvons néanmoins que la mise en œuvre de ce plan tarde», confie à Sputnik la présidente de l’association.

Dans le dernier bilan d’étape du plan de santé 2025 du ministère de la Santé marocain, le suicide n’est mentionné que deux fois. Notamment pour annoncer que la stratégie de prévention tant espérée était «validée». Sauf que, jusqu’à présent, elle n’a pas été mise en application. Or, le mandat de l’actuel gouvernement s’achève l’année prochaine.    

Le linceul de la honte

«Le suicide est interdit en islam et celui qui attente à sa vie est menacé d’aller en enfer. Cela n’empêche pas le passage à l’acte des personnes en grande souffrance psychique… Étant donné cette dimension du péché et le tabou entourant cet acte, les familles le cachent fréquemment à leur entourage, par honte et par culpabilité», souligne Jalil Bennani. Ce psychiatre et psychanalyste exerçant Maroc est l’auteur de l’ouvrage Psychanalyse en terre d’Islam (Éd. Erès, 2008).

Pour le président du cercle psychanalytique marocain, «la santé mentale reste le parent pauvre du système de santé marocain». Pourtant, dans la plupart des cas, l’idée du suicide part d’un état de détresse qui serait remédiable avec notamment de l’écoute, de l’attention, du soutien psychologique, voire une bonne thérapie. Là encore, l’autre «hchouma» du recours à la psychothérapie complique la situation au Maroc. En plus, le royaume ne compte en tout que 400 psychiatres et environ 350 psychologues pour ses 35 millions d’habitants.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
honte, chiffres, suicide, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook