Maghreb
URL courte
Par
241715
S'abonner

La diplomatie algérienne «exige et veille à ce […] que toutes les zones d’ombre soient levées» dans l’affaire du décès d’Akram, jeune algérien de 29 ans, après son interpellation par la police d’Anvers, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères relayé par l’APS.

Le ministère algérien des Affaires étrangères hausse le ton dans un communiqué publié jeudi 23 juillet et relayé par l’Algérie Presse Service (APS) concernant le décès du jeune ressortissant algérien Akram, 29 ans, suite à son arrestation par la police d’Anvers, en Belgique. Il «exige» des autorités judiciaires belges que toute la lumière soit faite sur les circonstances qui entourent ce drame. Une déclaration qui intervient après la demande formulée par l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani. Il a également demandé à ce que «certains éléments soient clarifiés», poursuit Tout Sur l’Algérie (TSA).

«L’Algérie exige et veille à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que toutes les zones d’ombre soient levées», informe la note du ministère.

«Le dossier de la mort du ressortissant algérien Kadri Abderrahmane Ridha dit Akram, à Anvers en Belgique, en date du 19 juillet 2020, dans des conditions qui restent à élucider et qui a suscité l’émotion et la compassion des Algériens aussi bien en Algérie qu’à l’étranger, est suivi à l’évidence de près par les hautes autorités dans notre pays», ajoute le ministère.

Le drame

Le 19 juillet, dans le quartier de la gare centrale d’Anvers, la police a procédé à l’arrestation d’Akram. Suite à un malaise, précise la police, l’homme a été transporté à l’hôpital dans un état critique.

Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre la victime immobilisée au sol par deux policiers.

«En raison des circonstances sur place, les services de police ont été contraints de menotter un homme de 29 ans. À un certain moment, l'homme a subi un malaise et les services d'urgence ont été prévenus. L'homme a été emmené dans un état critique à l'hôpital où il est mort la nuit dernière», explique la police de la ville dans un communiqué cité par rtbf.be.

Selon le porte-parole de la police, le défunt «a agressé des gens, jeté des meubles de terrasse et est tombé par terre». Il précise que des témoignages disent que l’homme a mis quelque chose dans son verre qu'il a ensuite ingurgitée. «Cela confirme l’idée qu’il était sous influence», souligne le responsable. Des propos rejetés par la mère d’Akram dans un message publié sur Twitter.

Dans une déclaration à la presse, l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani, a affirmé que «certains éléments doivent être clarifiés le plus tôt possible». M.Belani a estimé que le visionnage des vidéos, «y compris celles qui circulent sur les réseaux sociaux, et leur recoupement avec les résultats de l’autopsie permettront de faire la lumière sur les quelques zones d’ombre qui entourent cette déchirante affaire».

Sur Internet, une pétition «Justice pour Akram» a été lancée. «Cette pétition a pour but de rendre justice à Akram assassiné ce 19/07/2020 à Anvers par la police. Nous ne voulons plus que nos enfants se fassent tuer par des policiers», expliquent les initiateurs sur change.org.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Tags:
interpellation, décès, relations diplomatiques, relations bilatérales, relations publiques, Belgique, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook