Maghreb
URL courte
Par
580
S'abonner

Un parlementaire tunisien a appelé ce mercredi sur les ondes de Jawhara FM le parquet à enquêter sur les présumés «fonds émiratis distribués aux députés pour retirer la confiance au président du Parlement Rached Ghannouchi». Selon lui, ces accusations lancées par un responsable d’Ennahdha visent à influencer le vote des députés.

Jeudi 30 juillet, une séance plénière est prévue à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) tunisienne. Elle est consacrée au vote de la motion de retrait de confiance au Président de l’ARP, Rached Ghannouchi. Dans ce contexte, mardi 28 juillet, Noureddine Al-Bhiri, responsable au parti islamiste d’Ennahdha dont est issu M.Ghannouchi, a créé une vive polémique dans le pays. Il affirme que des fonds émiratis ont été distribués aux députés pour retirer la confiance au Président de l’ARP.

Ainsi, dans une déclaration sur Jawhara FM, le député du parti Tahia Tounès (Vive la Tunisie) Walid Jalled a appelé la justice à ouvrir une enquête au sujet de ces déclarations, soulignant qu’elles rentrent dans le cadre d’une tentative d’influencer le vote des élus.

«J’appelle le parquet à agir et à enquêter sur les déclarations de Noureddine Al-Bhiri, un des dirigeant du mouvement Ennahdha, dans lesquelles il a indiqué que des fonds émiratis étaient distribués aux députés pour retirer la confiance au président du Parlement Rached Ghannouchi», demande le député. Il ponctue que «ces déclarations sont dangereuses et que le parquet devrait ouvrir une enquête sur le champ».

Tentative d’influencer le vote

Pour Walid Jalled, les déclarations du responsable d’Ennahdha visent en réalité à faire pression sur les députés pour qu’ils ne votent pas en faveur de la destitution du président du Parlement.

À ce propos, il a fait savoir que «Rached Ghannouchi avait rencontré hier un certain nombre de députés dans son bureau, y compris un député de la région de Sousse, et leur avait demandé de ne pas voter en faveur de la motion de retrait de confiance».

Par ailleurs, il a annoncé que «plus de 109 députés [le nombre nécessaire pour faire passer la motion, ndlr] voteraient en faveur du retrait de la confiance du président du Parlement». Selon lui, «la situation n’est plus tolérable à cause de l’incapacité de Rached Ghannouchi à diriger l’Assemblée».

Les accusations de M.Al-Bhiri

La motion visant à destituer le président de l’ARP intervient dans le contexte de la nomination d’un nouveau chef du gouvernement, Hicham Mechichi, par le Président Kaïs Saied, en remplacement d’Elyes Fakhfakh.

Noureddine Al-Bhiri dit que les Émirats arabes unis ont mis en place un plan visant à détruire le système politique tunisien, relaye le site d’information Webdo.tn.

Le plan a pour objectif de créer «un vide au Parlement en destituant le président et en perturbant le processus de formation du prochain gouvernement poussant le pays vers le vide politique», expose-t-il.

Mais Noureddine Al-Bhiri a été désavoué par un député issu de son propre parti. En effet, en réponse à ses déclarations, le député d’Ennahdha Samir Dilou affirme qu’il n’a aucune information sur cette affaire. «Quiconque accuse une partie ou un pays doit avoir des arguments et des preuves», a-t-il conclu, rapporte Webdo.tn.

Lire aussi:

Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
Tags:
lutte contre la corruption, Fondation anti-corruption, corruption, PDL Tunisie, Mosaique FM (radio tunisienne), Tunisie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook