Maghreb
URL courte
Par
14563
S'abonner

«La lutte contre la corruption dans ses diverses manifestations reste, aujourd’hui plus que jamais, un des objectifs principaux de la justice», a affirmé mercredi 12 août le ministre algérien de la Justice, demandant aux magistrats du pays de tout mettre en œuvre pour récupérer rapidement les fonds détournés vers l’étranger, rapporte Algérie 360.

Dans le contexte du vaste mouvement de changement au sein du corps des magistrats et des présidents de tribunaux décidé par le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune afin d’apporter un sang nouveau au système judiciaire, le ministre de la Justice Belkacem Zeghmati a pointé mercredi 12 août sur la nécessité d’accélérer les procédures de récupération des fonds volés et détournés vers l’étranger. Il s’est exprimé lors de la cérémonie d’installation du nouveau président de la Cour d’Alger, Mokhtar Bouchrit, a rapporté le site d’information Algérie 360. Il a par ailleurs fustigé les campagnes menées sur les réseaux sociaux contre les institutions de l’État et la vie privée des fonctionnaires.

«La lutte contre la corruption dans ses diverses manifestations reste, aujourd’hui plus que jamais, un des objectifs principaux de la justice», a affirmé le ministre, insistant sur la nécessité de l’amélioration effective et rapide «des outils juridiques pour plus d’efficacité dans la récupération de l’argent public détourné vers l’étranger».

«Un phénomène qui menace la stabilité sociale»

M.Zeghmati a évoqué au passage les campagnes de dénigrement incessantes sur les réseaux sociaux qui visent les institutions de l’État et toutes les actions entreprises pour assainir la vie politique, économique et sociale du pays.

«Notre pays connaît, depuis quelques mois, un phénomène qui menace la stabilité sociale, à savoir l’utilisation des réseaux sociaux pour porter atteinte à la dignité des personnes et à la vie privée des citoyens et leur famille, voire à s’attaquer aux institutions de l’État comme jamais auparavant», a déploré le responsable.

Ainsi, Belkacem Zeghmati a mis l’accent sur l’article 157 de la Constitution qui «confère à la justice la mission de sauvegarde de la société», d’autant que ces comportements «dangereux» interviennent dans un contexte de double crise, sanitaire et économique.

Le Président dénonce un «complot»

Mercredi 12 août, lors de l’ouverture de la rencontre entre le gouvernement et les walis (préfets), M. Tebboune s’est exprimé sur les retards de réalisation des projets qui avaient été décidés en février en faveur de 15.000 zones d’ombre (quartiers, villages et bidonvilles dépourvus de conditions de vie descente) où vivent près de neuf millions de démunis.

«Je ne comprends pas qu’en 2020, après le Hirak béni, et après tout ce que l’État a fait pour régler les problèmes des citoyens, on voit encore des images hideuses», a-t-il déploré, pointant la malhonnêteté de «certains responsables locaux qui montrent de fausses réalisations devant les caméras», a rapporté le site d’information Tout Sur l’Algérie (TSA).

«C’est quoi ce cinéma? Ces comportements, c’est fini. On donne au citoyen l’impression que rien n’a changé. C’est du sabotage», a-t-il dénoncé, soulignant que «parfois, ce sont des blocages volontaires».

Évoquant le rôle de l’argent sale dans la société et qui devient de plus en plus dangereux, le chef de l’État a affirmé qu’«il y a des forces d’inertie qui œuvrent contre la stabilité du pays et espèrent toujours parvenir à une situation de chaos». Il a ainsi dénoncé «un complot contre la stabilité du pays».

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
Baromètre mondial de la corruption, lutte contre la corruption, Fondation anti-corruption, corruption, Tout sur l'Algérie (TSA), Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook