Maghreb
URL courte
Par
101035
S'abonner

Après l’accord de paix conclu entre Israël et les Émirats arabes unis, Benyamin Netanyahou a annoncé ce lundi que son gouvernement travaillait à l’obtention d’«une autorisation à des vols directs reliant Tel Aviv à Dubaï et à Abu Dhabi via l'espace aérien saoudien».

Suite à l’accord de paix conclu entre Israël et les Émirats arabes unis (EAU), Tel Aviv s’emploie à établir des lignes aériennes la reliant à Dubaï et Abou Dhabi via l’espace aérien saoudien, a déclaré ce lundi 17 août Benyamin Netanyahou depuis l’aéroport Ben Gourion.

Jared Kushner, gendre de Donald Trump et l’un de ses plus proches conseillers, a affirmé le 14 août, soit au lendemain de l’annonce de l’accord entre Israël et les EAU, que Riyad et Tel Aviv feront «de grandes choses ensemble» malgré le silence actuel des Saoudiens, rapporte le Times of Israël.

«Actuellement, nous travaillons pour obtenir une autorisation à des vols directs reliant Tel Aviv à Dubaï et à Abu Dhabi via l'espace aérien saoudien», a fait savoir le Premier ministre israélien. «Cela changera le visage de l'économie israélienne et nous nous attendons à un énorme volume d'investissement et de tourisme en provenance de ces deux régions», a-t-il ajouté, soulignant que «les Émiratis sont très intéressés à réaliser des investissements importantsen Israël».

«Ces jeunes voient en Israël la Silicon Valley du Moyen-Orient»

Bien que les autorités saoudiennes soient restées silencieuses quant à l’accord conclu entre Abou Dhabi et Tel Aviv, Jared Kushner a estimé dans une déclaration à la presse que la normalisation des liens entre Israël et l’Arabie saoudite était inévitable. Selon lui, la jeune génération de dirigeants saoudiens est fascinée par le développement scientifique et technologique d’Israël «avec lequel elle est désireuse de créer des relations», informe le Times of Israël.

«Ces jeunes voient en Israël la Silicon Valley du Moyen-Orient et ils veulent pouvoir entretenir des liens avec ce pays en tant que partenaire commercial, technologique et sécuritaire», souligne le gendre de Donald Trump. Il explique que l’ancienne génération est encore «bloquée dans des conflits du passé» et qu’«on ne peut pas régler ce passif en une nuit» et ce en dépit des efforts entrepris par le prince héritier Mohammed ben Salmane pour moderniser le pays.

Par ailleurs, M.Kushner considère que l’accord conclu entre les Israéliens et les Émiratis ouvre la voie à d’autres, avec d’autres pays arabes.

«Je pense qu’à terme, les relations entre l’Arabie saoudite et Israël vont inévitablement se normaliser», confie-t-il, ces deux pays étant «capables de réaliser de grandes choses ensemble».

Un «accord de paix historique»

Jeudi 13 août, Donald Trump a annoncé la conclusion d’un accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis négocié sous les auspices des États-Unis. Il a expliqué que cet «accord de paix historique» avait été conclu pour mettre fin à la poursuite de l'annexion de territoires palestiniens par Israël.

Le Président américain a déclaré qu'il «pensait que les Palestiniens rechercheraient la paix lorsqu'ils verront davantage de pays arabes conclure des accords de paix avec Israël». Des sources américaines ont désigné Bahreïn, le Maroc, le Sultanat d’Oman et le Soudan comme les prochains probables pays à normaliser leurs relations avec Israël.

Les Palestiniens ont fermement rejeté cet accord. En effet, lors d’une déclaration à la presse, le porte-parole de l’Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeineh, l’a qualifié de «trahison». Il a appelé les pays arabes à «ne pas suivre l'exemple émirati» et à ne pas céder à la «pression américaine».

Peu après, le Président de l'Autorité palestinienne a décidé de rappeler son ambassadeur à Abou Dhabi.

Lire aussi:

Les États-Unis cherchent à former une coalition contre le Nord Stream 2
Une bagarre entre automobilistes tourne au drame en Seine-Saint-Denis
L’étrange liquide découvert dans une ancienne tombe en Chine identifié
Tags:
traité de paix, accord, Mohammed ben Salmane Al-Saoud, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Lawrence d'Arabie (film), Arabie Saoudite, Riyad, Émirats Arabes Unis, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook