Maghreb
URL courte
Par
12544
S'abonner

Avant de donner son feu vert à l’application à partir du 1er septembre de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne signé en 2017, le Président Abdelmadjid Tebboune a demandé au gouvernement d’évaluer rapidement l’accord d’association avec l’UE, entré en vigueur depuis 15 ans.

À moins de deux semaines du parachèvement de la mesure du démantèlement tarifaire entre l’Algérie et l’Union européenne, prévue le 1er septembre, conformément aux clauses de l’accord de libre-échange signé entre les deux parties en 2017, le Président algérien «a demandé une évaluation express de l’accord d’association signé en avril 2002, en Espagne, entre les deux parties», a rapporté le quotidien francophone El Watan.

«Le démantèlement tarifaire [dans le cadre de l’accord d’association, ndlr] a fait perdre à l’Algérie 16 milliards de dollars», écrit le journal, soulignant que «15 ans après son entrée en vigueur en septembre 2005, l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne est de nouveau remis en question». La décision du chef de l’État intervient dans un contexte de crise économique et financière aggravée par l’impact de la pandémie de Covid-19.

Des accords fustigés par le patronat algérien

Le Président Abdelmadjid Tebboune saluant une formation de la Garde républicaine
© Photo / Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
L’accord de libre-échange sera «un désastre pour l’économie nationale» algérienne, a déclaré Ali Bey Nasri, président de l’Association nationale des exportateurs algériens, lors d’un passage sur la Radio nationale.

Plus en détails, M.Nasri a expliqué que «ce qui est catastrophique pour l’économie nationale», c’est le fait que contre les 283 milliards de dollars que représente le volume total des importations algériennes des 28 pays de l’Union européenne (entre 2005 et 2017, dans le cadre de l’accord d’association), l’Algérie n’a exporté que 12 milliards de dollars de dérivés du pétrole, soit 4,2%.

À ce fort déséquilibre s’ajoute le fait que dans «les accords d’association avec l’UE qui comprennent 110 clauses», l’UE «n’a respecté que le volet commercial, tandis que la partie relative à la coopération et au transfert de la technologie et à la circulation des personnes, a été négligée», s’est offusqué Ali Bey Nasri.

Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens regrette que ces accords d’association Algérie-UE, signés en 2002 et entrés en vigueur en 2005, «n’aient pas fait l’objet d’études approfondies, ce qui les a rendus défavorables à l’économie nationale».

L’Afrique, une issue stratégique pour l’économie algérienne?

Lors du sommet de l’Union africaine (UA) dimanche 9 février à Addis-Abeba, en Éthiopie, le Président algérien a annoncé sa décision de créer une Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement (ALDEC) à vocation africaine.

Selon le chef de l'État, «tous les domaines de coopération seront couverts par cette agence qui sera dotée de tous les moyens nécessaires à l'accomplissement de ses missions à travers la réalisation de projets concrets et utiles», a rapporté l’Algérie Presse Service (APS). Il a rappelé, dans ce contexte, «l'intérêt suprême accordé par l'Algérie aux projets structurants», citant, à ce propos, la Route transsaharienne, la Dorsale transsaharienne à fibre optique et le gazoduc transsaharien (NIGAL).

Après son lancement en 2020, la Zone de libre-échange continentale africaine engendrera un marché interafricain d’une valeur «de 3.000 milliards de dollars», selon les estimations officielles.

Lire aussi:

Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Une étudiante arrêtée pour avoir justifié le meurtre de Samuel Paty
Tags:
accord de compensation, accord de coopération, accord d'association, libre-échange, accord, Union européenne (UE), Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook