Maghreb
URL courte
Par
426433
S'abonner

Fermés dès le début de la pandémie de coronavirus, les magasins de vente d’alcool n’ont pas été autorisés à rouvrir. Les propriétaires de ces établissements s’estiment lésés par cette mesure puisque la plupart des commerces ont pu reprendre leur activité. Une situation qui a eu pour effet d’encourager le marché noir des boissons alcoolisées.

Les autorités algériennes maintiennent le régime sec. Contrairement aux mosquées, aux plages et aux restaurants, les commerces de vente d’alcool n’ont pas été autorisés à reprendre leur activité le samedi 15 août. À Tichy, cité balnéaire célèbre pour ses bars et ses débits de boissons, la soif guette les visiteurs. Les tavernes et les établissements de vente de vin et de liqueurs sont restés fermés sur décision du wali (préfet) de Bejaïa.

Une mesure valable pour l’ensemble des cafés et des points de vente de cette wilaya située à 250 kilomètres d’Alger.

Se considérant lésés, les commerçants ont tenu, mardi 18 août, un rassemblement au centre-ville de Bejaïa.

Flou total

Djâafar, propriétaire d’un restaurant dans la localité de Bejaïa, estime être un privilégié puisqu’il a pu rouvrir son établissement après plusieurs mois de fermeture.

Saisie de 1174 kilogrammes de résine de cannabis à Nâama, Algérie
© Sputnik . Sputnik via le Ministère algérien de la Défense nationale
Solidaire avec les autres commerçants qui vendent de l’alcool (l’interdiction ne concerne pas les restaurants qui en servent), il avoue à Sputnik travailler dans le flou total puisque l’administration ne lui a pas indiqué les mesures de distanciation à mettre en œuvre en matière d’aménagement de sa salle à manger. Il pointe du doigt la Direction du contrôle des prix (DCP), service relevant du ministère du Commerce.

«Les restaurateurs n’ont reçu aucune directive pour respecter les mesures de distanciation entre les clients. Pour ma part, j’ai fait en sorte de diviser par deux la capacité de mon restaurant et de ne permettre que deux places assises par table. J’ai agi avec logique pour protéger ma clientèle. Mais les contrôleurs de la DCP peuvent considérer que je suis en infraction et m’infliger une amende», note Djaâfar.

Marché noir

En matière de maintien de la fermeture des commerces d’alcool, Béjaïa est loin d’être une exception. Alger, Oran, Annaba, Constantine, Tizi-Ouzou et la quasi-totalité des provinces algériennes sont également concernées par cette décision. Dans la capitale, ce sont des réseaux de distribution clandestins qui assurent la commercialisation des vins et spiritueux.

Les vendeurs d'alcool de Tichy, ville balnéaire de la région de Béjaïa, n'ont pas pu rouvrir leur boutique.
© Sputnik . Tarek Hafid
Les vendeurs d'alcool de Tichy, ville balnéaire de la région de Béjaïa, n'ont pas pu rouvrir leur boutique.

La fermeture des bars et des détaillants leur a offert un marché en or et une position de monopole. Sous prétexte de «livraison à domicile», ils ont doublé le prix des produits avec en plus l’obligation de commander la bière par packs de 24 cannettes et le vin par carton de six bouteilles.

À Annaba, ville de la côte est du pays, les consommateurs doivent se rendre dans certains quartiers pour faire leurs achats. Là encore, les prix sont excessifs.

Une célèbre vodka suédoise est proposée à 5.000 dinars (32 euros) alors qu’elle était à 2.500 dinars (16 euros) dans les dépôts de boissons. Mustapha, un habitant d’Annaba, ne cache pas sa colère:

«Les autorités doivent comprendre qu’il est impératif d’ouvrir les magasins de vente d’alcool car le commerce informel risque de devenir la norme. Le maintien de cette fermeture encourage une sorte d’hypocrisie sociale. De plus, la consommation ne baisse pas, au contraire. Les clients font des stocks puis les renouvellent en permanence», explique-t-il à Sputnik.

Le gang de Mécheria

«L’hypocrisie sociale» à laquelle fait référence Mustapha cause des ravages dans l’ensemble du pays. Le 19 août, l’opinion publique a découvert avec stupeur l’arrestation, à Mécheria, ville située à 670 kilomètres au sud-ouest d’Alger dans une région supposée être conservatrice, d’un réseau illicite de commerce d’alcool très spécial. Constitué de cinq femmes et d’une fille mineure, ce gang a été arrêté en possession de 6.205 bouteilles d’alcools en tous genres.

L’information a donné lieu à une déferlante d’insultes sur les réseaux sociaux car les femmes portaient le hidjab. Un faux débat puisqu’aucune relation ne saurait s’établir avec le genre ou la coiffe. La saisie d’une aussi grande quantité d’alcool entre les mains d’un seul réseau prouve uniquement l’ampleur de la consommation dans une région censée être «pieuse». Une problématique qui se pose dans toutes les contrées d’Algérie.

Lire aussi:

Un scientifique nucléaire iranien de haut rang mort suite à une «attaque terroriste»
Comment les policiers ont justifié les coups portés sur le producteur de musique à Paris
Elle lui envoie 3.000 mails, pensant qu’il l’aime: elle finit en garde à vue
Tags:
marché noir, fermeture, alcool, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook