Maghreb
URL courte
Par
«Accord de paix historique» entre les Émirats arabes unis et Israël (17)
14584
S'abonner

À l’opposé de l’accord de paix israélo-émirati, le chef de la diplomatie saoudienne a affirmé ce mercredi sur Twitter que son pays campait sur sa position de principe «d’une paix juste assurant le droit du peuple palestinien à l’édification d’un État indépendant et viable aux frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale».

Dans le contexte de l’accord de paix conclu entre les Émirats arabes unis et Israël sous les auspices des États-Unis, le ministre saoudien des Affaires étrangères Fayçal ben Farhane ben Abdallah al-Saoud a affirmé lors d’une réunion des ministres de la Ligue des États arabes que son pays «se tenait au côté du peuple palestinien». Il a réaffirmé le soutien inconditionnel du royaume «à la juste cause des Palestiniens qui souffrent de l’occupation israélienne», indique le ministère saoudien des Affaires étrangères sur Twitter.

«Le monde arabe vit actuellement des crises sécuritaires, politiques, économiques et sociales extrêmement sensibles, dangereuses et complexes qui nécessitent une action commune efficace de tous les pays arabes», a déclaré le diplomate.

Cependant, «malgré ces crises nous continuons à apporter notre soutien inconditionnel à la juste cause du peuple palestinien qui souffre de l'occupation israélienne», a-t-il ajouté.

«L’Arabie saoudite soutient tous les efforts visant à parvenir à une solution juste et globale, assurant le droit du peuple palestinien à l’édification d’un État indépendant et viable aux frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément aux décisions de la communauté internationale et à l'Initiative de paix arabe», a-t-il conclu.

En dépit de ce refus de normaliser ses relations avec Israël, l’Arabie saoudite a néanmoins autorisé les avions civils israéliens à traverser son espace aérien pour se rendre aux Émirats arabes unis. Le 6 septembre, Donald Trump a salué cette décision lors d’un entretien téléphonique avec son homologue saoudien.

«Le peuple saoudien n'est pas prêt pour la paix avec Israël»

Auparavant, le journal hébreu Israël Hayom avait rapporté, citant des sources diplomatiques, que le gendre et conseiller du Président américain pour le Moyen-Orient Jared Kushner avait proposé à l’Arabie saoudite un plan de normalisation des relations avec Israël sous les auspices des États-Unis. Le roi Salmane ben Abdelaziz al-Saoud «l’a catégoriquement rejeté», ont-elles fait savoir.

Selon elles, «les responsables israéliens estiment que le peuple saoudien n'est pas prêt pour la paix avec Israël, contrairement au peuple émirati». Et d’ajouter que les motifs de cette position tiennent au fait que «le royaume saoudien est toujours fermé au monde et qu’au sein du peuple prévalent des opinions anti-israéliennes».

Ces mêmes sources ont relevé que «de l'avis de responsables israéliens, un accord de paix avec l'Arabie saoudite dans ce contexte déboucherait sur des relations froides uniquement avec les dirigeants, comme c’est le cas avec l'Égypte et la Jordanie»

Le Président américain a annoncé le 13 août la conclusion d’un accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis négocié sous l’égide son pays. Donald Trump a estimé «que les Palestiniens rechercheraient la paix lorsqu'ils verront davantage de pays arabes conclure des accords de paix avec Israël».

Le gouvernement israélien a indiqué hier, mardi 8 septembre, que l’accord final entre Tel Aviv et Abou Dhabi sera signé le 15 septembre à Washington.

Dossier:
«Accord de paix historique» entre les Émirats arabes unis et Israël (17)

Lire aussi:

Brûler vif une personne n’a pas été reconnu comme un acte barbare par la cour d’assises de Douai
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Tags:
conflit israélo-palestinien, traité de paix, accord, Armée de Défense d'Israël, Israël, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, Arabie Saoudite, Riyad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook