Maghreb
URL courte
Par
72620
S'abonner

À la veille de l’anniversaire de l’attentat du 11 septembre aux États-Unis et de la journée mondiale de lutte contre le terrorisme, le Bureau central marocain d’investigation judiciaire a démantelé jeudi 10 septembre une dangereuse cellule terroriste affiliée à Daech*. Hasard du calendrier ou concordance bien calculée? Analyse avec un spécialiste.

On se serait cru dans un film de guerre, ce jeudi 10 septembre à Temara, ville-dortoir jouxtant Rabat au Maroc. Alors que les premières lueurs du soleil pointaient à peine, dans des rues entièrement bouclées, des dizaines d’éléments des forces spéciales marocaines étaient en pleine action. Ils menaient une «opération délicate» pour déjouer «des plans terroristes imminents et extrêmement complexes». Ils intervenaient non seulement à Temara, mais aussi et au même moment à quelques kilomètres de là à Skhirat, et soixante kilomètres plus loin à Tiflet ainsi qu’à Tanger, à l’extrême nord du pays.

Ces hommes font partie des forces spéciales du Bureau central marocain d’investigation judiciaire (BCIJ). Surnommé le «FBI marocain», cet organe opérationnel relevant de la Direction générale de la surveillance est le bras armé du royaume contre le terrorisme.

Et au lever du jour, en ce jeudi pas comme les autres dans les quatre villes d’intervention, le BCIJ a annoncé d’un ton triomphal avoir démantelé une nouvelle cellule affiliée au groupe djihadiste État islamique (EI)*.

«Cinq extrémistes présumés, âgés de 29 à 43 ans, ont été arrêtés», a révélé un communiqué du «FBI marocain», peu de temps après la fin de l’opération.

Précédant toute communication officielle, les premières images du coup de filet réussi à Temara enflammaient déjà la Toile. Sur l’une des vidéos, on pouvait voir un jeune, la tête couverte d’un tissu noir, les mains menottées, alors que des forces du BCIJ l’embarquaient dans un de leurs véhicules.  

Ce terroriste présumé et les quatre autres arrêtés en même temps que lui comptaient «perpétrer des attentats-suicides en utilisant des gilets explosifs afin de servir l’agenda destructeur de Daech* […] dans plusieurs installations et sites sensibles des différentes villes marocaines», a dévoilé Abdelhak El Khayam, le patron du «FBI marocain», au lendemain des quatre interventions simultanées. Il a aussi révélé, lors de la conférence de presse qu’il a donnée ce vendredi 11 septembre à Rabat, en présence d’une foule de journalistes, que cette cellule comptait cibler des «personnalités publiques et militaires et des sièges de services de sécurité».

Ceintures explosives, nitrate d’ammonium (composant explosif), bombes lacrymogènes, équipements électroniques, cagoules, lot d’armes blanches ou encore bonbonnes à gaz et cocottes-minutes chargées de clous et de câbles ont pu être découverts lors de la perquisition, a détaillé le BCIJ dans son communiqué publié le jour même de l’opération. Une maquette en carton portant le signe de Daesh* a aussi pu être saisie. Le bulletin précise que les suspects –dont le chef de cette cellule, fiché comme multirécidiviste– ont été placés en garde à vue pour «déterminer l’ensemble des ramifications et liens éventuels de ce réseau terroriste» et «interpeller tous leurs complices».

Deux des terroristes présumés ont opposé une «résistance farouche» lors de leur arrestation, selon le BCIJ. L’un d’eux, arrêté dans la ville de Tiflet, à l’est de Rabat, a grièvement blessé un policier à l’avant-bras avec un couteau. Un autre a tenté de se faire exploser avec une bonbonne de gaz à Temara, au sud de la capitale. Tous ces faits ont été confirmés par Abdelhak El Khayam.

Un succès hautement symbolique

Preuve de l’importance de la quadruple intervention, Abdellatif Hammouchi, chef du pôle sécuritaire au Maroc, constitué de la Direction générale de sûreté nationale (DGSN) et de la Direction générale de la sécurité du territoire (DGST), avait supervisé lui-même ce gros coup de filet. Adulé par le grand public, des photos le montrant sur le terrain à Temara avec certains éléments du BCIJ ont été largement commentées. Comme à chaque fois qu’elles entrent en action, les forces spéciales qu’il dirige impressionnent. Là où elles arrivent, elles sont reconnaissables à leur tenue de combat, leurs épais gilets pare-balles et leurs boucliers. On voit à peine leurs yeux scrutateurs surplombant l’orifice de leurs cagoules noires. Jeudi, ils ont encore fait sensation.

Contacté par Sputnik, Abdellah Rami, chercheur marocain spécialiste des mouvements djihadistes, analyse ce nouveau succès qu’il décrit comme hautement symbolique:

«Aujourd’hui, Daech* est presque anéantie. Elle n’a plus de réelles branches puissantes, en dehors de la Syrie et de l’Irak. À cause de cet affaiblissement et par manque de moyens, elle a dû changer de stratégie en réactivant notamment des cellules dormantes, comme c’est le cas pour celle qui a été démantelée jeudi et qui représentait un danger réel.»

«Il faut aussi prendre en compte le contexte, ajoute le spécialiste marocain. Le démantèlement de cette cellule terroriste intervient quelques jours après l’attentat de Sousse en Tunisie et à la veille de la journée mondiale de lutte contre le terrorisme. Ce n’est pas anodin.» En effet, depuis les attentats de 2003, le Maroc a adopté une stratégie antiterroriste qui repose sur l’anticipation et la prévention. «C’est ce qui a permis la réussite de cette nouvelle opération», souligne l’expert au micro de Sputnik.

Concernant la concomitance du démantèlement de cette cellule terroriste avec le triste anniversaire des attentats du 11 septembre, le patron du BCIJ est catégorique : «Nous avons agi hier parce que le danger était imminent tout simplement, cela n’a aucun rapport avec le 11 septembre.» Comme Abdellah Rami, Abdelhak El Khayam insiste surtout sur la grande menace que représentent «les cellules terroristes clandestines».

On pourrait craindre le pire, selon le spécialiste des mouvements djihadistes :

«Si l’organisation "État islamique" est affaiblie, son idéologie reste très puissante. Nous observons aujourd’hui, au Maroc et ailleurs, une recrudescence d’un phénomène inquiétant, celui des loups solitaires. Des initiatives individuelles de personnes qui se sont autoradicalisées devant leur écran notamment, sans lien matériel avec l’organisation terroriste. Le danger, c’est qu’ils peuvent agir sans grande préparation et avec peu de moyens.» 

Le chercheur marocain regrette le «coup de com’» que ces nouveaux «acteurs silencieux» que sont les loups solitaires et les cellules dormantes donnent à Daech* à chaque arrestation ou, encore pire, quand ils parviennent à perpétrer des attentats.

«Sans être directement impliquée dans ces actes, l’organisation terroriste en profite à chaque fois pour renforcer sa présence sur la scène internationale. Tout écho lui permet d’exporter encore plus son idéologie», déplore Abdellah Rami.

Pour rappel, la dernière attaque terroriste qu’a connue le royaume chérifien était un double attentat survenu en décembre 2018.

Deux touristes scandinaves, Louisa Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, avaient été égorgées au sud de Marrakech. Les auteurs de ce crime odieux appartenaient à une cellule inspirée par l’idéologie de l’EI*, mais «sans contact» avec ses cadres en Syrie ou en Irak, selon le BCIJ.

Avant 2018, le Maroc n’avait pas connu d’acte terroriste majeur depuis avril 2011, quand une bombe avait été actionnée à distance dans un café en plein cœur de la place Jemaa el-Fnaa, haut lieu touristique de la ville de Marrakech. L’explosion avait fait 17 morts et 20 blessés. Cet attentat et celui de 2003, qui avait tué 55 personnes –les 12 kamikazes compris– sont toujours dans les mémoires.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
Bureau central d'investigation judiciaire (BCIJ) du Maroc, Etat islamique, Daech, arrestation, terrorisme, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook