Maghreb
URL courte
Par
552161
S'abonner

Ils avaient été interpellés juste après avoir scellé une transaction de deux millions d'euros pour ne pas publier des révélations embarrassantes sur la monarchie du Maroc: les journalistes français Éric Laurent et Catherine Graciet seront jugés à Paris en correctionnelle pour «chantage» sur le roi Mohammed VI.

Près de six ans après le début de l'affaire, des juges d'instruction parisiens ont ordonné un procès pour «chantage» pour les deux journalistes, auteurs en 2012 d'un précédent ouvrage sur le monarque chérifien, «Le roi prédateur».

Les magistrats ont en revanche abandonné les poursuites pour «extorsion de fonds par menace», selon leur ordonnance de 11 pages datée du 2 février, consultée par l'AFP.

Cette rocambolesque affaire avait éclaté à l'été 2015. Éric Laurent et Catherine Graciet avaient signé quelques mois auparavant un second contrat d'édition avec Le Seuil, ayant de nouveau pour sujet la famille royale du Maroc.

Un premier rendez-vous

Le 23 juillet, Éric Laurent contactait le secrétariat particulier du roi du Maroc en vue d'obtenir un rendez-vous, finalement organisé le 11 août avec un émissaire de la monarchie, l'avocat marocain Hicham Naciri.

Lors de cette rencontre, M. Laurent, ancien reporter de Radio France et du Figaro Magazine, annonçait la publication prochaine d'un second ouvrage sur Mohammed VI, contenant des informations potentiellement embarrassantes pour la monarchie.

Mais les versions divergent ensuite: selon le journaliste, c'est l'émissaire qui lui a proposé un accord financier en vue de la non-publication de l'ouvrage.

Le Royaume, défendu au cours de la procédure par Éric Dupond-Moretti, aujourd'hui ministre de la Justice, assure que la proposition émanait du journaliste, qui réclamait trois millions d'euros.

Le 20 août, le Maroc déposait plainte à Paris et une enquête était ouverte.

Rencontres et petites coupures

Deux autres rencontres suivaient, le 21 et le 27 août, au cours desquelles la somme négociée était ramenée à deux millions d'euros.

Absente lors des précédentes entrevues, Catherine Graciet s'était présentée le 27 août avec Éric Laurent au rendez-vous. Elle avait alors confirmé à Me Naciri soutenir la démarche de son confrère.

«Je suis d'accord avec les modalités qu’Éric a énoncées. Y a pas de soucis avec ça, nous sommes sur la même longueur d'onde», avait-elle affirmé à son interlocuteur, selon la retranscription de l'enregistrement audio de cet entretien.

Les deux journalistes s'étaient vus ensuite remettre deux enveloppes renfermant chacune 40.000 euros en coupures, le tout sous la surveillance discrète de la police, qui les avait interpellés alors qu'ils quittaient les lieux.

L'émissaire du roi avait enregistré en cachette chacune des rencontres, avant d'en remettre une copie aux enquêteurs.

Ces enregistrements clandestins, jugés comme étant «illégaux» par la défense des deux journalistes car réalisés alors même qu'une enquête avait été ouverte, ont été au cœur d'une bataille procédurale durant l'enquête. La Cour de cassation a finalement débouté les deux journalistes en novembre 2017.

La justice prend la main

Dans leur ordonnance, les juges estiment qu'«en termes voilés, déguisés sous des réticences, Éric Laurent (...) a menacé Mohammed VI, la famille royale et le Royaume du Maroc de révéler des informations de nature à porter gravement atteinte à la réputation de la famille royale et à déstabiliser le régime en place, pour obtenir le versement (...) d'une somme d'argent disproportionnée et injustifiée».

«Comme trop souvent l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel est un copier-coller du réquisitoire», ont réagi Me William Bourdon et Me Bertrand Repolt, avocats de M. Laurent. «Depuis l'origine, une mécanique judiciaire s'est mise en route avec tapage et orchestration, sans aucun fondement factuel. Éric Laurent devra être relaxé du chef de chantage», ont-ils ajouté.

«Mme Graciet se réjouit de pouvoir enfin s'expliquer devant un tribunal après une instruction n'ayant démontré aucune participation directe de ma cliente au moindre chantage», a déclaré de son côté Me Éric Moutet, fustigeant une «démonstration lapidaire et laborieuse soutenue par des éléments indirects et très fragiles».

Me Antoine Vey, avocat du Royaume avec Me Ralph Boussier, s'est félicité de la décision des magistrats qui «démontre un comportement extrêmement préoccupant qu'il reviendra au tribunal de qualifier».

Lire aussi:

Pourquoi l’économie doit-elle s’adosser à la physique pour devenir une science? Explications d’un expert - vidéo
Genou à terre des joueurs de l’équipe de France: «Un signe de soumission idéologique»
Les États-Unis vont-ils utiliser la mer Noire comme prochaine zone de conflit contre la Russie?
Tags:
procès, chantage, journalistes, Mohamed VI
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook