Maghreb
URL courte
Par
2910127
S'abonner

L’accréditation délivrée à la représentation en Algérie de la chaîne France 24 a été retirée, a annoncé le gouvernement, justifiant la décision par «l'hostilité manifeste et répétée» du média envers le pays.

Les autorités algériennes ont annoncé, dimanche, le retrait de l’accréditation octroyée à la représentation à Alger de la chaîne de télévision d’information française France 24.

D’après le ministre algérien de la Communication et porte-parole du gouvernement Ammar Belhimer, cité par l'agence Algérie Presse Service (APS), ce retrait a été décidé en raison de «l'hostilité manifeste et répétée» de la chaîne envers l’Algérie.

La même source a rappelé que le gouvernement algérien avait adressé le 13 mars «un dernier avertissement avant le retrait définitif» à France 24, en mettant en cause sa couverture des manifestations du Hirak, le mouvement populaire de contestation contre le pouvoir.

Les médias étrangers travaillant en Algérie sont soumis depuis des années à une procédure d'accréditation bureaucratique, opaque et aléatoire.

La majorité des journalistes étrangers en Algérie n'a jamais obtenu d'accréditation des autorités.

Liberté d’expression

Dernièrement, plusieurs ONG ont dénoncé les pressions et entraves que subissent les journalistes et les médias en Algérie ainsi que les atteintes aux libertés.

Amnesty International a rappelé aux autorités algériennes que le journalisme, la liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique doivent être respectés en tout temps.

L'organisation a appelé les autorités à mettre fin aux poursuites contre les militants, manifestants et journalistes du Hirak détenus uniquement pour avoir exprimé leurs points de vue en ligne et hors ligne et/ou appelé à un changement démocratique.

Pour sa part, l'organisation Human Rights Watch (HRW) a souligné qu’être un journaliste n’est pas un crime, rappelant que la liberté d’expression et la liberté de la presse sont des droits garantis par l’article 41 de la Constitution algérienne.

Près de 200 détenus

À ce jour, 223 personnes, dont des journalistes et des avocats, sont détenues en Algérie en lien avec le mouvement de contestation du Hirak, selon les organisations et militants locaux qui observent la situation des droits humains sur le terrain.

D’après le Comité national de défense des droits de l’homme (CNLD), la justice algérienne a inculpé ces détenus d’opinion et prisonniers politiques de divers délits graves comme le classique «atteinte à l’unité nationale» ou la traditionnelle appartenance à «une organisation étrangère complotant contre l’autorité de l’État».

Le CNLD a ajouté que les griefs retenus contre les prévenus, selon les dossiers, concernent également «attroupement non armé», «rébellion», «trouble à l’ordre public» et «violation des dispositions sanitaires relatives au Covid-19», ainsi que «diffusion de publications pouvant porter atteinte à l’intérêt national».

Lire aussi:

Quelle forme pourrait prendre une «guerre mondiale» déclenchée par les États-Unis et la Chine?
Les vaccins à ARN messager modifient notre code génétique? La crainte des anti-vaccins passée au crible
Lassé du bâton occidental, le Liban se tourne vers la carotte de Téhéran, Moscou et Pékin
Tags:
accréditation, France 24, Algérie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook