Maghreb
URL courte
Par
71613
S'abonner

Alors que le royaume chérifien a baissé les prix pour ses vols aériens, en espérant ainsi attirer des Marocains résidant en Europe, il a décidé d’imposer aux ressortissants français des restrictions sanitaires.

Le Maroc a donné un sérieux tour de vis aux voyages des ressortissants français. Les autorités ont ainsi inclus l’Hexagone dans leur liste B, c’est-à-dire les pays avec une situation épidémiologique considérée comme inquiétante, a fait savoir le ministère marocain des Affaires étrangères le 11 juillet.

À partir du 14 juillet, pour accéder au Maroc depuis la France, les voyageurs vaccinés devront présenter un certificat attestant une immunisation avec des vaccins reconnus par le royaume. Ils sont également obligés de présenter à leur entrée un test PCR négatif de moins de 48 heures.

Les personnes non ou incomplètement vaccinées doivent fournir un test PCR négatif et se soumettre à une quarantaine de 10 jours dans un lieu désigné par les autorités et à leurs frais, précise le ministère.

Pour ceux qui ont la nationalité marocaine et viennent des pays de la liste B, les conditions sont beaucoup moins strictes. Selon le communiqué du ministère, ils sont uniquement «appelés à s’isoler au domicile pendant cinq jours» et à faire un test au cinquième jour.

​Huit vaccins sont actuellement autorisés au Maroc: ceux homologués en Europe (Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Janssen), mais également les chinois Sinovac et Sinopharm, l’indien Covishield et le russe Spoutnik V. Une personne est considérée comme complètement vaccinée deux semaines après sa deuxième dose.

Outre la France, plusieurs pays européens ont été intégrés à la liste, dont l’Espagne, le Portugal, la Lettonie et la Lituanie. 81 pays s’y trouvent, soit les plus touchés par la pandémie ou ayant enregistré récemment un rebond épidémique, soit ceux où la vaccination est insuffisante, par exemple l’Inde, le Brésil, la Corée du Nord, Haïti ou encore la Tanzanie. La Russie y a été intégrée dès début juillet.

Baisse des prix

Cette annonce intervient peu de temps après que le Maroc a mis en place un dispositif pour attirer en période d’été ses propres ressortissants résidant à l’étranger.

Mi-juin, la compagnie Royal Air Maroc a annoncé une baisse considérable des prix. Un billet aller-retour pour toutes les destinations européennes était vendu 97 euros par passager pour une famille composée de quatre membres, selon le site local d’information Menara. Quelques jours après, la compagnie a fait part de la «saturation» de ses vols en provenance de France, d’Italie, de Belgique et des Pays-Bas.

Pour cela, le trafic aérien depuis et vers le Maroc a été repris le 15 juin. Les autorités ont classifié les pays en deux catégories d’après leur situation épidémiologique, sur la base des données de l’OMS ou des données fournies par les pays eux-mêmes.

Suite à l’actualisation de la liste B, Royal Air Maroc a précisé le 13 juillet que les clients qui avaient déjà acheté des billets depuis la France pouvaient les échanger gratuitement jusqu’à la fin septembre.

​L’annonce a provoqué la confusion générale sur les réseaux sociaux. «On dirait, ils se sont mis d’accord avec Macron: les deux balancent deux bombes le même soir. Je n’étais pas prête, moi», s’indigne une utilisatrice sur Twitter, en faisant allusion aux annonces concernant le pass sanitaire et la vaccination obligatoire des soignants faites la veille par le Président français.

Lire aussi:

Cartouche reçue par courrier: la maire d’une commune des Landes réagit 
Un policier a mortellement neutralisé un automobiliste à Marseille
«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Tags:
Maroc, Royal Air Maroc, restrictions, pandémie, vaccin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook