Moyen-Orient
URL courte
Par
471446
S'abonner

Des terroristes retiennent plus de 2.000 citoyens syriens -dont des journalistes et des médecins- dans la zone de désescalade d’Idlib, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie. Et d’appeler la Turquie à entreprendre des mesures efficaces pour éliminer les groupes terroristes dans la zone.

Plus de 2.100 personnes sont actuellement détenues par des membres de l'organisation terroriste Hayat Tahrir al-Cham* dans la zone de désescalade d’Idlib, a fait savoir ce mardi 27 octobre le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

«Selon les données disponibles, à l'heure actuelle, les radicaux de l'organisation terroriste Hayat Tahrir al-Cham* détiennent de force pas moins de 2.116 personnes, y compris des professionnels des médias, des médecins, des enseignants et des membres du clergé, dans des prisons et d’autres lieux de détention», a déclaré le chef adjoint du Centre, le contre-amiral Alexandre Grinkevitch lors du point de presse quotidien.

Appel à la Turquie

Au vu de cela, la Russie a appelé la Turquie à intervenir afin de libérer les personnes détenues de manière illégale dans la zone en question.

«Nous appelons la partie turque à prendre des mesures efficaces pour éliminer les groupes terroristes sur le territoire de la zone de désescalade d'Idlib et libérer les citoyens illégalement détenus par des radicaux», a déclaré le contre-amiral lors du même point de presse.

Selon lui, des personnes habitant dans la zone de désescalade d'Idlib continuent à signaler auprès du Centre des arrestations et des enlèvements de militants publics et de civils s'opposant aux actions des groupes armés illégaux opérant dans la zone.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice s’en prend aux commerçants frappés par le confinement
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Tags:
Turquie, Idlib, terrorisme, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook