Moyen-Orient
URL courte
Par
Assassinat d'un scientifique iranien du nucléaire (novembre 2020) (26)
17562
S'abonner

Rencontrant l’ambassadeur iranien en Syrie, le chef de la diplomatie de ce pays arabe a rappelé que l’Onu devait «remplir ses engagements de contrer le terrorisme», soulignant qu’en l’absence d’actes, les tensions dans la région ne feraient que s’accentuer.

Damas condamne l’assassinat du scientifique iranien de haut rang de la filière nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, et qualifie ce meurtre d’«attaque terroriste», a déclaré le chef de la diplomatie syrienne, Fayçal Moqdad.

Rencontrant l’ambassadeur iranien en poste dans son pays, le ministre a déclaré qu’il s’agissait d’une «attaque terroriste que la communauté internationale [devait] condamner», reprend le communiqué de la diplomatie syrienne diffusé ce samedi 28 novembre.

L’Onu «doit remplir ses engagements»

Le ministre nouvellement désigné a souligné que l’Onu «devait remplir ses engagements de contrer le terrorisme et suivre les normes du droit international. Dans le cas contraire, nous n’obtiendrons que l’escalade des tensions dans la région».

L’assassinat du scientifique

Selon les autorités iraniennes, le chef du département des recherches du ministère iranien de la Défense, Mohsen Fakhrizadeh, a succombé aux graves blessures reçues le 27 novembre lors d'un affrontement armé entre ses gardes du corps et des «terroristes», dans la localité d'Absard, à l'est de Téhéran.

Le ministre de la Défense, Amir Hatamia, a par la suite relevé que l’homme «gérait la défense nucléaire et faisait un travail considérable».

Le lendemain de l’acte, le Président iranien, Hassan Rohani, a accusé Israël d’avoir agi comme «mercenaire» des États-Unis dans cet assassinat.

Dossier:
Assassinat d'un scientifique iranien du nucléaire (novembre 2020) (26)

Lire aussi:

Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
Syrie, Iran, chercheurs, meurtre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook