Moyen-Orient
URL courte
Par
3512414
S'abonner

En marge d’un sommet des monarchies du Golfe au Bahreïn, le prince Tourki ben Fayçal Al-Saoud a accusé Israël de donner l’image d’un État qui promeut la paix, alors qu’il «possède 200 armes nucléaires» et continue sa politique coloniale en Palestine, selon CNN Arabic. L’État hébreu a réfuté ces accusations.

Dimanche 6 décembre à Manama, au Bahreïn, en marge de la rencontre entre les monarchies du Golfe consacrée à la résolution de la crise avec le Qatar, le prince Tourki ben Fayçal Al-Saoud, ex-puissant chef des services de renseignement saoudiens (1979-2001) et représentant de son pays à ce sommet, a mené une violente charge à l’égard d’Israël, a rapporté CNN Arabic.

Le prince a accusé l’État hébreu de servir les intérêts des anciennes puissances coloniales dans la région et d’être le principal obstacle à la paix. Dans le même sens, il a pointé la puissance de feu nucléaire que possède Tel-Aviv, alors qu’il se fait passer pour un pays vivant sous une menace existentielle de la part de voisins qui «veulent sa disparition».

Ces déclarations interviennent sur fond d’accords de paix signés entre Israël et les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan. L’ex-chef de l’état-major de l’armée israélienne et actuel ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a ensuite réagi aux propos de Tourki ben Fayçal, réfutant ses accusations.

Israël dispose d'un «Bouclier de l’Armageddon»

«Israël se présente toujours comme un État qui promeut la paix, épris de valeurs humaines universelles. Il prétend être le protecteur des droits de l’Homme et le seul pays démocratique du Moyen-Orient», a déclaré le prince, cité par CNN, ajoutant que l’État hébreu «se faisait également passer pour un petit pays vivant sous une menace existentielle de la part de voisins tueurs et sanguinaires qui veulent sa disparition».

Tout en soulignant que le propos qui allait suivre était une «opinion personnelle», l’ancien patron des renseignements saoudiens a lancé qu’«Israël possédait [illégalement, NDLR] 200 armes nucléaires appelées “Bouclier de l’Armageddon” [que Tel-Aviv n’a jamais reconnues officiellement à ce jour, NDLR], alors qu’il a mené une guerre sans merci contre le Hamas à Gaza, l’accusant d’être un mouvement terroriste et empêchant le Qatar de lui venir en aide». «Tous les gouvernements israéliens se sont comportés comme des résidus des anciennes puissances coloniales occidentales dans la région», a-t-il dénoncé.

À ce titre, il y a lieu de rappeler que l’Arabie saoudite avait toujours accordé son violon avec Israël pour dénoncer le programme nucléaire civil iranien, développé avec l’aide de la Russie. En effet, la République islamique qui a ratifié le traité de non-prolifération nucléaire (TPN) a ouvert ses sites aux inspecteurs de l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) et signé un accord à Vienne avec les Européens et les États-Unis, avant que Donald Trump n’annonce unilatéralement le retrait de son pays. Israël, quant à lui, n’a jamais autorisé les experts de l’AIEA à inspecter ses sites nucléaires, malgré les sérieux soupçons qui pèsent sur son arsenal militaire atomique.

Une condition sine qua non pour la paix

Évoquant le blocage depuis des années du processus de paix israélo-palestinien, le prince Tourki ben Fayçal a pointé la responsabilité des Israéliens «qui continuent à construire des colonies sur les terres occupées de Cisjordanie». Ils ont même, selon lui, «érigé un mur d’apartheid pour empêcher les Palestiniens de revenir sur ces terres qu’on leur avait volées, au mépris de la décision de la Cour internationale de justice qui l’avait déclaré illégal».

Enfin, le prince saoudien a souligné la position de son pays quant à la paix avec Israël, affirmant que, conformément à l’initiative de la Ligue des États arabes en 2002, l’établissement d’un État palestinien indépendant et viable avec Jérusalem-Est comme capitale ainsi que la résolution de la question des réfugiés était la condition nécessaire à tout accord de paix avec Israël.

En réponse aux accusations du prince, le ministre israélien des Affaires étrangères a exprimé ses regrets, soulignant que les accords de normalisation signés par des pays arabes avec Israël «ne s’étaient pas fait à l’encontre des intérêts du peuple palestinien». «Ces accords sont une opportunité à ne pas rater», a-t-il ajouté, appelant les Palestiniens à «changer d’avis et à entamer des négociations directes et sans condition préalable avec Israël, seule voie pour la paix».

Par la suite, l’ex-chef de l’état-major de l’armée israélienne et actuel ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi a qualifié «de mensonges» les propos du prince saoudien, ne reflétant pas «la nouvelle dynamique de la paix dans la région».

Tourki ben Fayçal Al-Saoud a été nommé en 1979 au poste stratégique de chef des services de renseignement par le roi Khaled ben Abdelaziz Al-Saoud, fonction qu’il conserva jusqu’à sa démission le 1er septembre 2001, soit dix jours avant les attentats du 11 septembre aux États-Unis. Il a notamment recruté Oussama ben Laden à la fin des années 1970, qu’il a placé à la tête d’un réseau chargé de recruter des militants islamistes prêts à combattre en Afghanistan. Ben Laden est le fondateur et le chef historique du mouvement terroriste d’Al-Qaïda*.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

«Incroyable» scène de tirs «dans tous les sens» au sein d’une cité de Carpentras
Une mosquée du Val-d’Oise fermée pour radicalisme, le maire «dénonce l’incompétence du gouvernement»
Des prédateurs jusque-là inconnus découverts au large de l’Australie
Tags:
non-prolifération des armes nucléaires, armes nucléaires, conflit israélo-palestinien, Arabie Saoudite, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook