Moyen-Orient
URL courte
Par
9882
S'abonner

Le commandement central des États-Unis a annoncé que des bombardiers américains avaient survolé le golfe Persique. Il s'agit d'un deuxième vol en moins d’un mois.

Deux bombardiers américains B-52H Stratofortress ont survolé le Moyen-Orient, rapporte le commandement central des États-Unis (CENTCOM). Les appareils ont décollé de la base aérienne de Barksdale en Louisiane, et devaient effectuer une mission de 36 heures, passant notamment au-dessus de la péninsule arabique et faisant une large boucle au-dessus du Qatar, en restant à une distance de sécurité du littoral iranien, rapporte l'agence Associated Press.

Le vol a été coordonné avec les pays alliés dans la région, impliquant notamment des appareils d’Arabie saoudite, de Bahreïn et du Qatar, ajoute l'agence. 

«Nous ne cherchons pas le conflit, mais nous devons rester postés et déterminés à répondre à toute éventualité ou à nous opposer à toute agression», a déclaré dans un communiqué le général Frank McKenzie, chef du CENTCOM.

Dissuader l’Iran?

C’est la deuxième fois en mois d’un mois qu’une telle sortie de bombardiers américains est organisée.

Il s’agit d’un «message direct pour dissuader l'Iran», indique Associated Press qui précise que Washington estime en effet que le risque d’une attaque iranienne contre les intérêts américains ou alliés est plus élevé qu’à l’accoutumée».

Des vols de bombardiers qui interviennent alors que le Pentagone a annoncé le mois dernier la réduction des effectifs postés en Irak et en Afghanistan d'ici la mi-janvier. Les États-Unis devraient ainsi rappeler 2.000 soldats d’Afghanistan et 500 soldats d’Irak.

Lire aussi:

Les nombres de décès quotidiens dus au Covid et de malades en réanimation grimpent en France
La police allemande patrouille à La Rochelle aux côtés de la gendarmerie – photo
Un trentenaire décède après sa vaccination au Pfizer dans les Landes, la famille y voit un lien et porte plainte
Tags:
Iran, bombardier, bombardiers lourds, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook