Moyen-Orient
URL courte
Par
21638
S'abonner

«Donald Trump avait avoué devant les caméras du monde entier qu’il avait lui-même ordonné le meurtre de Soleimani, ce qui fait de lui le principal responsable direct de ce crime», a déclaré ce jeudi le président de l’Autorité judiciaire iranienne, annonçant le dépôt d’une plainte contre le Président américain et ses complices, selon IRNA.

Le président de l’Autorité judiciaire iranienne, Sayed Ebrahim Raïssi, a annoncé ce jeudi 31 décembre l’intention de son pays de traduire en justice Donald Trump comme principal responsable de la mort du général Qassem Soleimani, rapporte l’agence de presse officielle iranienne IRNA.

S’exprimant en marge d’une réunion qui s’est tenue à Téhéran avec des responsables chargés du suivi du dossier de l’assassinat du général Soleimani, M.Raïssi a affirmé que «nul n’était à l’abri des poursuites judiciaires».

Et de préciser que «Donald Trump avait avoué devant les caméras du monde entier qu’il avait lui-même ordonné le meurtre de Soleimani, ce qui fait de lui le principal responsable direct de ce crime».

Quid de l’immunité judiciaire?

Évoquant les chances d’aboutissement de l’action judiciaire contre Trump et les autres personnes complices de cet assassinat, Sayed Ebrahim Raïssi a signalé que «la prétendue immunité judiciaire dont jouissent les responsables américains et les obstacles juridiques similaires peuvent légalement être battus en brèches et définitivement révoqués».

«Aucune force ne peut s’interposer pour empêcher que les dirigeants américains soient tenus responsables de l’assassinat du général Soleimani», a-t-il asséné.

Enfin, tout en affirmant que rien n’arrêterait l’Iran dans son entreprise judiciaire pour punir les auteurs de l’assassinat de Qassem Soleimani, le président de l’Autorité judiciaire a expliqué que «le dossier d’accusation préparé par les juristes ne servira[it] pas uniquement dans un procès au nom de la famille du martyr ou du peuple iranien». «Mais il sera plutôt utilisé pour déposer une plainte contre le terrorisme systématique américain au nom […] de tous les peuples libres du monde», a-t-il conclu.

D’autres responsables dans le collimateur de la justice iranienne

Mercredi 30 décembre, le procureur général de Téhéran, Ali Alqassi-Mehr, a accusé la société britannique G4S, chargée de la sûreté aérienne à l’aéroport international de Bagdad, «d’avoir fourni à l’armée américaine en Irak la date et l’heure d’arrivée de l’avion qui transportait Qassem Soleimani», selon la chaîne Al Mayadeen.

Par ailleurs, le magistrat a révélé que «les résultats des enquêtes avaient indiqué que l’Allemagne était également impliquée dans l’assassinat du commandant de la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution islamique».

Ainsi, il a expliqué que c’était «la base de l’Armée de l’air américaine en Allemagne qui a[vait] été chargée de diriger le drone qui a ciblé le convoi de Soleimani et de fournir les informations et les données du plan de vol aux forces américaines».

Enfin, Ali Alqassi-Mehr a révélé que des mandats d’arrêt internationaux avaient été transmis à Interpol contre «45 personnalités, dont plusieurs Américains, responsables de l’assassinat de Soleimani».

Les généraux Qassem Soleimani et Abou Mehdi Al-Mouhandis ont été tués le 3 janvier 2020 par un drone américain à l’aéroport de Bagdad.

Lire aussi:

Le licenciement «secret» de Jérôme Salomon de l’Institut Pasteur en 2012 refait surface
Assaut du Capitole: «Donald Trump et ses supporters sont tombés dans un piège»
Israël intensifie ses bombardements en Syrie, Joe Biden visé?
Tags:
Qassem Soleimani, assassinats ciblés, Donald Trump, action en justice, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook