Moyen-Orient
URL courte
Par
3936128
S'abonner

Le projectile sol-air tiré depuis la Syrie et qui a suscité des représailles de la part de l’État hébreu a en effet explosé à une trentaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Dimona, en Israël, sans pourtant représenter de danger. Damas a déjà protesté auprès de l’Onu à la suite des frappes de Tsahal.

Le missile de type sol-air envoyé depuis la Syrie et qui a entraîné des frappes de riposte de la part de l’État hébreu est tombé à plusieurs dizaines de kilomètres de la ville de Dimona, abritant un centre de recherches israélien. À son approche, les sirènes d’alerte se sont déclenchées dans l’agglomération d’Abou Krinat, à seulement quatre kilomètres de la centrale.

La Défense israélienne précise ne l’avoir pas intercepté: il a explosé en l’air et ses débris se sont abattus dans le Néguev, dans le sud de l’État hébreu, d’après le service de presse de l’armée.

Damas appelle l’Onu à condamner les frappes

Alors que l’armée israélienne a confirmé à Sputnik qu’aucun dommage n’avait été causé à la centrale, une série de frappes ont été portées contre des cibles en Syrie en représailles.

«Nous avons porté une frappe sur la batterie ayant lancé le missile et sur des missiles sol-air supplémentaires en Syrie», a annoncé Tsahal sur son compte Twitter.

Le ministère syrien des Affaires étrangères s’est adressé à l’Onu et au Conseil de sécurité, demandant que soient condamnées les frappes portées aux alentours de la capitale, Damas.

Et d’expliquer que l’accord de certains pays avec les prétextes invoqués par Israël pour pilonner la Syrie les rend complices.

Piste iranienne?

La chaîne Al-Arabiya a pour sa part avancé, en se référant à l’avis de plusieurs experts israéliens, que l’Iran pourrait être derrière le tir. Ils supposent que cela pourrait être une riposte après la diversion contre le site de Natanz, datant du 11 avril.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tags:
frappes, Syrie, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook