Moyen-Orient
URL courte
Par
5011184
S'abonner

Le chef de la diplomatie allemande a reconnu qu’attendre que le «printemps arabe» débouche sur des résultats au bout de quelques années est une «illusion», rappelant que son pays avait octroyé plus de 750 millions d’euros pour le soutenir. Pour rappel, le secrétaire général de la Ligue arabe avait qualifié ces événements de catastrophe.

En 10 ans, Berlin a dépensé plus de 750 millions d’euros pour soutenir les pays du dit «printemps arabe», nom donné aux mouvements de contestations qui ont éclaté il y a 10 ans et débouché sur un changement de pouvoir dans plusieurs d’entre eux. Une telle déclaration a été faite par le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas qui ajoute en outre qu’il a toutefois connu un échec si on prend en considération les aspirations de ses acteurs.

«C’était un développement accompagné de grands espoirs de démocratisation dans beaucoup de pays arabes. Dix ans plus tard, le dégrisement est grand», a-t-il déclaré pendant la conférence EuropaCamp 2021, lors d’une discussion portant sur les résultats de cette page de l’Histoire.

Et d’ajouter que cette vague de protestation n’avait jamais été ce que certains croyaient.

Contribution pour créer des institutions démocratiques

Au cours de la décennie qui a suivi les événements, l’Allemagne a octroyé «plus de trois quarts d’un milliard d’euros» afin de créer des «institutions démocratiques».

© AP Photo / Hasan Jamali

Toutefois, souligne M.Mass, ces processus prennent des années.

«Croire qu’après les manifestations qui ont eu lieu le système qui a existé pendant des décennies voire siècles puisse être modifié en quelques années, c’est une illusion».

Les événements de 2011

Après la Tunisie, où la révolution du jasmin a éclaté en premier suite à la mort de Mohamed Bouazizi, cet homme de 26 ans qui s’est immolé par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid, d’autres États arabes ont suivi: l’Égypte, le Yémen, la Libye, la Syrie, sans parler des protestations qu’ont connues la Jordanie, Bahreïn et le Maroc.

En parlant en 2019 de ces événements, le secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit a employé le terme de catastrophe, rappelant que le «printemps arabe» a débouché sur des affrontements et guerres.

Et de poursuivre que, dans la même mesure que le monde arabe était responsable de ce qui s’est passé, «l’ingérence étrangère a créé une situation dont tout le monde souffre: et les Arabes, et les Européens».

Lire aussi:

Nouvelle journée de mobilisation contre le pass sanitaire partout en France - vidéos
Une météorite explose au-dessus de la Turquie ravagée par les incendies – vidéos
Les USA sont en train de devenir une URSS 2.0, selon une ancienne du renseignement américain
Tags:
Ligue arabe, Allemagne, printemps arabe
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook