Moyen-Orient
URL courte
Par
150
S'abonner

Les talibans* ont appelé lundi les interprètes afghans des forces internationales à rester en Afghanistan après le départ des troupes occidentales.

Ces Afghans «ne courront aucun danger de leur part» et que «nul ne devrait déserter le pays», indiquent les talibans* dans un communiqué.

«Un nombre important d'Afghans s'est fourvoyé au cours des dernières 20 années d'occupation et ont travaillé avec les forces étrangères comme interprètes, gardes ou autre, et maintenant que les forces étrangères se retirent, ils ont peur et cherchent à quitter le pays», poursuit la même source.

Avec le retrait accéléré des troupes de l'Otan, des milliers de traducteurs et interprètes des ambassades et des forces militaires occidentales se ruent vers les consulats en espérant décrocher un visa d'immigration, par crainte de représailles si les talibans* reviennent au pouvoir à Kaboul.

Le Président américain Joe Biden a fixé la date symbolique du 11 septembre pour l'achèvement du départ des troupes étrangères, mais les opérations pourraient être terminées dès cet été.

Selon l'ambassade américaine à Kaboul, environ 18.000 Afghans attendent toujours que leur demande soit traitée, mais un nombre équivalent de salariés afghans a déjà été validé en 20 ans, selon un rapport de l'université Brown.

Le gouvernement britannique a affirmé récemment vouloir accélérer la relocalisation de son personnel afghan: 1.358 Afghans ont été acceptés par Londres et plus de 3.000 personnes supplémentaires devraient bénéficier de ce programme.

Après le retrait de l'armée française du pays fin 2012, nombre d'interprètes ont fait état de menaces et continuent de réclamer un visa pour Paris, mais un peu moins de la moitié des 770 personnels employés à l'époque l'ont obtenu.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

L'armée russe ouvre le feu pour stopper un destroyer britannique qui a violé sa frontière en mer Noire
Dupond-Moretti «n’a pas jugé utile de signaler» que les bulletins de la gauche étaient absents de son bureau de vote
Ex-ambassadeur de France à Moscou: «Joe Biden a très clairement compris le message du Président russe»
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook