Moyen-Orient
URL courte
Par
142653
S'abonner

Benyamin Netanyahou n’est plus Premier ministre d’Israël. Mais un changement de gouvernement ne signifierait pas nécessairement un changement de politique, estime Sylvain Cypel, journaliste. Son successeur, Naftali Bennett, est fermement opposé à la création d’un État palestinien. Il est également intransigeant sur la question iranienne.

Ce qui devait arriver a fini par arriver! Après 12 ans au pouvoir, une incapacité à former un gouvernement et plusieurs affaires de justice sur le dos, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s’est vu contraint de céder sa place. Lui succède Naftali Bennett, millionnaire et ultranationaliste de 49 ans. Entré en politique il y a huit ans, il a longtemps marché dans les pas de son prédécesseur avant de diriger le parti d’extrême droite nationaliste et religieux Yamina.

Pourtant, ce basculement s’est joué sur le fil du rasoir. La Knesset, le Parlement israélien, a donné son approbation à 60 voix contre 59. Dans l’hémicycle, les partisans de Netanyahou ont accueilli l’arrivée de Naftali Bennett aux cris de «menteur» et «escroc». Répondant à ses détracteurs, le nouveau Premier ministre leur a rétorqué «que voulez-vous, cinq, six, dix élections? Des scrutins à répétition?» L’ancien chef du gouvernement, âgé de 72 ans, a pour sa part déclaré «je reviendrai» avant d’ajouter «Naftali Bennett n’a pas de carrure internationale.»

L’éviction de Netanyahou était plus que jamais «logique», observe toutefois Sylvain Cypel, ancien rédacteur en chef du Monde, auparavant directeur de la rédaction du Courrier international.

«Sa chute était à la fois difficilement prévisible et à la fois, elle ne surprend personne. Cela fait quatre élections qu’il n’arrivait pas à gagner, donc ça semblait logique. Cette fois-ci, une coalition des plus hétérogènes a réussi à l’évincer. Elle s’est formée dans le seul but de se débarrasser de lui», souligne celui qui est aussi l’auteur de L’État d’Israël contre les Juifs (Éd. La Découverte), au micro de Sputnik.

Cette coalition a failli pourtant ne jamais voir le jour. L’ancien Premier ministre a en effet su profiter des affrontements avec le Hamas pour s’accrocher au pouvoir. Malgré un bilan sanglant de 232 Palestiniens tués –dont 65 enfants– et 12 morts côté israélien, l’embrasement des hostilités, entre le 11 et 21 mai, avait déstabilisé la coalition anti-Netanyahou. Naftali Bennett, alors opposé au Premier ministre, s’était même dit prêt à renouer avec lui. «Cette guerre était une aubaine pour Netanyahou», juge le journaliste. Le Hamas était devenu en quelque sorte le meilleur ennemi possible du Premier ministre israélien, mais il a manqué du temps à l’ancien homme fort de l’État hébreu pour capitaliser sur ce conflit.

Naftali Bennett «veut annexer directement 60 à 65% du territoire palestinien»

Benjamin Netanyahou
© Sputnik . Alekseï Filippov
Or, la politique de son successeur semble quasi identique. Le nouveau Premier ministre israélien veut en effet s’imposer comme le défenseur de la terre d’Israël. Il est même connu pour ses prises de position pour le moins anti-palestiniennes. Ministre de la Défense en janvier 2020, il avait déclaré vouloir doubler les colonies juives en Cisjordanie: «notre objectif est que d’ici une décennie, un million de citoyens israéliens vivent en Judée et Samarie.» Lors d’un débat télévisé en septembre 2010, Naftali Bennett n’avait pas caché sa haine envers les populations arabes: «vous grimpiez encore aux arbres quand un État juif existait déjà», avait-il lancé. Ancien commandant d’une unité d’élite de Tsahal, il a participé à une opération au Sud-Liban en 1996. Et à ce propos, en août 2013, il affirmait: «j’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie, et ça ne me pose aucun problème.»

Bennett se vante même d’être à la droite de Netanyahou: «je suis dans une position confortable, toujours un peu à la droite de Bibi. Quand je m’exprime sur les questions diplomatiques ou sécuritaires, il va finir par monter d’un cran pour me rattraper», disait-il quand il était encore son ministre.

«Naftali Bennett est le représentant des colons, il veut annexer directement 60 à 65% du territoire palestinien. Il veut faire une sorte d’autonomie pour les Palestiniens sans monnaie, sans police, sans politique. Donc une autonomie très restreinte. Il a même évoqué le fait que les Palestiniens pourraient devenir Jordaniens, parce qu’ils ne deviendraient jamais Israéliens» explique Sylvain Cypel.

Le nouveau Premier ministre serait donc un successeur dur et intransigeant sur la question palestinienne. Mais Naftali Bennett serait également dans les pas de son ex-mentor sur la politique régionale.

«Un accord général en Israël sur l’Iran»

De fait, le nouveau chef du gouvernement israélien «est sur la même ligne que Netanyahou sur l’Iran», estime le journaliste. Le chef du Likoud voulait coûte que coûte empêcher la signature d’un accord sur le nucléaire iranien. Tel-Aviv aurait en effet mené plusieurs attaques sur le sol iranien ou sur des objectifs de la République islamique d’Iran. En avril dernier, Téhéran a accusé Tel-Aviv d’être responsable du sabotage de l’usine nucléaire de Natanz et de l’attaque de plusieurs navires en Méditerranée et en mer Rouge. Donc, dans un climat régional tendu, Naftali Bennett a affirmé le 13 juin qu’il ne laissera pas «l’Iran se doter de l’arme nucléaire» avant d’ajouter que «ce gouvernement commence son travail sous la plus grave des menaces sécuritaires» et qu’il se «réservait une liberté totale d’action» contre Téhéran. Ce qui amène Sylvain Cypel à penser qu’il y a «une sorte d’accord général en Israël sur l’Iran».

«Naftali Bennett n’est pas aussi bavard que Netanyahou sur le sujet. On va voir comment il va se comporter avec Biden. Sur le fond, c’est la Chine le principal objectif de politique étrangère américain, mais c’est sur le long terme, alors que l’accord avec l’Iran, c’est un impératif. Bennett est un homme très ambitieux», souligne le spécialiste d’Israël.

Mais a-t-il réellement les moyens de ses aspirations? Le nouveau chef du gouvernement doit composer avec sept partis différents, de l’extrême gauche à l’extrême droite en passant par le parti islamiste Raam. «Cette coalition semble fragile», estime le journaliste. Naftali Bennett n’aurait donc pas énormément de marge de manœuvre pour mener à bien sa politique:

«Il y a une unanimité sur la question de Gaza, sur l’Iran, mais pas sur les Palestiniens d’Israël. Il y a une alliance avec le parti Raam qui, lui, souhaite plus de financement dans les quartiers arabes. Naftali Bennett s’est engagé auprès de beaucoup de gens qui, eux, ont des moyens de pression sur lui. Ils peuvent quitter le gouvernement du jour au lendemain», estime Sylvain Cypel avant de conclure «ça peut durer un mois comme un an, voire plus.»

Lire aussi:

Une fusillade éclate à côté du Pentagone, le secteur est bouclé
Des sous-marins nucléaires russes arpentent-ils vraiment les fonds marins de l’Atlantique?
Les mesures de restriction des activités reviennent en force malgré la campagne de vaccination
Tags:
Israël, Palestine, Naftali Bennett
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook