Moyen-Orient
URL courte
Par
0114
S'abonner

En proie à une crise économique et politique sans précédent, le Liban a nommé son nouveau Premier ministre. Najib Mikati doit rapidement former un nouveau gouvernement. Or, appartenant à l’élite traditionnelle honnie par la population, il serait en partie responsable de la situation actuelle, juge François el Bacha, analyste politique libanais.

Et si c’était dans les vieux pots qu’on faisait les meilleures soupes au Liban?

En pleine crise économique et politique, Beyrouth a trouvé son nouveau Premier ministre désigné. Le 26 juillet, à l’issue des consultations parlementaires au palais présidentiel de Baabda, le nom du député sunnite Najib Mikati est sorti du chapeau. Il a ensuite été entériné par le Parlement à 72 voix contre 42 abstentions. Onze jours seulement après la démission de Saad Hariri, le pays du Cèdre aurait donc déniché son nouvel homme providentiel.

Ancien Premier ministre d’avril à juillet 2005 et de 2011 à 2013, le milliardaire de Tripoli a reçu l’assentiment des principaux partis politiques, dont le Hezbollah. Le Courant patriotique libre, parti chrétien du Président Aoun, s’est pour sa part abstenu. Après sa nomination, le plus dur reste à faire. Et c’est peu dire, Mikati doit former rapidement un nouveau gouvernement, vacant depuis plus de dix mois, et lancer des réformes. François el Bacha, analyste politique et fondateur du site d’information Libnanews, tente d’expliquer cette nomination.

«Au Liban, la classe politique ne se renouvelle pas, c’est le choix des anciens Premiers ministres de Fouad Siniora, Tamam Salam et de Saad Hariri. Mais Najib Mikati a toujours été l’homme des compromis. C’est en cela qu’il pourrait avoir le profil pour nous sortir le Liban de la crise politique.»

Les Premiers ministres libanais ont en effet du mal à tirer leur révérence. Saad Hariri a été chef du gouvernement de 2009 à 2011, de 2016 à 2020 puis Premier ministre désigné d’octobre 2020 à juillet 2021. Pour ce qui est de Najib Mikati, il a été l’homme de la situation à des moments cruciaux de l’histoire libanaise. En 2005, quand il a pris ses fonctions pour la première fois, le Liban était encore sous le choc de l’assassinat de l’ex-président du Conseil des ministres libanais Rafic Hariri, dont le meurtre a été à l’origine de la révolution du Cèdre.

Mais les bonnes relations avec la Syrie de Bachar el-Assad et le Hezbollah auraient toujours permis à Mikati de jouer les médiateurs. Même chose entre 2011 et 2013: il a dirigé une équipe ministérielle dominée par le puissant parti pro-iranien jusqu’à sa démission sur fond de clivages exacerbés au sujet de la crise syrienne.

Origines troubles de la crise libanaise

Mais aujourd’hui, les choses ont changé au Liban. Le pays traverse en effet l’une des pires crises économiques de l’histoire depuis 1850: la livre libanaise a dégringolé à 20.000 pour un dollar au marché noir, le salaire minimum a perdu environ 90% de sa valeur, les prix du pain, de l’essence et de l’électricité ne cessent d’augmenter et le pays commence à manquer de médicaments.

Une crise qui inquiète les instances internationales. Selon UNICEF, 30% des enfants au Liban dorment le ventre vide. De surcroît, du fait de la crise, les serviettes hygiéniques sont trop chères pour les Libanaises qui doivent les remplacer par… des chiffons. Face à l’urgence d’une telle situation, la tâche de Najib Mikati n’est donc pas facile. Mais à en croire les propos de notre interlocuteur, le nouveau Premier ministre désigné serait en partie responsable de l’effondrement du pays:

«Mikati est de la même classe politique qui a provoqué la crise et qui a contribué à la crise, assène François el Bacha. Son gouvernement version II (2011–2013) a augmenté les salaires sans gains de compétitivité, ce qui est l’une des grandes origines de la crise actuelle. De plus, il y a des conflits d’intérêts entre ce qu’il faut faire au niveau du secteur bancaire, comme la restructuration de ce secteur, et le fait qu’il soit actionnaire de banques.»

Plusieurs enquêtes sont en effet en cours pour des faits de corruption: M. Mikati faisait partie des responsables visés par des soupçons d’«enrichissement illicite».

Le Premier ministre change, mais les problèmes resteraient donc les mêmes, y compris au niveau des blocages internes: le nouveau chef du gouvernement aurait des conflits d’intérêts notamment au niveau du ministère de l’Intérieur et de la Justice, les deux domaines intéressant aussi le Président Aoun, affirme le consultant. Contrairement à Saad Hariri, Mikati semble avoir plus de points de convergence avec le Président de la République libanaise. Dans un entretien au quotidien libanais al-Joumhouria, en parlant de Najib Mikati, Aoun a déclaré qu’«il est du genre à coopérer, à donner autant qu’il reçoit et c’est avec un dialogue sincère qu’on peut résoudre les problèmes les plus graves».

Mais le milliardaire ne pourrait pas pour autant se vanter de recueillir l’assentiment du peuple.

La fortune de Mikati ne fait pas son bonheur… politique

Même au sein de sa propre communauté sunnite, le nouveau Premier ministre désigné serait loin de faire consensus. Après sa nomination le 26 juillet, des manifestants sont descendus dans les rues pour bloquer les routes et protester devant le domicile de Mikati, estimant que «son arrivée au Sérail ne va faire qu’aggraver la situation». Même dans sa ville d’origine, la nomination de Mikati n’a pas suscité l’enthousiasme. Depuis le soulèvement populaire d’octobre 2019, une crise de confiance accrue mine les relations entre les élites traditionnelles et le peuple. Les manifestants réclamaient alors le départ de tous les dirigeants au cri de «Kellon yaané kellon» (tous, ça veut dire tous). Et Mikati ne faisait pas exception: dès 2019, ses portraits étaient arrachés dans les villes sunnites. Honni par la population, sa fortune colossale serait également problématique pour un Liban qui s’appauvrit de jour en jour.

L’homme de 65 ans est en effet à la tête d’un petit empire international, avec des investissements dans les télécoms, l’immobilier, la mode, les transports, le pétrole et de gaz. Il aurait également des affaires avec la première société de téléphonie de Birmanie. Selon Forbes, sa fortune est estimée à 2,7 milliards de dollars. Le peuple serait donc lassé par ce manque d’alternative à la tête du pays.

«Il y a des alternatives, mais c’est comme un club fermé, un système fermé, soit on en fait partie, soit on est en dehors. Le problème est que ce système fermé possède des médias, possède des machines –notamment électorales– et il faut disposer des mêmes armes», déplore François el Bacha.

«Un milliardaire jouit toujours d’un bon carnet d’adresses et celui de Mikati doit être bien plein. Mais l’appui inconditionnel de la communauté internationale à un homme, ce temps est terminé au Liban», considère-t-il. En cas de non-formation du gouvernement, l’Union européenne promet de sanctionner les dirigeants libanais. «Un consensus politique a été trouvé pour mettre en place un cadre juridique de sanctions avant la fin du mois, avant l’anniversaire malheureux de l’explosion sur le port de Beyrouth le 4 août dernier», a notamment précisé Jean-Yves Le Drian.

En dépit des innombrables pressions, des avertissements étrangers et des critiques populaires, le Liban semble revivre l’éternel même scénario…

Lire aussi:

Pas si brouillés? Mélenchon était bien présent aux cinquante ans d’Éric Zemmour
Macron demande pardon aux harkis, il est interrompu en plein discours - vidéo
«Le Pr Raoult est responsable de milliers de décès évitables dans les pays francophones», selon un microbiologiste belge
«Impensable d'avancer»: la France passe l’éponge sur l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie
Tags:
Liban, Saad Hariri, Michel Aoun
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook