Moyen-Orient
URL courte
Par
2240
S'abonner

Des radicaux opérant dans les régions syriennes contrôlées par la Turquie ont pris pour cible les positions de l'armée syrienne dans les gouvernorats d'Idlib et d'Alep, deux militaires ont été blessés.

Deux soldats syriens ont été blessés ce mardi 10 août par des tirs de mortier venant de régions syriennes contrôlées par la Turquie, a annoncé ce mardi 10 août le chef du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, le contre-amiral Vadim Koulit.

«Les membres des formations armées illégales opérant dans la zone de désescalade d'Idlib, dans les régions contrôlées par la Turquie, ont ouvert le feu contre les positions des forces gouvernementales à proximité de Hass, dans le gouvernorat d'Idlib, et d'Urum al-Sughra, dans le gouvernorat d'Alep. Les tirs de mortier ont fait deux blessés parmi les militaires syriens», a-t-il indiqué lors d'un point presse.

Au total, 27 tirs venant des positions occupées par le groupe Front al-Nosra*, dont 20 signalés par les forces syriennes, ont été recensés dans la zone de désescalade d'Idlib. Quatorze de ces attaques ont eu lieu dans le gouvernorat d'Idlib, cinq dans celui de Lattaquié et quatre respectivement dans ceux d'Alep et de Hama, selon M.Koulit.

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit «appelle les commandants des formations armées illégales à renoncer aux provocations armées et à opter pour un règlement pacifique de la situation dans les zones qu'ils contrôlent», a-t-il ajouté.

La police militaire russe a mené des patrouilles sur trois itinéraires dans les gouvernorats de Raqqa et d'Hassaké, précise le contre-amiral.

Situation en Syrie

En juin, le ministère russe de la Défense russe a attiré l'attention sur la situation dans le gouvernorat d’Idlib, les radicaux y déplaçant hommes et matériel militaire, alors que l’armée syrienne constate une augmentation du nombre de tirs contre ses positions dans le secteur.

Le même mois, un soldat russe a été tué dans l’explosion d’un véhicule de la police militaire dans le gouvernorat d’Hassaké. Trois autres militaires russes touchés par la déflagration ont été emmenés à l’hôpital. 

En juillet, la Turquie a annoncé que deux de ses soldats avaient été tués et deux autres blessés dans l'attaque de leur véhicule blindé dans le nord de la Syrie. Celle-ci a eu lieu dans la région où Ankara avait lancé l'opération transfrontalière Bouclier de l'Euphrate en 2016 pour en chasser Daech* et la milice kurde syrienne YPG (Unités de protection du peuple).

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

La maison d’édition Nawa bientôt dissoute par Gérald Darmanin
Les chômeurs non vaccinés privés d’allocations en Autriche
La France rappelle ses ambassadeurs à Washington et Canberra pour consultations
Tags:
Syrie, Turquie, Idlib, ministère russe de la Défense, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, zone de désescalade
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook