Moyen-Orient
URL courte
Par
2107
S'abonner

L’Afghanistan a vu les talibans* revenir au pouvoir, après 20 ans d’occupation américaine. Décryptage de Yasar Yakis, ancien ministre turc des Affaires étrangères, au micro de Rachel Marsden.

Les talibans* sont de retour aux commandes en Afghanistan.

Tout cela grâce à des programmes financés par les contribuables occidentaux qui ressemblent à s’y méprendre à des pyramides de Ponzi. Comment qualifier autrement les 815 milliards de dollars dépensés sur 20 ans pour stabiliser le pays et développer ses institutions, selon le Département américain de la Défense, quand on voit que l’armée afghane entraînée par l’Otan s’est effondrée en un clin d’œil?

Pour Yasar Yakis, ancien ministre turc des Affaires étrangères, l’échec de l’intervention étrangère dans le pays incombe exclusivement aux États-Unis:

«Il faut attribuer la responsabilité à la carence américaine et aux théoriciens américains qui voulaient créer une nation, mais pas selon les critères des Afghans, plutôt selon ceux des États-Unis. Cela a échoué, comme l’on pouvait attendre.»

Il revient particulièrement sur le rôle de la Turquie dans le cadre du «nouvel Afghanistan»:

«Initialement, la Turquie et les États-Unis avaient le projet d’assurer, avec les militaires turcs, la sécurité de l’aéroport de Kaboul, point d’entrée dans le pays. Cela n’a pas marché car les talibans* n’ont pas souhaité la présence militaire d’autres pays. Maintenant, il y a un projet, pas encore tranché, d’assurer le fonctionnement technique de l’aéroport par la Turquie ou des compagnies privées de la Turquie. Cela peut marcher parce que les talibans* n’ont pas les moyens de faire fonctionner l’aéroport sur le plan technique.»

Les talibans* pourraient-ils coopérer avec les Américains, étant donné le rôle que les États-Unis ont joué en bouclant l’accord avec les talibans* en 2020 pour leur livrer le contrôle du pays? Yasar Yakis est dubitatif:

«Les États-Unis veulent toujours jouer un rôle, mais Washington continue à être le grand ennemi et le pays qui a produit le plus de dégâts.»

Lire aussi:

Sous-marins: Macron et Biden s'entretiendront dans les prochains jours
Sous-marins: Subway «trolle» la France après la rupture de l’accord – photo
Voici le moment où les détails de l’AUKUS ont été discutés à l’insu de Macron, selon le Telegraph
Tags:
Afghanistan, Taliban, États-Unis, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook