Ecoutez Radio Sputnik
    Logo des Jeux olympiques à Pyeongchang

    Poutine: il ne faut pas transformer les JO en arrière-cour d'une sale cuisine politique

    © AP Photo / Lee Jin-man
    Actualités
    URL courte
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    9231

    Le sport ne doit pas être un instrument des luttes politiques, a fustigé le Président russe, commentant la situation qui s'est nouée autour de la participation des sportifs russes aux Jeux olympiques à Pyeongchang.

    Évoquant les accusations portées à l'encontre des athlètes russes, Vladimir Poutine a affirmé qu'il ne fallait pas transformer le sport mondial en arrière-cour d'une sale cuisine politique. D'après lui, la suspension de la sélection russe des Jeux olympiques 2018 en Corée du Sud n'est qu'un nouvel angle sous lequel ceux qui sont mécontents des succès de la Russie l'attaquent.

    «Il ne faut en aucun cas transformer le sport mondial, le mouvement olympique en arrière-cour d'une sale cuisine politique», a déclaré le chef d'Etat russe lors d'une réunion avec ses soutiens de campagne.

    Les succès que remportent les sportifs consolident leurs nations, permettent à chacun d'être fier des résultats obtenus par son pays. «Visiblement, cela ne plaît pas à tout le monde, c'est tout à fait évident. Ce n'est qu'une des lignes d'attaque.»

    «Est-ce qu'il nous faut continuer à travailler avec les organisations internationales? Bien sûr, nous le devons et nous allons le faire», a-t-il ajouté.

    Le Président a mentionné la campagne médiatique négative qui avait précédé la tenue des JO de Sotchi en 2014 et l'avis général selon lequel «tout allait mal» en Russie qui régnait à l'époque.

    «C'est seulement lorsque les Jeux olympiques ont démarré que ceux qui avaient eu de tels propos ont été étonnés. Beaucoup ont alors dit que c'était la meilleure Olympiade. Nous n'avons rien à regretter.»

    Entre-temps, M. Poutine a qualifié d'étrange le fait que les accusations portées contre la Russie et ses athlètes se fondaient sur le témoignage de Grigori Rodchenkov, ancien directeur du laboratoire russe de lutte anti-dopage et informateur de l'AMA: «Cet individu est de toute évidence en délicatesse avec la loi, tout repose sur le témoignage de cet homme dont on peut se demander s'il faut lui faire confiance», a-t-il résumé.

    Le comité exécutif du CIO a annoncé en décembre dernier la possibilité pour les sportifs russes «propres» de prendre part aux Jeux en Corée du Sud sous la bannière olympique et sous statut neutre. Le 25 janvier, le Comité national olympique de Russie a rendu publique la liste des 169 admis aux JO. Toutefois, plusieurs athlètes de premier plan n'ont pas été inscrits sur cette liste.

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

    Lire aussi:

    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Uzbin, l’embuscade qui a tout changé pour l’Armée française
    La maladie qui a tué Saint-Louis est de retour en France
    Tahhan: «Le message est clair: tôt ou tard, Idlib tombera dans le giron de Damas»
    Tags:
    suspension, athlètes, JO 2018 de Pyeongchang, Comité international olympique (CIO), Agence mondiale antidopage (AMA), Vladimir Poutine, Pyeongchang, Corée du Sud, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik