Ecoutez Radio Sputnik
    Chris Mazdzer

    Un présent d’un athlète russe contredit tous les stéréotypes russo-américains

    © Sputnik . Vladimir Astapkovitch
    Actualités
    URL courte
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    0 351

    L’Américain Chris Mazdzer, médaillé d’argent des Jeux de Pyeongchang, a déclaré qu’en janvier un sportif russe lui avait proposé sa luge pour l’aider à sortir d’une profonde crise dans sa carrière, selon le Washington Post.

     Retrouvez plus d'articles sur les JO-2018 dans notre dossier spécial

    «Il ne pensait pas aller aux Jeux olympiques, et il voulait voir ce que quelqu'un pouvait faire sur sa luge», a déclaré lundi le nouveau médaillé d'argent cité par le Washington Post.

    Il a précisé qu'il s'agissait d'une luge moderne, utilisée cette année, et non pas d'un traineau d'il y a 20 ans.

    «Je suppose que cela va à l'encontre de tous les stéréotypes russo-américains», a déclaré Chris Mazdzer, refusant de préciser qui concrètement lui avait proposé sa luge.

    Selon lui, cela pourrait être comparé à une situation lors de laquelle un pilote de NASCAR proposerait son engin à un concurrent.

    Chris Mazdzer a emprunté la luge du Russe pour une course en Lettonie, mais a dit qu'elle était trop grande pour lui.

    Il a cependant été touché par l'offre.

    «Je pense que cela montre que nous nous soucions les uns des autres et qu'il y a ce lien humain que nous avons qui traverse les pays, traverse les cultures», a déclaré Chris Mazdzer, ajoutant que le sport était une façon incroyable d'y parvenir.

    Dimanche, Chris Mazdzer a obtenu la deuxième place au championnat olympique de luge monoplace, derrière l'Autrichien David Gleirscher, qui a décroché l'or.

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

    Lire aussi:

    Des loisirs d’hiver style rétro
    Ce Catalan invente le ski-hélicoptère pour profiter de la neige (vidéo)
    La rivalité USA-Corée du Nord se reporte dans le sport?
    Tags:
    luge
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik