Ecoutez Radio Sputnik
    Jeux Olympiques 2018. Hockey. Les hommes. Match Russie - Etats-Unis

    Hockey sur glace: en quoi la victoire des Russes sur les Américains était exceptionnelle

    © Sputnik . Alexander Wilf
    Actualités
    URL courte
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    11492

    Les joueurs de hockey de Russie se sont qualifiés samedi pour les quarts de finale des Jeux olympiques qu’accueille ces jours-ci la ville sud-coréenne de Pyeongchang, en s’imposant sur leurs rivaux américains sur le score de 4 à 0. En quoi cette victoire «sèche» est-elle exemplaire?

    Retrouvez plus d'articles sur les JO-2018 dans notre dossier spécial

    Samedi, les joueurs de hockey russes ont «sèchement» battu la sélection olympique américaine sur le score de 4 à 0, quant à la Slovénie, elle s’est imposée face à la Slovaquie. Ces deux victoires ont propulsé les Russes au sommet du groupe B et les ont conduits vers les quarts de finale des Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud.

    Et pourtant, la vielle de cette rencontre, la situation des joueurs russes laissait à désirer. Pour accéder directement aux quarts de finale des compétitions, les Russes devaient vaincre les Américains – redoutables adversaires – dans le temps réglementaire et espérer que la Slovénie (qu’ils avaient battue vendredi sur le score de 8 à 2) retrouve la morale pour marquer face aux Slovaques.

    Match opposant les Russes aux Américains aux JO de Pyeongchang
    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Les joueurs de hockey russes lors d'un match les opposant aux Américains

    Les Russes ayant précédemment perdu face aux Slovaques, les supporters s’étaient présentés sur les tribunes avec les nerfs tendus, se préparant pour un match riche en émotions. Toutefois, dès les premiers minutes, il était devenu évident qu’ils étaient face à un vrai hockey dynamique, rapide et passionnant. D’ailleurs, comme l’a plus tard déclaré aux journalistes l’attaquant russe Nikolai Prokhorkin, auteur de deux buts, c’était un vrai match olympique disputé face à une sélection qui joue très bien.

    Match opposant les Russes aux Américains aux JO de Pyeongchang
    © Sputnik . Vladimir Astapkovich
    Match opposant les Russes aux Américains aux JO de Pyeongchang

    Du vrai hockey olympique

    «Pour nous, c’était un bon match, la sélection américaine a bien joué et nous étions excellents à voir. Contrairement au match précédent, c’était un vrai jeu olympique. Personne ne voulait céder, […] du vrai hockey», a-t-il avoué.

    Ryan Zapolski, le gardien américain, a également pointé l’excellent niveau de ses adversaires russes.

    Ryan Zapolski
    © Sputnik . Nina Zotina
    Ryan Zapolski, le gardien américain

    «Sur quatre buts, deux ont été marqués après des tirs de palet formidables. Seuls les joueurs d’un très haut niveau peuvent faire cela», a-t-il avoué aux journalistes, ajoutant qu’il ne trouvait aucun mal dans la défaite américaine. «Un match avant les quarts de finale c’est mieux qu’une journée de repos», a-t-il indiqué.

    Dans un commentaire aux médias, le double champion olympique Viatcheslav Fetissov a souligné que les Russes avaient montré le jeu que tout le monde attendait d’eux.

    Match opposant les Russes aux Américains aux JO de Pyeongchang
    © Sputnik . Alexander Wilf
    Match opposant les Russes aux Américains aux JO de Pyeongchang

    Les quarts de finale seront disputés le 21 février. Les athlètes russes affronteront les gagnants de la rencontre qui opposera le 20 février les Slovènes aux Norvégiens. La finale des compétions est fixée pour le 25 février.

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

    Lire aussi:

    Les joueurs de hockey russes et américains ne se sont pas serré la main? Voici la raison
    JO 2018: la Russie en finale du tournoi olympique de hockey
    JO 2018: Le hockey sans la Russie, c'est comme le Mondial sans le Brésil ni l'Allemagne
    Tags:
    sport, hockey sur glace, Slovénie, Norvège, Corée du Sud, Slovaquie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik