Ecoutez Radio Sputnik
    Les fondeurs russes Denis Spitsov et Alexander Bolshunov

    «Fierté nationale»: les fondeurs russes ont remporté huit médailles olympiques

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Actualités
    URL courte
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)
    7240

    Privée de ses meilleurs fondeurs par le Comité international olympique (CIO), l’équipe russe de ski de fond n’a pas décroché de médailles d’or à Pyeongchang. Mais selon la présidente de la Fédération russe de ski de fond Elena Vialbe, les jeunes qui remporté huit médailles olympiques sont «phénoménaux».

    Retrouvez plus d'articles sur les JO-2018 dans notre dossier spécial

    L’équipe russe de ski de fond quitte les Jeux olympiques de Pyeongchang avec huit médailles malgré la décision du Comité international olympique (CIO) d’interdire l’accès aux Jeux aux meilleurs fondeurs russes.

    «J’ai éprouvé de la fierté pour mes sportifs, pour notre équipe durant tous les Jeux olympiques […]. Selon notre plan établi, il y a quatre ans, on espérait d’abord gagner une médaille d’or, une ou deux médailles d’argent et une ou deux médailles de bronze pendant les JO 2018. Le 22 janvier dernier, je pensais qu’au moins une médaille de chaque métal serait super. Mais le 23 janvier, j’ai dit que s’il y en avait au moins une en bronze, je serais heureuse», a indiqué Elena Vialbe, présidente de la Fédération russe du ski de fond, commentant les succès des jeunes fondeurs.

    Et surprise! Les jeunes sportifs russes arrivés en Corée du Sud ont dépassé toutes les attentes. 

    Les premières médailles 

    La prometteuse Yulia Belorukova, 22 ans, a apporté la première médaille à son équipe. Elle s’est classée troisième lors du sprint classique à Pyeongchang, derrière la Suédoise Stina Nilssen et la Norvégienne Maiken Caspersen Falla, et devant une autre Russe, Natalya Nepryaeva, qui est arrivée quatrième».

    «Je suis au comble de la joie. Je ne regrette pas que cette médaille ait pu être différente. J’ai beaucoup donné pour la remporter», a indiqué la fondeuse russe après l’épreuve devant les journalistes.

    Chez les hommes, le Russe Alexander Bolshunov a aussi remporté le bronze du sprint classique, la première de ses quatre médailles des JO 2018. Et pourtant sa participation au sprint n’était pas prévue. Le jeune fondeur, qui s’était récemment rétabli d’une maladie, a changé ses billets d’avion pour arriver à Pyeongchang plus tôt.

    «J’avais eu 40 degrés de fièvre, j’avais passé dix jours au lit, une semaine à l’hôpital. J’avais beaucoup maigri  — perdu trois ou quatre kilos. Je ne me sentais pas bien. La décision d’aller [à Pyeongchang, ndlr] a été prise quatre jours avant le sprint», a avoué M.Bolshunov après son premier succès olympique.

    Ensuite, il a grimpé sur le podium en sprint libre par équipes, en relais et sur le difficile 50 km classique départ groupé où il a perdu la première place à cause d’une petite erreur.

    Percée de Denis Spitsov

    Denis Spitsov a remporté le bronze du 15 km libre, une épreuve où les Russes n’ont jamais été forts, consacrant sa médaille à son père.

    «Je peux consacrer ma médaille de bronze à mon père. Je voudrais le remercier pour m’avoir proposé de faire du ski et inculqué l’amour du ski de fond. Je lui suis très reconnaissant […]. Où est le succès des fondeurs russes? Plus difficiles sont les conditions, meilleures sont nos performances», a indiqué M.Spitsov devant les journalistes.

    Il a ensuite apporté de l’argent à la Russie en sprint par équipes, aux côtés d’Alexandre Bolshunov.

    Premiers succès des jeunes équipes de relais

    Lors des relais masculins et féminins, les fondeurs et fondeuses russes ont aussi été parmi les premiers, s’offrant le bronze et ratant de peu la médaille l’or.

    «Je suis satisfaite. Nous comprenions que c’était une mission réaliste, que nous pouvions concourir sur un pied d’égalité. Je suis très heureuse, c’est ma première médaille internationale chez les seniors et j’espère que ce n’est que le début», a déclaré Natalya Nepryaeva, médaillée de bronze du relais 4x5 km femmes.

    L’équipe masculine russe a terminé au 2e rang en raison notamment d’une malheureuse performance d’Alexey Chervotkin, qui avait rejoint ses compatriotes après une grave maladie. Le jeune fondeur a dit éprouver des regrets à ce propos, malgré le podium.

    «Je me souviendrai longtemps de cette épreuve. Une maladie n’est pas une excuse, beaucoup d’athlètes sont dans cette situation. Alexander Bolshunov a réussi à en sortir vainqueur», a-t-il noté.

    Personne en Russie ne s’attendait à de tels résultats avant le début du tournoi olympique à Pyeongchang, compte tenu de la décision du CIO de ne pas inviter Sergey Ustyugov, Maksim Vylegzhanin, Aleksander Legkov, Natalia Matveeva et Yulia Chekaleva.

    La présidente de la Fédération de ski de fond Elena Vialbe a qualifié la nouvelle équipe russe de «phénoménale», d’après le journal Sport Express.

    «Il sont tous jeunes et phénoménaux. Pourvu qu’ils ne cessent pas de s’améliorer», a conclu Mme Vialbe.

    Dossier:
    Jeux olympiques d'hiver 2018 (117)

    Lire aussi:

    Les ouvriers travaillant à Notre-Dame ont gravement violé une interdiction explicite
    Versailles sous des nuages épais de fumée à cause d'un incendie (vidéos)
    Le préfet de Paris aurait demandé de démuseler les chiens d'attaque pour l'acte 24
    Tags:
    ski de fond, JO 2018 de Pyeongchang, Comité international olympique (CIO), Alexey Chervotkin, Natalya Nepryaeva, Yulia Belorukova, Elena Vialbe, Denis Spitsov, Alexander Bolshunov
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik