Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Revue de la presse russe du 30 août

    Opinion
    URL courte
    0 0 0
    MOSCOU, RIA Novosti

    Vrémia novostéi

    Aeroflot n'a pas remarqué les chasseurs américains

    La compagnie aérienne russe Aeroflot a démenti l'information selon laquelle ses avions arrivant aux Etats-Unis sont accueillis et escortés par des chasseurs. Cette information a été publiée par le Washington Post qui affirmait qu'après le crash de deux avions de ligne en Russie, il y a une semaine, le Commandement unifié de la défense aérienne et spatiale de l'Amérique du Nord a pris l'initiative de faire escorter les appareils arrivant aux Etats-Unis de Russie par des avions de combat.

    Le vice-directeur d'Aeroflot, Lev Kochliakov, a démenti cette information hier dans une interview au quotidien "Vrémia novostéi". La compagnie russe n'a reçu des autorités américaines aucune notification d'une "escorte militaire", a-t-il dit. S'il avait été question d'accompagner des vols civils par des avions militaires et si telle avait été désormais la pratique, Aeroflot aurait reçu un NOTAM (notification officielle de l'administration aérienne), a-t-il souligné.

    "D'autre part, les pilotes d'Aeroflot ont reçu des instructions spéciales de redoubler d'observation pour repérer des chasseurs américains lors de l'atterrissage dans les aéroports des Etats-Unis mais ils n'ont remarqué aucun avion de combat depuis ces jours derniers. Tous les vols sont effectués dans le respect des horaires. Aucune mesure spéciale n'a été décrétée par les autorités américaines contre nos appareils depuis les catastrophes survenues dans les régions de Toula et de Rostov", a déclaré Lev Kochliakov.

    Kommersant

    Le capital russe ne participe pas à la vente aux enchères de titres de Lukoil

    Aujourd'hui le Fonds du patrimoine fédéral de Russie (RFFI) commence à accepter les demandes de participation à la vente aux enchères de 7,59% des actions de Lukoil. Selon les informations recueillies par le quotidien "Kommersant", c'est le premier projet de privatisation qui se déroule sans participation du capital russe. Les analystes soutiennent que l'issue des négociations est prédéterminée : les actions de la compagnie pétrolière seront achetées par ConocoPhillips, société américaine qui, en achetant d'autres titres sur le marché et aux managers de Lukoil, portera ainsi sa part du capital social de cette dernière à celle de la minorité de blocage.

    La veille, le journal a interrogé les sociétés pétrolières russes les plus importantes qui pourraient prétendre aux actions détenues actuellement par l'Etat et chacune a répondu qu'elle n'envisageait pas de participer aux enchères. L'intérêt est également nul parmi les investisseurs de portefeuille russes (les compagnies d'investissement les plus importantes). Même les actionnaires actuels de Lukoil n'ont pas fait savoir leur intérêt à augmenter leur paquet d'actions.

    Selon les dernières informations, ConocoPhillips s'apprête à consolider jusqu'à 25% des actions de Lukoil et à en acheter encore sur le marché.

    De l'avis des experts, l'absence d'acquéreurs russes ne s'explique pas seulement par le soutien que le Kremlin apporte au groupe américain. Pour consolider un gros paquet d'actions (jusqu'à 25%) de Lukoil, il faudra débourser 6,4 milliards de dollars. Les investisseurs russes n'ont pas de pareille somme de fonds disponibles. D'autre part, acheter 7,59% seulement est une affaire qui n'a aucun sens. Avec un tel paquet on ne pourra pas prétendre à la participation à la gestion de la société (il est juste suffisant pour s'offrir un siège au conseil des directeurs). De surcroît, compte tenu de l'actuelle politique de Lukoil en matière de dividende, en achetant ce paquet d'actions appartenant à l'Etat l'acquéreur ne pourra pas rentrer dans ses frais avant dix ans au minimum.

    Novye izvestia

    En trois ans, les Russes ont rendu les Britanniques deux fois plus riches

    De 2001 à 2004, le nombre de richards a doublé en Grande-Bretagne. Selon les estimations des experts, les entrepreneurs russes ont joué un rôle important dans l'accroissement du bien-être britannique. Les Russes achètent des palais et des domaines si souvent que les prix des biens immobiliers sont montés et de nombreux propriétaires d'immeubles sont devenus, volens nolens, millionnaires.

    Le Centre britannique d'étude de l'économie et de l'activité commerciale a évalué la propriété des Britanniques selon la formule "le prix de l'immobilier plus les dépôts en faisant déduction des dettes et des crédits". Il s'avère que, ces trois dernières années, le prix des maisons et des appartements s'est accru de 64 % et que le nombre de millionnaires en Grande-Bretagne est passé de 230 000 à 425 000. D'après les estimations des agents britanniques de l'immobilier, le prix de la terre britannique s'accroîtra de 9 à 17 fois ces prochaines 15 années.

    Les millionnaires russes aiment les biens immobiliers britanniques. Artem Tarassov (dont le bureau se trouve à Kings-Road, la rue la plus chère de Londres), Vladimir Goussinski (il a une maison à Notting-Hill), Boris Berezovski (qui a un domaine à Surrey), Leonid Blavatnik (il possède un palais non loin de la résidence du Prince de Kent), Roman Abramovitch (propriétaire du club de football "Chelsey" et d'un nombre immense de biens immobiliers) et Nikolai Smolenski (propriétaire de l'usine automobile TVR) sont cités par les experts parmi ceux qui ont provoqué la montée des prix de l'immobilier britannique.

    Gazeta

    Alou Alkhanov déclare qu'il est membre de l'équipe d'Akhmed Kadyrov

    L'élection présidentielle en Tchétchénie qui a été considérée comme valable hier vers 14 heures a été remportée par le général de police Alou Alkhanov qui bénéficie du soutien du Kremlin et qui a devancé ses six concurrents en enregistrant le résultat préalable de 74 % des voix, constate le quotidien "Gazeta". Cette fois, de même que pendant l'élection du premier président tchétchène Akhmad Kadyrov (tué dans l'acte terroriste du 9 mai 2004), la participation à l'élection était grande et a atteint 90 % dans certains districts.

    Dans sa première interview accordée après avoir remporté la victoire convaincante, Alou Alkhanov qui est encore candidat à la présidence en République de Tchétchénie, a dit qu'il n'avait pas l'intention de changer son équipe après son entrée en fonction, mais que certains remaniements auraient certainement lieu. Il a souligné qu'il était membre de l'équipe Kadyrov qui "ne faisait que commencer à travailler". "Mais la tragédie nous a privés de leader. L'équipe a choisi un leader nouveau qui poursuivra la même politique".

    Alou Alkhanov a déclaré qu'il n'avait pas peur de connaître le sort d'Akhmad Kadyrov. "Je lutte contre l'obscurantisme et le mal dans la république depuis 1992. Je peux affirmer, sans me vanter, que j'ai couru le danger des dizaines de fois. J'ai été l'objet de quatre attentats concrets", a dit Alou Alkhanov. "Ce qui compte pour moi, c'est l'avenir de la Tchétchénie, de mes enfants et de mes petits-enfants dans cette république. Ma vie n'est rien par rapport à tout cela. Si on me tue, un autre viendra".

    Roissiïskaia gazeta

    Un scandale éclate à Saint-Pétersbourg autour de la reprise des spectacles "Nord-Ost".

    Après s'être remis du coup porté (la prise d'otages au centre théâtral de Moscou qui a eu lieu du 23 au 26 octobre 2002 a fait environ 700 victimes parmi les spectateurs et participants au spectacle), la troupe de la première comédie musicale patriotique russe "Nord-Ost" a décidé de rétablir le spectacle, de créer sa version mobile et de la présenter dans les villes de la Russie. Saint-Pétersbourg est le premier point.

    Un contrat a été signé avec la direction du théâtre "Music-hall", la reprise du spectacle était prévue pour le 24 septembre. Cependant, lit-on dans le quotidien "Rossiïskaia gazeta", Angela Khatchoutourian récemment désignée au poste de directeur du théâtre, n'a pas reconnu le contrat en le qualifiant de "léonin" et a déclaré soudain que le théâtre se trouvait en état désastreux. L'administration de "Nord-Ost" n'a reçu aucun document officiel à ce sujet.

    Angela Khatchatourian estime qu'"il ne sied pas de danser sur les os des victimes". De plus, affirme-t-elle, "Nord-Ost" n'a pas présenté la documentation technique garantissant la sécurité du spectacle. Gueorgui Vassiliev, l'un des auteurs du spectacle, a expliqué à "Rossiïskaia gazeta" qu'Angela Khatchatourian avait refusé de recevoir les documents qu'un employé de "Nord-Ost" avait essayé de lui transmettre. De l'avis de Gueorgui Vassiliev, "certains représentants des autorités municipales ne veulent pas que le spectacle "Nord-Ost" soit présenté".

    Les auteurs du spectacle "Nord-Ost" ont envoyé des lettres à Valentina Matvienko, gouverneur de Saint-Pétersbourg, et à l'administration présidentielle au sujet de l'action sans précédent lancée à Saint-Pétersbourg à l'égard du spectacle. L'affaire acquiert une nuance politique, résume le quotidien.

    Lire aussi:

    Retour sur l'attentat du théâtre Doubrovka à Moscou en 2002
    Bienvenue en Tchétchénie: Merkel et Macron invités à évaluer la situation des homosexuels
    Kadyrov qualifie les infos sur l'assassinat de civils en Tchétchénie de «provocations»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik