Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    La vente aux enchères de Yougansknefetegaz: étape finale de l'affaire Youkos

    Opinion
    URL courte
    0 2 0 0
    MOSCOU, 19 novembre. Par Nina Koulikova, commentatrice économique de RIA Novosti. On a appris au matin du 19 novembre que les autorités avaient annoncé la date de la vente aux enchères de Youganskneftegaz, principale filiale d'extraction du groupe Youkos: elle aura lieu le 19 décembre 2004.

    Le 19 novembre, le Fonds des propriétés fédérales de Russie (FPFR) a commencé à recevoir les demandes de participation aux enchères du bloc d'actions de la SA ouverte Youganskneftegaz. Il est prévu de vendre en un seul lot, lors de cette vente publique, 43 actions ordinaires de la compagnie représentant 76,79% du capital statutaire, et actuellement bloquées.

    Les autorités préparent depuis longtemps la vente de la SA ouverte Youganskneftegaz, qui produit 60% de l'ensemble du pétrole de Youkos, afin de compenser les quelque 14 milliards de dollars d'arriérés fiscaux et d'amendes de la compagnie. Igor Chouvalov, assistant du président de la Fédération de Russie, a récemment déclaré que la vente de la principale filiale d'extraction du groupe Youkos serait susceptible de régler le conflit entre la compagnie et le gouvernement.

    La mise à prix du bloc d'action à été fixée à hauteur de 8,65 milliards de dollars. Le FPFR a évalué le coût minimum de la totalité (100%) des actions de Youganskneftegaz à 11,26 milliards de dollars, soit un montant légèrement supérieur à la valeur minimum de la compagnie estimée par la banque d'investissements DrKW. Par conséquent, si Youganskneftegaz est vendue au prix annoncé (ou à un prix supérieur en fonction du résultat des enchères), le prix de vente ne pourra pas être qualifié de minoré, et Youkos aura du mal à se pourvoir en appel auprès des instances judiciaires.

    Valéri Nesterov, de la compagnie d'investissements Troïka Dialogue, estime que, tout d'abord, on a annoncé à dessein un prix très faible (4 milliards de dollars), et que maintenant qu'un prix deux fois plus élevé a été fixé, les assertions critiques selon lesquelles la compagnie est bradée ne tiennent plus. Selon d'autres experts, le prix a dépassé les attentes du marché, mais le montant est tout de même plus faible que celui des créances fiscales, si bien qu'après la vente de Youganskneftegaz, Youkos ne devrait pas trop compter pouvoir se reposer.

    Les participants potentiels à la vente aux enchères sont des structures liées à Gazprom ou à Sourgoutneftegaz. La proximité géographique des gisements de Sourgoutneftegaz et de Youganskneftegaz, hormis les potentialités économiques de la compagnie, joue en faveur de Sourgoutneftegaz. Cependant, pour Lev Snykov, de Sovlink, le prix annoncé élargit le cercle des acquéreurs potentiels dont pourraient fort bien faire partie Sibneft, Rosneft, Lukoil et, peut-être, TNK-BP.

    Vadim Mitrochine, du Crédit Suisse First Boston, estime que les enchères pourraient se terminer sans qu'aucune demande n'ait été formulée. Selon les conditions de la procédure d'exécution, dans de tels cas on effectue encore une tentative de vente des actifs, et à cette occasion la mise à prix peut être diminuée. De l'avis des représentants de la compagnie Banque de Moscou, il est également possible que, faute de demandes, la transaction ne puisse avoir lieu. Après quoi, l'Etat pourrait accaparer Youganskneftegaz au titre de remboursement de la dette et, ultérieurement, soit la vendre par tranches, soit l'échanger contre des actifs quelconques - par exemple des bons du trésor de Gazprom ou de Sourgoutneftegaz.

    D'un côté, Youganskneftegaz constitue un actif très attrayant, mais d'un autre côté, sa dette fiscale n'est pas encore totalement mise en évidence, et encore moins réglée. C'est la raison pour laquelle les compagnies étrangères pourraient refuser de participer à la vente aux enchères. Par ailleurs, il ne faudrait pas oublier l'existence d'actionnaires minoritaires qui, ces derniers temps, concentrent leurs efforts autour de fonds d'investissements suédois. Un possible recours de leur part devant laCour internationale d'arbitrage (phénomène nouveau dans la pratique juridique russe) pourrait, selon les experts, donner des migraines supplémentaires aux autorités.

    La préparation à la vente se déroule dans le contexte de l'attente de nouvelles créances fiscales et de l'engagement de nouvelles actions pénales. Youkos pourrait répondre à ces initiatives en déposant son bilan. L'assemblée extraordinaire des actionnaires de Youkos est prévue pour le 20 décembre, et l'ordre du jour comporte l'éventuelle faillite de la compagnie. Au début de la semaine, le président du conseil d'administration de la compagnie, Steven Theede, a déclaré que le conseil des directeurs ne recommanderait pas aux actionnaires de prononcer le dépôt de bilan tant que la compagnie serait en mesure de fonctionner. Il n'en reste pas moins qu'aujourd'hui la question de la faillite acquiert une actualité particulière.

    Il est évident que l'objectif des autorités est de vendre Youganskneftegaz le plus vite possible, quoique pour Youkos, cette transaction soit illégale dans la mesure où cette entreprise est son principal actif et qu'en principe on ne peut pas la vendre en premier lieu. En réponse à l'annonce des conditions de la vente, le groupe Youkos a diffusé un communiqué incisif déclarant que ces enchères étaient un "vol" organisé par le gouvernement dans le but de régler des comptes politiques". En cas de vente de sa principale filiale extractive, Youganskneftegaz, Youkos deviendrait une compagnie possédant des capacités de raffinage excessives, ce qui pourrait entraîner la vente de toute une série de raffineries de pétrole.

    Il est intéressant de noter que la déclaration du gouvernement sur la vente de Youganskneftegaz est intervenue au moment de l'attribution à la Russie par l'agence de rating Fitch d'une nouvelle note de la catégorie "investissements". Ceci devrait conférer une nouvelle impulsion à l'afflux de capitaux occidentaux et exercer un impact positif sur le climat d'investissements en Russie. Pour de nombreux fonds d'investissements, l'ouverture de quotas d'investissements par pays requiert l'attribution d'un rating approprié par au moins deux agences de notation parmi les plus importantes. Désormais, la Russie dispose des notes de Moody's et de Fitch, ce qui autorise les plus grandes compagnies d'investissements étrangères à acquérir des obligations russes. Il est possible d'autre part que l'initiative de Fitch permette de compenser partiellement l'effet négatif pour le marché des valeurs, consécutif à la décision de mettre en vente les actifs de Youganskneftegaz.

    Lire aussi:

    Ukraine: un petit-déjeuner avec la vice-ministre de l'Intérieur adjugé pour 423.000 USD
    Les compagnies russes attirent à nouveau les investisseurs étrangers
    L'Ukraine privatise à tour de bras pour obtenir un nouveau crédit du FMI
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik