Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Viktor Ianoukovitch a remporté la victoire en Ukraine. Les entrepreneurs russes sont prudents

    Opinion
    URL courte
    0 2 0 0
    MOSCOU, 26 novembre - par Iana Yourova, commentatrice politique de RIA-Novosti.

    La Commission électorale centrale de l'Ukraine a annoncé la victoire de Viktor Ianoukovitch dans la course présidentielle. La Russie devrait se réjouir, semble-t-il, car elle a misé sur ce candidat qui s'en tient, paraît-il, aux positions pro-russes. Cependant, il n'est pas certain que cette victoire ne cause pas de graves inconvénients à l'économie russe.

    Du point de vue des milieux d'affaires russes, le vainqueur Ianoukovitch et le vaincu Youchtchenko sont des personnages sans intérêt.

    Faisons un raisonnement inverse. Si Viktor Youchtchenko était arrivé au pouvoir, quels en auraient été les effets pour la Russie?

    Les rapports économiques formels entre la Russie et l'Ukraine seraient probablement restés les mêmes au niveau des Etats. L'Ukraine aurait toujours eu besoin de gaz, de pétrole et d'autres matières énergétiques russes. Cependant, les nouveaux projets économiques à composante politique auraient été remis en cause. Ainsi, le projet du pont de Kertch ou celui du tunnel entre la Crimée et la Russie auraient été rejetés les premiers. La tendance politique des partisans de Viktor Youchtchenko laisse supposer que si, ce candidat était arrivé au pouvoir, il aurait causé des ennuis à ceux qui ont soutenu son opposant. Parmi les mesures répressives, il aurait procédé au repartage économique dans le pays, compliquant les conditions de travail des entreprises dans les régions de l'Est. Autrement dit, d'importantes entreprises ukrainiennes auraient été disgraciées: par exemple, l'usine de construction de moteurs Motor-SITCH de Zaporojié, les usines du complexe militaro-industriel de Dniepropetrovsk et, bien entendu, les entreprises de Donetsk.

    Il importe de souligner qu'il s'agit des entreprises qui travaillent en contact étroit avec leurs collègues russes. Ce sont les restes des chaînes d'intégration datant de l'époque de l'URSS. Aujourd'hui, elles subissent la concurrence serrée des producteurs occidentaux dans la lutte pour les débouchés. Cependant, les armements russes ne présentent de l'intérêt sur les marchés étrangers que s'ils sont fabriqués avec la participation des entreprises de l'Ukraine. Et vice versa. Ce secteur prometteur a surtout besoin du soutien de l'Etat. Cependant, après l'arrivée au pouvoir du leader pro-occidental, ces entreprises auraient été les premières à en pâtir. Il est évident que, dans tous les cas où il aurait été possible d'accorder la préférence à un investisseur occidental, Viktor Youchtchenko l'aurait fait. Naturellement, les pourparlers avec la Russie sur la création du consortium pour le transport du gaz en Europe seraient devenus tout de suite compliqués. Les projets de l'espace économique russe auraient sûrement été suspendus. D'ailleurs, il ne faut pas non plus nourrir d'illusions à l'égard de Viktor Ianoukovitch. Oui, la Russie l'a soutenu à l'élection. Des facilités économiques spéciales dans le cadre de la création de l'espace économique unique de la Russie, de la Biélorussie, de l'Ukraine et du Kazakhstan ont été introduites en prévoyant son arrivée au pouvoir. Mais restera-t-il le même président pro-russe, comme il l'avait promis?

    Les problèmes énergétiques, les projets concernant le complexe militaro-industriel, les questions relatives au marché de la main-d'oeuvre seront réglés probablement en coopération avec la Russie. Mais il ne faut pas s'attendre à ce que Viktor Ianoukovitch soit dans le sillage de la Fédération de Russie.

    Pour être accepté en Occident, Viktor Ianoukovitch devra manifester sa loyauté à l'égard de ses rivaux d'hier. Il se peut qu'il doive aller au-devant de l'UE et de l'Amérique. Mais voudront-elles traiter avec un homme ayant une telle réputation? L'Occident peut le boycotter, alors l'Ukraine sera dans la même situation que la Biélorussie. Dans ce cas, n'ayant pas la possibilité de manoeuvrer avec l'Occident, Viktor Ianoukovitch imitera Alexandre Loukachenko, en manifestant, en paroles, sa loyauté totale à l'égard de la Russie, mais, dans les actes, en appliquant sa propre politique intérieure. En fin de compte, le budget de la Russie se verra grever d'une charge supplémentaire. En misant trop sur Viktor Ianoukovitch, la Russie lui a donné les moyens de demander plus. Cela signifie que les contribuables russes seront contraints de payer de leurs poches les actions d'un président impopulaire.

    Les perspectives des entrepreneurs russes ne seront pas moins alarmantes après l'arrivée au pouvoir de Viktor Ianoukovitch. L'exemple de la Biélorussie l'atteste. Alexandre Loukachenko, permet-il aux entrepreneurs russes d'agir à leur guise? Il ne faut pas oublier non plus le "clan de Donetsk" qui soutient Viktor Ianoukovitch. Les intérêts de ce clan se mêlent à ceux des sociétés russes et même entrent en conflit. Des précédents ont confirmé que les hommes d'affaires de Donetsk peuvent évincer les entrepreneurs russes de l'Ukraine. Bref, avec un tel voisin, la Russie ne pourra pas se décontracter car comme par le passé, il faudra jongler avec les intérêts de chacun.

    Lire aussi:

    Kiev veut la prison à perpétuité pour l’ancien Président Ianoukovitch
    Ukraine: Transparency étonnée de l'absence d'enquêtes sur le pouvoir
    Poutine: l’Ukraine dans le viseur de la CIA pendant le Maïdan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik