Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Revue de la presse russe du 14 décembre

    Opinion
    URL courte
    0 0 0 0
    MOSCOU, RIA Novosti

    Gazeta

    Vladimir Poutine invite à interpréter la Constitution sans la changer

    Le 12 décembre, la Journée de la Constitution russe (cette fête sera annulée à partir de l'année prochaine), Vladimir Poutine a reçu au Kremlin les juges de la Cour constitutionnelle. Valeri Zorkine, président de la Cour, a fait remarquer qu'une révision de la Constitution n'était pas une chose facile mais faisable, lit-on dans le quotidien "Gazeta". Le président lui a objecté, en disant que le Kremlin n'avait l'intention "ni de changer, ni de rectifier" la Loi fondamentale.

    Il est vrai, a dit Vladimir Poutine, le travail des organes du pouvoir exécutif dépendra, pour beaucoup, de l'interprétation de certaines dispositions de la Constitution, ce qui est une affaire de la Cour constitutionnelle. Le président a confirmé cette thèse en signant, le même jour, la loi sur le nouveau système de l'élection des gouverneurs (qui présume que les parlements régionaux approuverent les candidatures des chefs des régions proposées par le président).

    Les experts interrogés par le journal sont certains que le pouvoir préférera à l'avenir d'interpréter la Constitution actuellement en vigueur au lieu de la réformer et être réprimandé par l'Occident.

    "En Russie, il n'y avait jamais ni de concurrence politique réelle, ni de parti du pouvoir, ni d'opposition, il n'y avait que le chef principal", estime Mikhail Krasnov, vice-président de la fondation "Indem". Selon lui, la Loi fondamentale actuelle garantit l'invariabilité de ce système politique. "La nomination des gouverneurs par le président est certainement une violation de la Constitution. Mais notre système politique est conçu de façon que le pouvoir contrôle tout, c'est pourquoi cela ne suscite pas de remous dans la société", estime l'expert.

    La Loi fondamentale permet même de mettre en oeuvre l'opération "successeur": ceux qui partent, ce sont des personnes concrètes, mais pas la bureaucratie. Selon Mikhail Krasnov, ce scénario pourrait se reproduire en 2008.

    Vedomosti

    Les trois premiers participants à la vente aux enchères de Iouganskneftegaz représentent Gazprom

    Trois compagnies ont déjà déposé auprès du Service fédéral antimonopole (FAS) des demandes d'autorisation d'achat de cette entreprise. Le 19 décembre, Gazpromneft, filiale à 100 pour cent de Gazprom, "Pervaïa ventchournaïa kompania" et Interkom brigueront l'achat de la principale entreprise d'extraction de Ioukos (le prix de départ des 76,8 pour cent d'actions de Iouganskneftegaz mises en vente pour rembourser le relèvement fiscal frappant Ioukos est de l'ordre de 8,8 milliards de dollars).

    Plusieurs sources proches de Gazprom ont annoncé au quotidien "Vedomosti" que deux compagnies dont les fondateurs sont inconnus avaient déposé des demandes de participation auprès du FAS pour aider Gazpromneft à triompher. Un représentant de la filiale de Gazprom a déclaré que sa compagnie n'avait déposé qu'une demande. Les autres, nous ne savons pas qui c'est, a-t-il en précisant qu'il parlait uniquement au nom de Gazpromneft.

    En déposant d'emblée plusieurs demandes de participation, les structures de Gazprom cherchent à s'assurer la victoire aux enchères, relèvent les experts. Les participants réels déposent ordinairement deux demandes parce qu'en cas de défections les enchères pourraient ne pas se tenir, dit le président de l'Institut de politique énergétique, Vladimir Milov. Pour les enchères concernant Iougansneftehaz, il y aura obligatoirement des compagnies de "réserve" parce qu'en fait il n'y aura pas d'enchères: aucun candidat sérieux à son acquisition ne s'est présenté. Quant aux Chinois (la société CNPC), on les a convaincus de renoncer. Si les prétendants inconnus sur le marché ne sont formellement pas liés à Gazprom, ils opèrent manifestement de connivence avec le monopole, ajoute l'analyste de la compagnie Sovlink Securities, Lev Snykov.

    En attendant, le principal actionnaire de Ioukos, le groupe Menatep, menace d'ester en justice contre le nouveau propriétaire de Iouganskneftegaz. Quant au directeur du groupe Menatep, Tim Osborne, il a déclaré que le groupe pourrait formuler des réclamations au syndicat des banques occidentales (Deutsche Bank, ABN Amro, BNP Paribas, Calyon, Dresdner Kleinwort Wasserstein et J.P. Morgan) avec lesquelles Gazprom est en pourparlers au sujet de l'octroi au monopole d'un crédit record de 10 milliards de dollars.

    Kommersant

    Les actionnaires minoritaires ont intenté une action en justice contre "Vympelcom"

    Le cabinet d'avocats américain "Shiffrin & Barroway" a intenté, au nom des actionnaires minoritaires de "Vympelcom" (deuxième opérateur du réseau téléphonique cellulaire de la Russie, de la CEI et de l'Europe de l'Est) une action en justice contre les directeurs général et financier de cette compagnie.

    Comme le fait savoir le quotidien "Kommersant", on leur impute d'avoir caché aux actionnaires le schéma de règlement des comptes entre "Vympelcom" et sa filiale "Impouls" (le fisc russe a avancé à "Vympelcom" des griefs fiscaux d'un montant de 157 millions de dollars pour 2001: "Vympelcom" n'a pas payé les impôts sur les sommes virées à "Impouls" dans le cadre des rapports entre les agents) et d'avoir déduit incorrectement les dépenses de "Vympelcom" sous couvert des frais de remboursement des services d'"Impouls", ce qui a conduit à la dénaturation de la comptabilité de la compagnie du point de vue des critères de GAAP.

    De plus, les représentants de "Schiffrin & Barroway" affirment que "la déduction incorrecte a permis à "Vympelcom" d'accroître artificiellement le bilan financier d'au moins 534 millions de dollars dans la période de 2001 à 2003".

    De l'avis des juristes russes, les chances de "Shiffrin & Barroway" de gagner le procès ne sont pas élevées. "Les représentants de "Shiffrin & Barroway" parlent des infractions financières commises par "Vympelcom" comme d'unfait prouvé, bien qu'il s'agisse, en réalité, d'une conclusion préalable d'un organisme fiscal. Il faut prouver que la compagnie a commis les infractions fiscales", estime Eldar Nouzmoutdinov, conseiller juridique de la compagnie d'investissement "Prospekt".

    En même temps, les dirigeants de "Vympelcom" peuvent être également inculpés d'avoir caché d'autres renseignements, selon les observateurs. "L'acte de l'inspection fiscale est daté du 26 novembre, mais la compagnie n'a rendu publique l'information sur les griefs possibles pour une somme importante que le 7 décembre, a dit Eldar Nouzmoutdinov. Or, la Commission américaine pour les valeurs mobilières et les bourses préscrit d'informer sans tarder les investisseurs de tous les cas sérieux. La réception de l'acte d'une inspection fiscale contenant de tels griefs peut être considérée comme tel".

    Novyé izvestia

    Rodina s'apprête à transformer la Russie

    Dimanche dernier, Dmitri Rogozine, leader du parti Rodina, a pris la parole dans le Palais de la Culture de l'Université technique de Moscou où il a informé ses partisans d'éventuelles actions de son parti au cas où il arriverait au pouvoir. "A ses dires, dans ce cas, l'Etat prendrait sous son contrôle les prix des produits alimentaires et de l'essence, et s'adjugerait le monopole de la production de la vodka et du tabac. Quant à la propriété confisquée aux oligarques, il s'apprête à la dépenser pour encourager la natalité afin de porter la population du pays à 500 millions d'habitants, annonce le quotidien "Novyé izvestia".

    Cette rencontre a été organisée comme un "forum de la jeunesse" et intitulée le "Congrès national pour la défense des droits de la nation et du citoyen" pour faire contrepoids, le même jour, au rassemblement des libéraux.

    Pendant une heure Rogozine a expliqué qui est en faute et ce qu'il faut faire. Les fautifs sont le gouvernement, les oligarques et les libéraux. "Le gouvernement a placé les réserves de change à l'étranger. Voilà la preuve de la trahison", a-t-il déclaré. Le principal traître dans le gouvernement est, à son avis, le ministre du Développement économique et du Commerce, Guerman Gref, parce qu'il s'emploie à faire admettre la Russie à l'OMC, raison pour laquelle l'essence ne cesse d'augmenter en Russie.

    Pour accroître le taux de natalité en Russie, il propose d'accorder aux jeunes familles des crédits pour construire des logements et puis de les "pardonner" lorsque la famille aura un troisième enfant. L'argent nécessaire serait confisqué aux oligarques. Pour ce faire, des spécialistes occidentaux doivent évaluer les usines russes. Ensuite, il propose d'établir combien les oligarques ont payé leurs usines et de les obliger de rembourser la différence et de payer 2% d'intérêts annuels.

    Les orateurs qui ont remplacé leur leader à la tribune ont dénoncé l'Occident qui empêche la Russie de suivre sa propre voie particulière. Les autorités en place s'efforcent, à leur avis, de priver le peuple d'"autoconscience nationale et impériale". Les participants à la réunion ont soutenu l'idée de la création d'un comité de libération nationale "Zavtra" ("Demain") appelé à prendre la tête du "mouvement de libération nationale qui s'amplifie dans toutes les régions de la Russie". Plus tard, lors d'une conférence de presse, Dmitri Rogozine a déclaré des méthodes parlementaires ne seraient pas les seules à réaliser dans sa lutte. "Les événements de Kiev ont montré que celui qui sait combattre dans la rue finit par arriver au pouvoir", a-t-il dit.

    Gazeta

    Un vaccin contre deux types d'hépatite mis au point en Russie

    Des vaccins contre les hépatites A et B existent depuis longtemps, cependant des chercheurs russes en ont créé un remarquable en ceci qu'il protège contre deux virus simultanément. C'est en 1995 que les spécialistes du Centre national de virologie et de biotechnologie "Vektor" (Sibérie) s'étaient attelés à ce vaccin anti-hépatite. A présent, ils sont prêts à lancer sa production, selon le quotidien "Gazeta".

    Pour le moment dans le monde un seul vaccin analogue est produit en Belgique, mais il n'est pas exporté en Russie. Qui plus est, le produit russe devrait être bien meilleur marché que son homologue européen.

    Cela fait longtemps que les médecins mettent en garde que les hépatites virales A et B en Russie mettent la santé de la nation en danger. Les spécialistes sont de plus en plus nombreux à évoquer une extension de l'épidémie d'hépatite en Russie.

    Or, comme il n'existe pratiquement pas de médicaments spécifiques performants pour la combattre, le seul moyen de faire front est la vaccination préventive. C'est vrai que pour l'hépatite la plus dangereuse, l'hépatite C, il n'existe même pas de vaccin.

    De l'avis de ceux qui l'ont conçu, le nouveau vaccin combiné présente plusieurs avantages. Il forme dans l'organisme une immunité contre deux types d'hépatites à la fois et une seule injection suffit. De l'avis des médecins, cela rend le vaccin plus supportable, économise des fonds publics et simplifie le calendrier des vaccinations. Le nouveau vaccin a subi des tests approfondis et s'est révélé très efficace. Les chercheurs sibériens envisagent de lancer sa fabrication industrielle en 2006.

    Lire aussi:

    Les virus les plus mortifères pour l’homme identifiés
    La rougeole refait son apparition en Europe et aux USA
    Le remède contre le cancer passe les premiers tests
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik