Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Périples dans les neiges russes

    Opinion
    URL courte
    0 13 0 0

    Au répertoire touristique, les ballades en traîneau, les batailles de boules de neige, les fêtes populaires agrémentées de chansons et de feux d'artifice et aussi l'impitoyable bain russe vapeur/neige avec en guise de compensation une assiette de salaisons accompagnées d'une excellente vodka.

    L'industrie touristique russe attend des performances de ses produits hivernaux, aussi vulgarise-t-elle les belles légendes sur les plaisirs infinis offerts par le fameux "hiver russe".

    Signalons tout particulièrement au répertoire touristique les ballades en traîneau, les batailles de boules de neige, les fêtes populaires agrémentées de chansons et de feux d'artifice et aussi l'impitoyable bain russe vapeur/neige avec en guise de compensation une assiette de salaisons accompagnées d'une excellente vodka. Ce type de repos est accessible dans les centres historiques de l'Anneau d'or: Serguiev Possad, Vladimir, Souzdal et Rostov au nord-est de Moscou, Veliki Novgorod et Pskov au nord-ouest, ainsi qu'en Carélie et à Veliki Oustioug au nord.

    Selon la légende, Veliki Oustioug est la résidence permanente du Père Gel, le Santa Claus russe. Le Nouvel An et la Noël en Russie sont par excellence une période d'offrandes: petits soufflés, salades diverses, viande rôties, poisson à toutes les sauces, champignons marinés, choucroute, pommes macérées... Ces plats traditionnels de la cuisine russe sont dégustés en admirant des ensembles de danses et de chansons populaires auxquels les touristes étrangers se joignent ordinairement. Le volet historique du programme prévoit des visites des musées et des églises dont les itinéraires sont parsemés. Par exemple, Serguiev Possad est en quelque sorte une ville-musée, tout comme Souzdal d'ailleurs.

    Les safari-neige autrement dénommés "chasses aux impressions" sont particulièrement en vogue actuellement. Ils se font en Sibérie, au Kamtchatka, en Russie centrale et aussi dans le nord-ouest du pays dans des traîneaux tirés par des attelages de rennes ou de chiens ou encore à cheval sur un motoneige. La durée de ces périples va de quelques heures à plusieurs jours. Les plus beaux lacs et fleuves de la Russie vous sont promis, de même que ses forêts enneigées sillonnéesde mystérieuses traces d'animaux sauvages ainsi que ses volcans. Vous pourrez également faire du ski alpin, prendre un baptême de l'air en hélicoptère ou encore faire l'acquisition de souvenirs archéologiques. La communion avec la neige est fort appréciée des Russes et aussi des Allemands, Français, Britanniques et Italiens.

    Le prix d'une journée de "chasse aux impressions" est de 100 dollars. L'hébergement se fait en hôtel ou dans des gîtes. Ces derniers sont des isbas de bois "réaménagées". Elles comportent plusieurs chambres à coucher avec douche, bain russe, cheminée et même... bar et karaoké. Ces isbas sont nombreuses en Carélie, il y a aussi d'excellents gîtes touristiques au lac Baïkal, en Sibérie méridionale.

    En Carélie les safaris-neige vous conduiront à la chute d'eau de Kivatch, la deuxième plus grande en plaine en Europe, à la station thermale Martsialnye vody avec ses sources curatives, fondée par Pierre le Grand, à des clochers offrant des panoramas magnifiques ainsi qu'au célèbre musée d'architecture de bois de l'île Kiji. Dans la partie nord de la région de Mourmansk vous pourrez enfourcher un motoneige et suivre le littoral de la mer Blanche et rejoindre les lacs Imandra, Oumbozero et Lovozero. Les Russes et les étrangers raffolent de cette contrée pour la pêche au saumon. La presqu'île du Kamtchatka, en Extrême-Orient russe, est célèbre par ses volcans, ses geysers et ses sources minérales. Motoneiges et attelages de chiens les rendent accessibles. Ces safaris sont agrémentés de ski alpin, de randonnées en hélicoptère et de promenades pédestres.
    Pays des chamans, du bouddhisme et des artisanats anciens, la Sibérie promet des safaris particulièrement étoffés. Le Baïkal, les excursions sur des sites de cultes anciens, l'initiation aux pétroglyphes représentant des cygnes, des rennes et des mammouths et aux traditions séculaires locales sont le garant du succès.

    Les stations hivernales de l'Oural et de la Sibérie, de la région baïkalienne et de la Khakassie offrent la pratique du snowboard et du ski alpin et ambitionnent de débaucher les clients russes des stations alpines et pyrénéennes. La station russe la plus réputée est Krasnaïa Poliana dans le sud. Les séjours que le président Poutine, un fervent de ski alpin, y a effectué, lui ont valu des points supplémentaires au hit-parade. Krasnaïa Poliana est dotée de très nombreux hôtels, petits et grands, magasins et établissements récréatifs. D'excellentes pistes existaient auparavant dans le Dombaï (Caucase du Nord), dans les régions de l'Elbrous et du Tcheguet. Ces stations qui avaient été vouées à l'abandon sont actuellement en cours de réfection, des hôtels y sont en chantier. Ces sites devraient connaître une existence nouvelle, la question a été examinée à la fin du mois de juillet par le bureau du Conseil d'Etat. "Notre pays dispose de ressources touristiques immenses, cependant son richissime potentiel historique, culturel et naturel n'est utilisé à des fins touristiques qu'à 20 pour cent", a fait remarquer Vladimir Poutine.

    Un sondage réalisé auprès de touristes étrangers a révélé qu'ils étaient plus de 30% à souhaiter le développement des transports. Il est remarquable que seulement 6% d'entre eux aient conseillé d'attacher davantage d'attention à la sécurité. Respectivement 8% et 7% voudraient que des améliorations soient apportées à l'alimentation et aux distractions.

    Dans tous ces domaines, surtout en ce qui concerne la restauration, des progrès notables ont été enregistrés, dit le président de l'Union russe de l'industrie touristique, Sergueï Chpilko. Pour ce qui est des transports, l'extension géographique des courants touristiques gêne leur développement. La Russie doit rénover le parc des cars et développer la petite aviation, elle manque d'hélicoptères sans lesquels on ne saurait développer le tourisme aventurier. Le prix des vols intérieurs est trop élevé en Russie. Dans ce domaine ainsi que dans celui des télécommunications, de l'approvisionnement en eau et du chauffage, l'aide publique est indispensable. Autrement, les produits touristiques hivernaux ne seront pas compétitifs.

    Lire aussi:

    Bientôt un petit «Courchevel» sur les rives du lac Baïkal
    En montagne en maillots de bain: le carnaval Boogel Woogel à Sotchi
    Bientôt une station de ski en Corée du Nord… près de la frontière chinoise
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik