Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Le Ka-52 "Alligator" peut encore "mordre"

    Opinion
    URL courte
    0 0 0

    MOSCOU, 28 août - RIA Novosti.

    L'annonce de la reprise à l'usine aéronautique d'Arseniev (Extrême-Orient russe), après un intervalle de cinq ans, des essais de l'hélicoptère Ka-50 "Requin noir", avait fait naître l'espoir d'un aboutissement, favorable lui aussi, de la longue épopée sur le lancement de la fabrication en série d'un autre développement du bureau d'études Kamov, à savoir l'hélicoptère biplace d'assaut et de reconnaissance Ka-52.

    En 1984, au plus fort des essais comparatifs des hélicoptères B-80 (par la suite Ka-50) et Mi-28, le bureau d'études Kamov avait suggéré de créer une avionique avec détecteur et désignateur de cibles, fournissant toutes les informations nécessaires aux hélicoptères d'assaut opérant en groupes. Cette avionique aurait dû équiper le nouvel hélicoptère baptisé B-60, mais la crise économique de 1998 en Russie et ses conséquences négatives ralentirent sensiblement le programme. Le constructeur général du bureau d'études Kamov, Sergueï Mikheev, décida alors de transférer l'avionique en question sur le Ka-50, une version déjà construite en série à l'usine d'Arseniev qui, tout en conservant l'armement installé, aurait pu être utilisé non seulement pour la reconnaissance, mais encore pour le combat autonome, notamment de nuit et dans des conditions météorologiques difficiles. Pour pouvoir gérer l'avionique il fallait un deuxième membre d'équipage. Décision fut prise d'installer le deuxième fauteuil à côté de celui du pilote, comme sur la plupart des hélicoptères en service dans les armées du monde. Ce positionnement en tandem des deux membres d'équipage devait faciliter leur coopération, surtout lors des vols à très basses altitudes.

    La première version du Ka-50 biplace de reconnaissance et d'assaut fut présentée en septembre 1994 à la commission dite des maquettes. Elle avait été exécutée de façon à utiliser au maximum des pièces de série. Par exemple, la verrière avait été confectionnée avec les éléments que l'on trouvait sur le Ka-50. La cabine large, à configuration angulaire, était préjudiciable à l'affinement de l'hélicoptère et à sa furtivité. C'est la raison pour laquelle cette version (sa maquette grandeur nature avait été exposée à MAKS-95) avait été repoussée par la commission, celle-ci recommandant de retravailler la partie avant du fuselage de l'hélicoptère biplace et de doter la cabine d'une nouvelle verrière. La nouvelle version fut prête à la mi-septembre 1996 et le premier exemplaire du Ka-52 fut mis en chantier à l'usine expérimentale de la société Kamov.

    Pour construire le premier Ka-52 on utilisa un Ka-50 de série. L'appareil fut achevé en novembre 1996, on l'avait doté de plusieurs détecteurs et désignateurs de cibles. Ce Ka-52 peint en noir fut présenté pour la première fois au grand public le 19 novembre 1996. La veille il avait été rebaptisé Alligator et cette appellation avait été peinte en grosse lettres blanche sur le flanc droit du fuselage.

    Selon les concepteurs, le Ka-52 a été fabriqué à 85% avec des éléments du Ka-50 de série. La distinction essentielle est la nouvelle partie avant avec cabine biplace, dans laquelle les membres d'équipage sont installés dans des fauteuils éjectables K-37-800 placés en tandem, comme sur le Ka-50. On accède à la cabine par les portes relevables de la verrière. Des manches de pilotage se trouvent devant les fauteuils gauche et droit. Le tableau de bord est nouveau, la plupart des indicateurs électromécaniques ont été remplacés par des écrans à cristaux liquides.

    Par rapport au Ka-50 les performances de vol de la version biplace sont légèrement moins bonnes. L'équipement du poste de travail du navigateur-opérateur et la disposition de plusieurs nouveaux systèmes ont entraîné une augmentation du poids au décollage qui est passé de 9.800 à 10.400 kilogrammes, ce qui a abaissé, les moteurs étant les mêmes, le plafond statique de 4.000 à 3.600 mètres et le plafond dynamique de 5.500 à 5.000 mètres. La société Kamov envisage d'améliorer les performances de vol du Ka-52 en le dotant de moteurs VK-2500 (TVZ-117VMA-SBZ) plus puissants, coproduits par l'usine Klimov de Saint-Pétersbourg et l'ukrainien Motor Sitch. Ces moteurs ont une puissance de 2.500 cv au décollage et de 2.700 cv à régimes exceptionnels de courte durée.

    Le premier exemplaire du Ka-52 a été présenté au mois de décembre 1996, avant même les essais en vol, au salon AeroIndia 96 de Bangalore. Cet appareil avait par la suite subi plusieurs réaménagements et actuellement il est le seul appareil biplace de la famille. Le Ka-52 subit actuellement les derniers essais, ceux concernant les nouveaux équipements. L'usine Progress d'Arseniev est prête à lancer sa fabrication en série. Elle n'attend plus que des commandes.

    Lire aussi:

    Plus de 50 hélicoptères Alligator bientôt construits en Extrême-Orient russe
    Syrie: un hélicoptère russe Ka-52 terrorise les terroristes (vidéo)
    Le Kamov Ka-52 redoutable comme un alligator
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik