Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    L'économie ukrainienne dans la crise politique

    Opinion
    URL courte
    0 0 0 0

    Par Viatcheslav Vachanov, directeur du Centre d'étude des problèmes économiques de la CEI, membre du Conseil d'experts de RIA Novosti

    Par Viatcheslav Vachanov, directeur du Centre d'étude des problèmes économiques de la CEI, membre du Conseil d'experts de RIA Novosti

    Selon des avis objectifs, le gouvernement ukrainien dirigé par Viktor Ianoukovitch a stabilisé la situation économique dans le pays durant sa brève période de travail. Les résultats de l'activité économique du gouvernement ont assuré à l'Ukraine en 2006 un accroissement du PIB de 6,7% par rapport à 2005. Au premier trimestre de 2007, les recettes du budget de l'Etat se sont accrues de 36% par rapport à la même période de l'année dernière.

    Selon le premier vice-premier ministre et ministre ukrainien des Finances Mikola Azarov et le ministre de l'Economie Anatoli Kinakh, il n'y a eu aucun signe d'instabilité économique et sociale dans le pays, il n'y avait donc aucune raison de prendre la décision de dissoudre le parlement. En ce moment, le gouvernement contrôle entièrement le cours de change et les prix dans le pays. Ainsi, l'inflation a été de 0,7% en mars et de 1,8% pour l'ensemble du premier trimestre. Les données préalables des statistiques ukrainiennes confirment les taux de croissance économique élevés.

    Les contacts économiques avec la Russie se développent sans entraves. D'après les données dont on dispose, le ministère ukrainien des Combustibles et de l'Energie a achevé l'élaboration du protocole annuel additionnel à l'accord intergouvernemental sur les mesures supplémentaires à prendre en vue d'assurer le transit du gaz naturel russe par le territoire de l'Ukraine. On s'attend en outre à la signature d'un accord entre Rosatom (Agence fédérale russe de l'énergie atomique) et le consortium Ukratomprom sur le développement de la coopération.

    Sur le plan général, des prémisses positives existent pour la coopération économique entre la Russie et l'Ukraine qui sont d'importants marchés d'écoulement pour les produits fabriqués dans les deux pays. En outre, l'Ukraine joue un rôle de corridor de transport pour les produits russes, ce qui est important pour l'accroissement des exportations russes vers l'Occident, surtout par conduites.

    L'Ukraine occupe la première place parmi les partenaires commerciaux de la Russie au sein de la CEI (Communauté des Etats indépendants). En 2006, le chiffre d'affaires du commerce extérieur entre la Russie et l'Ukraine a constitué 24,2 milliards de dollars, soit 37,4% des échanges de la Russie avec les pays de la CEI. En plus des hydrocarbures, la Russie exporte vers l'Ukraine des équipements et des moyens de transport, ainsi que des produits chimiques.

    Dans l'autre sens, ce sont surtout les produits métallurgiques ukrainiens qui ont assuré l'accroissement des importations russes. En janvier-mars 2007, les entreprises ukrainiennes du complexe minier et métallurgique ont accru la production de laminés de 12%, et de 22% pour les tubes.

    A moyen terme, il est prévu de combler le déséquilibre dans la structure du commerce entre les deux pays. Cette asymétrie a été conditionnée, avant tout, par la prédominance des matières premières dans les importations ukrainiennes et la dépendance de l'Ukraine envers les hydrocarbures russes.

    Un approfondissement des rapports économiques et commerciaux entre les deux pays était attendu dans le complexe combustibles-énergie, notamment en matière de transport du pétrole, et dans le cadre de l'activité du Consortium international de développement et de gestion du système ukrainien de transport du gaz. De plus, la coopération aérospatiale et la mise en oeuvre de grands projets communs dans ce domaine est une partie importante des rapports entre les deux Etats.

    La crise politique en Ukraine, avec la démission du cabinet des ministres et la dissolution éventuelle du parlement ukrainien, aura de lourdes conséquences économiques. On peut examiner quelques scénarios de développement de la coopération entre l'Ukraine et la Russie.

    1. Le président Iouchtchenko atteint son objectif. Dans ce cas, on ne sait pas bien quand sera formé un nouveau parlement et, par conséquent, un gouvernement compétent. L'absence de cabinet des ministres fonctionnant peut paralyser le travail du pouvoir exécutif et des agents économiques aussi bien au centre que dans les régions. Dans ces conditions, il n'est pas exclu que les rapports avec la Fédération de Russie soient suspendus pour une période indéterminée. Les ententes déjà intervenues sur le prix du gaz, le transport d'hydrocarbures et les problèmes principaux de la coopération économique subiront une révision. Il faudra oublier l'Espace économique unique entre la Russie et l'Ukraine.

    2. Le décret de dissolution du parlement signé par Viktor Iouchtchenko est reconnu illégal. La Rada (parlement) actuelle et le gouvernement Ianoukovitch continuent à travailler, mais déjà en qualité de gagnants. Dans les conditions nouvelles, un tel tandem uni - la Rada et le gouvernement - pourra adopter une série d'actes normatifs et législatifs favorables à la Russie. Il sera question de l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, du statut de la langue russe, de la flotte russe de la Mer noire, du déploiement de systèmes américains de défense antimissile, d'une participation active à la formation de l'Espace économique unique et d'une intensification de la coopération économique avec la Russie tous azimuts.

    3. Les parties opposées consentent à accepter des concessions et la crise commence à s'apaiser.

    Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Combien pèsera le «plan Marshall pour l'Ukraine» sur le budget européen?
    La Russie proteste contre les sanctions antirusses de Kiev auprès de l’OMC
    «Seule l’Ukraine peut arrêter la guerre civile en respectant les accord de Minsk»
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik