Ecoutez Radio Sputnik
    Plutonium

    Du plutonium pour relancer la coopération russo-américaine

    © Photo. public domain
    Opinion
    URL courte
    0 11
    S'abonner

    La Russie et les Etats-Unis développent leur coopération dans le domaine du rcyclage du plutonium excédentaire qui s'est accumulé à l'époque du monde bipolaire.

    Par Tatiana Sinitsyna, RIA Novosti

    Le 20 novembre, Sergueï Kirienko, directeur de l'Agence fédérale russe de l'Energie atomique (Rosatom), et Samuel Bodman, secrétaire américain à l'Energie, ont signé une déclaration conjointe de compréhension dans le domaine de la coopération sur le programme de retraitement du plutonium de qualité militaire "excédentaire". Tout document à ce sujet revêt une grande importance. Le potentiel nucléaire des deux pays joue un rôle de premier ordre dans le monde contemporain, la stabilité et la sécurité internationales dépendent, pour beaucoup, de leurs accords conclus dans le domaine du désarmement.

    Le plan de retraitement de 34 tonnes de plutonium excédentaire issu des programmes d'armements russes est le sujet principal du nouveau document. L'idée consiste à utiliser cet excédent à des fins civiles, pour le développement de l'énergie nucléaire de la Russie.

    Washington avait promis de verser 400 millions de dollars dans le programme russe de recyclage du plutonium. Cette intention s'inscrit dans l'Accord intergouvernemental russo-américain de 2000 sur l'élimination du plutonium n'étant pas nécessaire à des fins militaires. Cependant, la somme indiquée ne couvrira pas les dépenses russes nécessaires pour mettre en oeuvre le programme onéreux de retraitement du plutonium, c'est pourquoi les parties ont mentionné leur intention de rechercher des financements supplémentaires.

    Les experts qui ont travaillé sur le document ont jugé utile d'établir une coopération entre les deux pays pour assurer la reconversion du plutonium excédentaire dans des réacteurs à neutrons rapides. Pour cela, il devra tout d'abord être mêlé à de l'uranium pour être transformé en combustible MOX (mélange d'oxyde de plutonium et d'oxyde d'uranium). Les seuls réacteurs à neutrons rapides qui existent dans le monde se trouvent à la centrale nucléaire de Beloïarsk (Oural). Rosatom (Agence russe de l'énergie atomique) prévoit de recycler le plutonium excédentaire dans le réacteur en fonctionnement BN-600, puis dans le réacteur BN-800 qu'il est prévu de mettre en service vers 2010. Il sera nécessaire de créer une installation de production de combustible MOX. Selon Rosatom, la mise en oeuvre du programme de recyclage du plutonium commencera lorsque les gouvernements russe et américain apporteront les changements nécessaires dans l'accord intergouvernemental.

    Que représentent les réacteurs à neutrons rapides destinés à retraiter le plutonium militaire, matière dont les excédents créent des problèmes d'ordre écologique et politique, car ils sont liés à la non-prolifération des armes nucléaires?

    L'idée de cette technologie est ancienne, elle est à l'origine du nucléaire civil. Elle avait été émise par l'éminent physicien hongrois Leo Szilard dans les années 30. En Russie, les travaux d'utilisation du plutonium en qualité de combustible pour les réacteurs énergétiques à neutrons rapides avaient commencé dans les années 50. L'idée d'utiliser des réacteurs était attrayante, car elle réglait le problème du combustible nucléaire usagé en utilisant l'uranium à plusieurs reprises. Les spécialistes affirment que 3 à 4 réacteurs énergétiques à neutrons rapides de type BN-800 pourraient régler, vers les années 80 du XXIe siècle, les problèmes de combustible nucléaire irradié qui s'accumule dans la centrale nucléaire.

    Lors de la première étape de développement du nucléaire civil, les réacteurs "rapides" faisaient l'objet d'une grande attention en Russie. Le réacteur industriel expérimental BN-600 a été mis en service à la centrale nucléaire de Beloïarsk en 1980 et il fonctionne encore parfaitement à ce jour. Mais la priorité a été accordée aux réacteurs à piles refroidies et ralenties par l'eau (VVER), considérés comme plus rentables et inoffensives pour la construction massive.

    A présent, la situation a changé. Il est prévu de créer dans l'Oural un grand complexe où seront employées les technologies des réacteurs à neutrons rapides. Selon le président Vladimir Poutine, ce projet, parmi plusieurs autres, est destiné à profiter des possibilités inutilisées du secteur nucléaire. Ces possibilités sont immenses.

    L'importance de ces réacteurs a été déterminée de façon exhaustive par l'académicien Evgueni Velikhov, président du Centre scientifique russe "Institut Kourtchatov": "Les physiciens comprennent parfaitement que le secteur nucléaire n'a aucun avenir si l'on n'utilise pas de réacteur à neutrons rapides. Auquel cas, l'énergie nucléaire n'aura été qu'un bref épisode de l'histoire, marqué pour l'essentiel par la recherche de moyens d'en finir avec le secteur nucléaire créé par l'humanité".

    Le savant russe Fedor Mitenkov, lauréat du prix Energie globale (2004), qui a conçu les principes physiques et techniques de la création de réacteurs à neutrons rapides appliqués pour les réacteurs BN-350, BN-600, BN-800, estime que la mise en oeuvre de l'idée du recyclage a une importance fondamentale pour l'avenir du secteur nucléaire. Cette idée permet d'utiliser au maximum l'uranium naturel en rendant le combustible nucléaire intarissable.

    Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.

    Tags:
    nucléaire civil, recyclage, désarmement, plutonium, Samuel Bodman, Sergueï Kirienko, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik