Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Crash de Total Pole Airship: le constructeur s'exprime

    Opinion
    URL courte
    0 5 0 0

    Le dirigeable s'est écrasé le 22 janvier dernier, remettant en cause l'expédition polaire de Jean-Louis Etienne.

    Le dirigeable s'est écrasé le 22 janvier dernier, remettant en cause l'expédition polaire de Jean-Louis Etienne.

    Le 22 janvier 2008, à 6h25 sur l'aérodrome de Fayence (Provence), le dirigeable polaire Total Pole Airship a été arraché de ses points d'attache par de fortes rafales de vent. Il n'y a pas eu de blessés. Une enquête a été ouverte pour déterminer le niveau d'endommagement de l'engin et les causes de l'incident.

    Guennadi Verba, président d'Avgur-RosAeroSistema, le constructeur du dirigeable, commente ce qui s'est produit.

    Mardi 22 janvier, nous avons reçu de France une triste nouvelle nous annonçant qu'un incident s'était produit avec le dirigeable Au-30 construit par le Groupement science-production (NPO) Avgur-RosAeroSistema pour la prochaine mission polaire de Jean-Louis Etienne, qui a été arraché de son mât d'attache par de fortes rafales de vent.

    Nos partenaires français nous envoyé le message suivant: "Malgré des prévisions météo favorables, tôt le matin (à peu près à 6 heures, heure locale), sur l'aérodrome de Fayence (108 km à l'Est de Marseille), les conditions de vent se sont brusquement aggravées, jusqu'à 100 km/h avec des rafales à 150 km/h. L'une de ces rafales a soulevé le ballon qui s'est presque mis à la verticale, arrachant son mât d'attache et rompant toutes ses amarres. Le dirigeable a poursuivi ainsi une trajectoire chaotique, a heurté des véhicules, un hangar et s'est écrasé sur une maison sans faire de victimes. Le dirigeable a été fortement endommagé (propos traduits du russe, ndlr.)."

    Le ballon Au-30, résultat de notre travail de ces quatre dernières années, est le plus grand dirigeable en Russie. Doté d'appareils de radionavigation modernes, il est spécialement destiné au travail sous des latitudes polaires, y compris dans des conditions de vents violents. L'Au-30 a été conçu et construit conformément aux "Normes de vol des dirigeables" russes et internationales, selon lesquelles le dirigeable et ses amarres doivent supporter des rafales de vent de 130 km/h. Malheureusement, les éléments ne connaissent aucune limite.

    L'exploitation efficace de deux dirigeables de ce type construits en Russie atteste que les caractéristiques techniques de vol de l'Au-30 sont excellentes. Deux mois d'exploitation du dirigeable en France ont prouvé que l'appareil était prêt à participer à la mission polaire.

    En plus des rafales de vent destructrices, d'autres causes ont pu jouer leur rôle dans cet accident. Selon les informations dont nous disposons, au lieu du mât d'attache et des amarres construits par nous et fournis avec le dirigeable, d'autres dispositifs, plus légers en vue d'une installation sur la glace, et dont la conception nous est inconnue, ont été employés ce jour-là.

    Loin de nous l'idée de mettre en doute la compétence de l'équipe de Jean-Louis Etienne, mais nous estimons qu'une coopération plus étroite entre les organisateurs de la mission et ceux qui ont conçu son principal vecteur - le dirigeable - aurait été utile à tout le monde.

    Nous sommes prêts à apporter tout le concours nécessaire à la mission de Jean-Louis Etienne pour sortir de cette situation. Tout d'abord, il est nécessaire de tirer les conclusions qui s'imposent. Nous espérons qu'une enquête objective sera effectuée avec la participation des autorités françaises de l'aviation civile, de l'organisation exploitante et du constructeur du dirigeable.

    Cette enquête est opportune dans la mesure où, dans des conditions atmosphériques défavorables, le mât d'attache est un fléau pour les dirigeables modernes. Ainsi, il y a quelques mois, un exemplaire du plus grand dirigeable au monde, le Zeppelin-NT, a été détruit dans des circonstances semblables au Botswana.

    Des cas analogues ont eu lieu aux Etats-Unis et en Europe. C'est une raison sérieuse pour les constructeurs de proposer aux autorités de l'aviation civile d'apporter des corrections aux exigences avancées aux dirigeables et aux organisations exploitantes.

    Lire aussi:

    Des Rafales à la place des F-16, Paris fait une proposition constructive à Bruxelles
    Les États-Unis construisent une nouvelle base militaire près d’Al-Tanf, en Syrie
    Syrie: cinq morts dans une frappe de la coalition
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik