Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Grippe porcine: collusion entre l'OMS et les géants pharmaceutiques?

    Opinion
    URL courte
    0 0 0 0

    Le scandale à propos d'une collusion éventuelle entre l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et certaines grandes compagnies prend de l'ampleur.

    Le scandale à propos d'une collusion éventuelle entre l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les géants pharmaceutiques prend de l'ampleur. Les journalistes danois ont accusé l'OMS d'avoir cédé à la pression des experts liés aux compagnies pharmaceutiques et d'avoir élevé sciemment le niveau de menace de la grippe porcine.

    Comme on l'a appris ces jours-ci, les médicaments Tamiflu et Relenza recommandés par l'OMS n’ont presque aucun effet sur les complications dues à la grippe, y compris la pneumonie. Le médecin hygiéniste britannique Tom Jefferson, qui dirige un groupe de chercheurs, a confirmé dans une interview accordée au portail des milieux d'affaires BFM.ru que l'OMS était effectivement très étroitement liée aux géants pharmaceutiques.

    QUESTION: Bref, votre étude n'a pas établi que le Tamiflu est capable de prévenir efficacement les complications dues à la grippe, entre autres, la pneumonie, n'est-ce pas?

    REPONSE: Notre travail est une synthèse des résultats de nombreuses études. Mais nous n'avons pas réussi à obtenir de preuves que le Tamiflu ou le Relenza agissent sur le virus provoquant une pandémie.

    QUESTION: Mais l'Organisation mondiale de la Santé recommande justement ces médicaments contre la grippe porcine. Il en découle deux variantes: soit l'OMS choisit de façon insuffisamment minutieuse les médicaments et les recommandations aux gouvernements, soit il s'agit d'une collusion entre les fonctionnaires et les grands pharmaciens.

    REPONSE: Je ne crois pas aux complots, mais certaines choses m'inquiètent. Premièrement, début mai, l'OMS a changé la définition de la pandémie. Personne n'a expliqué qui a retiré le taux élevé de mortalité de la liste des
    facteurs déterminant la pandémie et pour quelle raison.

    Les experts des comités de l'OMS entretiennent de larges contacts avec l'industrie pharmaceutique ou d'influentes personnes qui d'une année à l'autre rivalisent de prévisions apocalyptiques. Voici une remarquable citation du livre "Epouvante" de Philip Alcabes (professeur à l'Université de la Ville de New York, City University of New York, - BFM.ru): "Nous devons être prêts à l'annonce d'une pandémie de telle ou telle grippe, car certains ont intérêt à recevoir des subventions. Il est plus qu’avantageux pour ces gens de persuader les organisations distribuant des subventions qu'une terrible peste est sur le point de s'abattre sur l'humanité".

    QUESTION: De quels experts de l'OMS parlez-vous?

    REPONSE: L'un des experts dirige un groupe de lutte contre la grippe porcine qui est financé par toutes les principales compagnies pharmaceutiques. Il a aussi sa propre entreprise, qui vend des tests. Un autre a fait carrière en vendant des modèles mathématiques de l'épidémie. Ces deux exemples relèvent de conflits d'intérêts évidents, mais, on ne sait pourquoi, personne n'y prête attention. Il y a aussi un comité mystérieux de 12 conseillers pour la grippe porcine auprès du directeur général de l'OMS.

    QUESTION: Selon le journal suédois Svenska Dagbladet, certains de ces experts seraient liés aux pharmaciens.

    REPONSE: Il semble que l'OMS soit étroitement liée à l'industrie pharmaceutique. Quant aux vaccins et aux antivirus, ils sont, en général, une idée fixe de l'organisation. Ainsi, dans son récent document sur les mesures à prendre contre la grippe, l'OMS mentionne une seule fois la nécessité de se laver les mains et de porter des masques, des gants et des blouses de médecins, contre 24 à 18 fois les vaccins et les antivirus.

    QUESTION: Qu'en pensez-vous, est-ce que l'OMS devait annoncer la pandémie de grippe porcine?

    REPONSE: Il est toujours plus facile de brandir les poings après la bagarre. Je répète depuis octobre 2005 que la grippe est devenue une industrie et que les preuves scientifiques de l'efficacité des antivirus et des vaccins sont insuffisantes, pour ne pas dire plus.

    QUESTION: Pourquoi cette affection a-t-elle semé une telle panique, alors que la grippe ordinaire emporte, comme il est admis de le considérer, bien plus de vies?

    REPONSE: Les deux grippes ne présentent pas un grand danger. Tout simplement, nous n'avons pas de renseignements précis, alors que les chiffres qui vous sont présentés ne sont pas confirmés et que les propos sur le taux de mortalité sont fondés sur des modèles.

    QUESTION: Après les propos sur une collusion éventuelle entre les fonctionnaires de la Santé publique et les pharmaciens, le député à la Douma (chambre basse du parlement russe) Igor Barinov a invité notre représentant à l'OMS à effectuer une enquête officielle sur les faits présumés de corruption. Signeriez-vous cet appel du député russe?

    REPONSE: Je ne suis pas citoyen de la Russie, c'est pourquoi je ne peux probablement pas signer de telles pétitions. Mais je voudrais serrer la main de votre député et de la ministre polonaise de la Santé qui a refusé d'autoriser la vaccination contre la grippe porcine tant qu'il ne sera pas prouvé que ce vaccin est absolument inoffensif.

    QUESTION: Le maire de Moscou a promis de retirer les licences aux pharmacies qui ne rempliront pas leurs entrepôts de médicaments antivirus. En tant que médecin hygiéniste, comment évaluez-vous l'efficacité d'une telle mesure destinée à prévenir la propagation de l'infection?

    REPONSE: Je ne me fierais pas trop aux médicaments antivirus et je proposerais de mettre l'accent sur l'hygiène, le lavage des mains, le port de masques, de gants et de blouses de médecins.

    Lire aussi:

    Bill Gates met en garde contre une pandémie pouvant tuer 30 millions de personnes
    Yémen: l'épidémie de choléra fait 315 morts et plus de 29.000 cas suspects
    Des chercheurs russes ont créé un médicament universel contre la grippe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik