Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Les titres du 26 octobre 2010

    Opinion
    URL courte
    0 0 0 0

    ONU : la Russie doit changer sa politique d'emploi// Attaque biologique sur Haïti?// Invitation pour Mistral

    Rossiiskaïa gazeta
    ONU : la Russie doit changer sa politique d'emploi

    En 2009, en Russie, la classe sociale de personnes extrêmement pauvres disposant de moins d'un dollar par jour a disparu, écrit mardi 26 octobre le quotidien Rossiiskaïa gazeta. Dix ans auparavant, 1,1% de la population faisait partie de cette catégorie, selon le rapport de l'ONU relatif au développement du potentiel humain en Russie.

    Toutefois, aujourd'hui, 0,9% de la population russe (plus d'un million de personnes) dépensent moins de 2,15 dollars par jour. 3,7%, soit plus de 5 millions de Russes, disposent de moins de 50% du minimum vital s'élevant en moyenne à 5.625 roubles. Selon les experts de l'ONU, au cours des dix dernières années la Russie a réalisé de bons progrès dans la lutte contre la pauvreté. La situation a changé grâce à la croissance économique, aux nouvelles mesures de soutien social au profit des personnes âgées et des familles avec des enfants.

    Néanmoins, il existe toujours des facteurs inquiétants. En Russie, les familles ayant des enfants et les enfants de moins de 16 ans se distinguent par un risque maximal de pauvreté. Un taux de pauvreté infantile dépassant considérablement le taux de pauvreté global de la population n'est pas caractéristique de tous les pays. Par exemple, dans les pays scandinaves le taux de pauvreté infantile est inférieur à la moyenne nationale. Et, dans les pays européens, tels que la France, l'Allemagne, la Grèce et la Slovénie, il équivaut à la moyenne du pays.

    En revanche, les retraités russes bénéficient aujourd'hui d'un taux de risque de pauvreté moindre. C’est la population active qui prévaut parmi les pauvres.

    Et, selon les experts, la situation ne changera que lorsque le salaire minimal atteindra 150% du minimum vital. De cette manière, les couples de travailleurs avec un salaire minimal ayant un enfant à charge ne seront plus considérés comme pauvres.

    Pour le reste, le profil de la pauvreté russe correspond aux caractéristiques traditionnelles. Les résidents ruraux font deux fois plus souvent partie de la classe pauvre. Les personnes sans emploi, inactives, les bénéficiaires des pensions sociales et d'invalidité sont particulièrement à risque. Les experts de l'ONU ont recommandé à la Russie de développer des programmes au profit des pauvres, de contribuer à la croissance de l’activité économique et de la mobilité de la population active. La Russie devrait changer la politique de l'emploi en évitant de créer des emplois mal payés et non qualifiés au profit d’emplois avec des salaires décents et nécessitant une main d'œuvre qualifiée.
     
    Rossiïskaïa gazeta
    Attaque biologique sur Haïti?

    Les autorités haïtiennes tentent par tous les moyens d'éviter d'employer le terme effrayant d'épidémie. Cependant, les rapports quotidiens des morgues locales sont particulièrement explicites. Seulement lundi, 43 personnes sont décédées en Haïti, écrit mardi 26 octobre 2010 le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

    La seule et unique raison des décès demeure le choléra. 250 personnes sont décédées de cette maladie la semaine dernière sur cette île que l'on pourrait qualifier aujourd'hui, sans aucune exagération, de la plus malchanceuse des îles. De plus, plus de 3.000 personnes infectées ont été recensées. En d'autres termes, il s'agit d'une véritable épidémie. Ce sont des centaines, voire des milliers de personnes qui pourraient en être victimes. Car selon les découvertes des épidémiologistes locaux, Haïti a été frappé par la plus dangereuse souche du choléra 01. En cas d'infection de l'organisme, la mort survient dans les trois heures en l'absence d'assistance médicale.

    Suite au tremblement de terre de janvier en Haïti, ayant causé la mort d'environ 300.000 personnes et privé plus de 3 millions de personnes de foyer, les experts ont déclaré que l'île était susceptible d'être frappée par diverses maladies infectieuses.

    Des centaines de millions de dollars d'aide internationale ont permis aux Haïtiens de prévenir l'invasion virale pendant plus de neuf mois. Mais Haïti a tout de même été frappé par le choléra au cours du dixième mois. Si le virus atteignait le campement des victimes du tremblement de terre, abritant plus d'un millions de personnes, le pays pourrait être confronté à une épidémie aux proportions effroyables.

    Toutefois, le foyer du choléra ne s'est pas du tout déclaré là où les experts le prévoyaient. Le virus s'est abattu sur la population du nord de l'île, dans les régions qui n'ont pratiquement pas été touchées par le tremblement de terre de janvier. Est-ce que cela signifierait que le choléra a été emporté de l'extérieur? Le président haïtien René Préval en est convaincu. Préval estime que le pays a subi une véritable attaque biologique afin de déstabiliser définitivement une situation déjà particulièrement complexe. Mais qui en tire profit ? Certainement pas les voisins qui sont préoccupés par leur propre protection des foules de réfugiés qui pourraient affluer. En effet, la majorité de ces personnes pourraient être infectées par le choléra.

    Les dernières informations en provenance d'Haïti suggèrent que les autorités locales ont réussi à ralentir l'expansion du choléra, à défaut de vaincre l'épidémie. Toutefois, les experts de l'Organisation mondiale de la santé ne crient pas victoire. D’ici quelques jours nous dirons s'il a été possible de diminuer la mortalité au sein de la population locale. À condition que les autorités haïtiennes ne cachent pas les informations réelles concernant le nombre de nouvelles victimes.
     
    Vedomosti
    Invitation pour Mistral

    Le concours pour la livraison de deux bâtiments de projection à la marine russe a été lancé et personne ne doute que c’est le Mistral français qui le remportera, écrit mardi 26 octobre le quotidien Vedomosti.

    Aujourd’hui, à Paris, sera inauguré le salon des professionnels de la défense navale Euronaval où les représentants russes lanceront officiellement un appel d’offres pour acquérir deux bâtiments de projection pour la marine russe, a annoncé à Vedomosti une source au ministère russe de la Défense ainsi qu’une source proche des dirigeants de la délégation russe. Selon ces sources, les invitations à cet appel d’offres fermé ont déjà été envoyées et les participants en prendront connaissance d’ici à la mi-novembre.

    Auparavant, les dirigeants du ministère russe de la Défense déclaraient qu’il était prévu d’acquérir deux bâtiments de projection à l’étranger et d’en construire deux autres sur les chantiers navals russes. Selon un fonctionnaire russe, les invitations au concours ont été adressées au Groupe unifié de construction navale russe (OSK) et à son partenaire français DCNS (concepteur du Mistral) qui sont les favoris évidents. Par ailleurs, ont été contactés le bureau d’études Nevskoïe PKB de Saint-Pétersbourg (il propose un projet amélioré du bâtiment de projection du type Ivan Rogov), la société coréenne STX (elle propose le bâtiment Dokdo) et la société espagnole Navantia avec son bâtiment du type Juan Carlos I.

    Les militaires et les industriels russes ne mettent plus depuis longtemps en doute la victoire du Mistral due aux contacts politiques intenses entre la Russie et la France. Deux navires seront construits en Russie, toutefois, le chantier n’a pas encore été définitivement choisi. Selon le gestionnaire d’une usine du complexe militaro-industriel participant à la ‘’ russification ‘’ des équipement pour le Mistral, on évoquerait aussi bien le chantier naval Iantar de Kaliningrad faisant partie de l’OSK que l'Usine de la Baltique située à Saint-Pétersbourg et contrôlée par la Mejprombank qui a récemment perdu la license.

    Actuellement, ce sont les acheteurs qui dictent clairement leurs conditions sur le marché assez limité des bâtiments de projection car la crise a forcé de nombreux pays à remettre à plus tard l’acquisition de grands navires, déclare Mikhaïl Barabanov, rédacteur du Moscow Defense Brief. Selon lui, la partie russe devrait examiner minutieusement les nombreuses offres: à l’Euronaval participe notamment le nouveau bâtiment de projection italien fabriqué par la société Fincantieri.

    Ces textes tirés de la presse russe n’engagent pas la responsabilité de RIA Novosti

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik