Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Courrier des lecteurs Vincent Dereat, 2013-03-18 16:59

    Opinion
    URL courte
    0 0 0

    Le Ministre étranger aux affaires de la France, M. Laurent Fabius, nous fait voyager dans le temps. Avec lui c'est un Caligula aux petits pieds qui se réincarne à notre époque qui se veut civilisée et moderne. Non content d’astreindre ses opposants politiques à l'indigence matérielle afin de les réduire au silence, le satrape du Quai d'Orsay veut du sang, toujours plus de sang!

    Le Ministre étranger aux affaires de la France,  M. Laurent Fabius, nous fait voyager dans le temps. Avec lui c'est un Caligula aux petits pieds qui se réincarne  à notre époque qui se veut  civilisée et moderne. Non content d’astreindre ses opposants politiques à l'indigence matérielle afin de les réduire au silence, le satrape du Quai d'Orsay  veut du sang, toujours plus de sang!

    Se gargarisant à tous moments de mots tels que "droit de l'homme", "démocratie"," liberté d'expression", etc… qu'il assène frénétiquement  à son auditoire au point que certains y voient une nouvelle forme de la maladie de Gilles de la Tourette. Ces mots nobles qu'il vide de leur sens, pire inversés dans les faits par les décisions qu'il prend et ceci malheureusement au nom des Français. Comme cette funeste et mortifère initiative de livrer des armes  aux  mercenaires  djihadistes, ces psychopathes sanguinaires qui plongent déjà depuis deux années la Syrie et son peuple dans une barbarie  innommable.

    Faut-il que notre temps soit sombre et  que l'ombre règne depuis déjà bien longtemps sur la France pour qu'un tel personnage  voué  naturellement  à opprobre publique pour ses responsabilités passées dans une tragédie nationale puisse aujourd'hui occuper ce poste éminent.

    Lire aussi:

    Affaire Lafarge: «si le Quai d’Orsay savait, Fabius est une potiche ou un menteur»
    Le «syndrome des gros mots» décrypté par les scientifiques
    Dis-moi ton métier et je te dirai… à quel point tu es psychopathe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik