Ecoutez Radio Sputnik
    Opinion

    Zoom sur la presse russe jeudi 19 septembre

    Opinion
    URL courte
    0000

    La Russie fait face à une montée du nationalisme/ Armes chimiques: Moscou enverra des militaires en Syrie/ Ukraine-UE: Kiev approuve l'accord d'association

    RUSSIE

    D'après le rapport "Question nationale dans la vie sociopolitique" qui sera présenté jeudi à la Chambre civile russe, la Russie connaît une montée de sentiments nationalistes, tandis que certaines républiques du pays "peuvent déjà être qualifiées d'islamiques". Les membres de la Chambre, qui constitue un organe consultatif auprès du Kremlin, estiment que la Russie se trouve au seuil d'une grave crise nationale.

    Kommersant

    INTERNATIONAL

    Outre des experts de l'Onu, des militaires de plusieurs pays, dont la Russie, seront envoyés en Syrie pour aider Damas à se débarrasser de ses armes chimiques. Selon des sources informées, Moscou dépêchera en Syrie des membres des troupes de protection radiologique, chimique et biologique, ainsi qu'une unité des forces spéciales. Des militaires américains et de certains pays européens prendront également part à l'opération.

    Kommersant

    Les autorités libyennes ont refusé d'extrader le fils de Mouammar Kadhafi, Seïf al-Islam, et le chef des renseignements du défunt dirigeant, Abdallah Al-Senoussi, vers la Cour pénale internationale. Les deux ex-responsables seront jugés pour crimes de guerre à Tripoli. Le procès démarre jeudi 19 septembre.

    Nezavissimaïa Gazeta

    La trêve conclue entre le gouvernement turc et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qualifié de terroriste, risque de prendre fin. Le PKK a annoncé suspendre le processus de paix, les autorités n'approuvant pas les réformes visant à étendre les droits de la minorité kurde.

    Kommersant

    Kiev a approuvé le projet d'accord d'association avec l'Union européenne en dépit des avertissements répétés de Moscou et de la résistance d'un grand nombre d'Ukrainiens.

    Izvestia

    ECONOMIE

    Les autorités russes ont reconnu que l'économie nationale stagnait depuis plus d'un an. De toute évidence, la Russie risque de conserver son statut de pays dont l'économie affiche un développement inférieur à la moyenne mondiale. Des experts indépendants sont persuadés que le gouvernement n'est pas conscient des causes de la stagnation actuelle.

    Nezavissimaïa Gazeta

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
    Grands titres